Caroline Fourest assimile 11-Septembre et Extrémisme sur France 5

Mardi prochain, France 5 diffusera à 20h35 le premier volet d’une série documentaire réalisée par Caroline Fourest sur les "Réseaux de l’Extrême" dédié aux "Obsédés du Complot". Il est fort possible que l’association ReOpen911 soit attaquée à cette occasion et nous réagirons si nécessaire de la manière appropriée. Car en effet, si une équipe de France 5 est bien venue à notre rencontre en septembre 2012, le nom de Caroline Fourest ou le véritable objet du documentaire n’ont jamais été évoqués : contrairement à ce qui est affiché sur le site de l’émission, Caroline Fourest ne s’est jamais "confronté à [nos] membres" et nous a encore moins "donn[é] la parole [...] dans un cadre franc", pour "une discussion-confrontation" où nous aurions pu nous "exprimer librement". Malgré notre ouverture et nos appels répétés à un débat serein sur le 11-Septembre, Caroline Fourest semble avoir opté pour une assimilation à l’extrémisme de toute voix qui ne s’accorde pas avec la version officielle, au lieu de tolérer une discussion de fond sur la légitimité de notre cause. Cela ne nous étonnera guère : dans la même veine, nous avons déjà eu auparavant à supporter les amalgames de personnes comme Philippe Val, Laurent Joffrin, Daniel Leconte et encore bien d’autres. Ensemble, ces différents acteurs du monde médiatique pratiquent le même chantage à l’extrémisme en empêchant toute expression critique de la version officielle du 11-Septembre.

Nous vous invitons malgré tout à regarder ce documentaire et à faire part de vos réactions sur le site de l’émission ou en participant au débat sur son forum. Nous vous proposons d’ores et déjà la présentation de cette série documentaire et de son premier épisode, ainsi qu’un entretien de Caroline Fourest pour France 5.

 
Caroline Fourest, journaliste assez courageuse pour se confronter aux extrémistes, mais pas à ReOpen911 ?!



Les Réseaux de l’Extrême

Présentation sur france5.fr

Carole Gaessler présente, dans Le Monde en face, la série documentaire exceptionnelle réalisée par Caroline Fourest. La journaliste propose une enquête en quatre volets au cœur des mouvements radicaux qu’elle analyse depuis quinze ans.

Ils empoisonnent le débat public, les forums sur Internet et détruisent le vivre-ensemble. Eux, ce sont les « réseaux de l’extrême », des tribus d’internautes soumis à des mercenaires de la propagande passés maîtres dans l’art de désinformer pour mieux faire monter les tensions, radicaliser les identités et semer le soupçon contre les médias ou la démocratie. La journaliste Caroline Fourest, qui travaille sur les mouvances extrémistes depuis plus de quinze ans, a décidé de décortiquer leurs codes, d’en dévoiler les coulisses et de les décrypter. Au travers de quatre documentaires incarnés et urbains d’un genre nouveau, ­Caroline Fourest mène l’enquête : rencontres avec les meilleurs décrypteurs, diffusion d’images souvent inédites en télévision… Elle démasque ainsi leurs méthodes de propagande et se confronte à leurs membres.

SÉRIE DOCUMENTAIRE
DURÉE 4 X 52’
AUTEURE-RÉALISATRICE CAROLINE FOUREST
PRODUCTION ET LA SUITE… ! (PRODUCTIONS), AVEC LA PARTICIPATION DE FRANCE TÉLÉVISIONS
ANNÉE 2012
a



Les Obsédés du Complot (premier épisode)

Descriptif sur france5.fr

Ils lisent le monde à travers des complots. A chaque événement, les médias sont soupçonnés de ne pas dire la vérité… Ils croient en des auteurs comme Thierry Meyssan, passé de la défense de la laïcité à celle de l’ayatollah Khomeyni. Ils croient au complot sur le 11 Septembre, à celui visant à remodeler le Moyen-Orient. Ils croient aux mercenaires, souvent à la solde de l’Iran ou de la Syrie, qui leur expliquent le monde comme un roman policier. Qui sont-ils ? Pourquoi ont-ils tant de succès ?

Diffusion : mardi 5 février 2013 à 20.35

Bande annonce du premier épisode :

 

 



Entretien avec Caroline Fourest, Réalisatrice

Propos recueillis par Anne-Laure Fournier sur france5.fr

Que souhaitez-vous transmettre aux téléspectateurs au travers de cette série documentaire ?

Caroline Fourest : Depuis quinze ans que j’enquête sur les mouvements radicaux, je suis toujours frappée par la difficulté de la télévision à traiter ces réseaux, leurs acteurs, leurs discours, leur impact. Alors qu’ils sont très actifs et très influents sur le débat public, notamment sur la Toile, qui constitue la nouvelle agora de toute une génération. J’avais envie, depuis des années, de proposer une écriture documentaire qui permette des enquêtes à la fois vivantes, urbaines, 2.0 et réellement grand public et pédagogiques. C’était le pari. Je le crois assez réussi.

Quand on suit depuis des années, comme vous, ces réseaux aux extrêmes de notre société, comment en montrer les mécanismes complexes en quatre documentaires de 52’ s’adressant au grand public ?

C. F. : En prenant le téléspectateur par la main et en l’emmenant en balade, exactement comme on enquête dans la vie. On se pose des questions en marchant dans la rue, on rencontre des experts dans des cafés qui vous permettent d’y voir clair, on navigue sur la Toile… On creuse, on fouille. On fait des arrêts sur images. Tout devient limpide quand on connaît les personnages, les sites, les arrière-boutiques de toutes ces vitrines. C’est donc ce que l’on fait pour le téléspectateur, on le fait passer du lèche-vitrines de ces propagandes à leurs arrière-boutiques. A travers une balade-enquête.

Pourquoi avoir choisi ces mouvances plus spécifiquement ?

C. F. : Parce que leurs arrière-boutiques sont plus passionnantes ! Il y a un plus grand écart entre la vitrine – leur message dans les médias – et la réalité de leurs coulisses : le discours qu’elles tiennent en petits cercles, auprès de leurs partisans. Ce qui rend l’enquête d’autant plus nécessaire et leur message plus dangereux. Par exemple, lorsque des sites complotistes, très vus sur Internet, prétendent démasquer les « vérités » officielles de certains gouvernements… Et mentent en réalité sur commande pour le compte d’autres gouvernements. Ou lorsque des groupes d’extrême droite disent vouloir militer pour la laïcité et qu’on apprend, en allant les écouter dans leur arrière-boutique, qu’ils se moquent du débat sur l’islam et veulent en fait faire avancer le projet d’un retour à une France blanche… Tous les acteurs que nous décortiquons sont très actifs pour déjouer les journalistes et faire passer un message subliminal qui détruit le vivre-ensemble ou empoisonne le débat public. C’est donc un défi et presque un devoir, journalistique et citoyen, que de trouver un moyen d’informer sur eux.

Quelles ont été les principales difficultés dans la réalisation de cette enquête ? Comment éviter les manipulations ?

C. F. : Justement, contrairement à du journalisme de reportage, nécessairement embarqué par le sujet qu’il suit et dont il dépend pour avoir des « séquences », cette façon de faire du documentaire résiste au risque de manipulation. Puisqu’il s’agit d’une contre-enquête d’un bout à l’autre, où nous faisons en permanence des allers-retours entre ce que l’on nous donne à voir (les manifestations officielles de propagande) et ce que l’on nous masque. Puis nous donnons la parole à ces acteurs dans un cadre franc, une discussion-confrontation où ils pourront s’exprimer librement, mais où le téléspectateur pourra juger puisqu’il aura eu des éléments lui permettant de décoder par lui-même.

Quels entretiens exclusifs avez-vous menés pour cette série documentaire ?

C. F. : Il ne s’agissait pas de rechercher l’exclusivité, mais de montrer des éléments de coulisses que l’on ne voit jamais en télé. Nous avons retrouvé des extraits vidéo hallucinants de Thierry Meyssan, l’homme qui écrit un best-seller complotiste sur le 11 Septembre et qui sert maintenant la propagande de régimes comme l’Iran ou la Syrie. On va découvrir le vrai discours des identitaires, pas seulement quand ils envahissent une mosquée, mais quand ils sont entre eux et tracent les frontières ethniques de ce qu’est à leurs yeux un Français… Il y a des images édifiantes, jamais vues sur une télévision française, sur le double discours des Frères musulmans. Des extraits de sites ou de discours montrant les dérapages commis par les ultra-sionistes ou ultra-antisionistes au nom du conflit israélo-palestinien. Ce sont des éléments clefs, terriblement parlants, que je connaissais parfois depuis des années, mais que je n’ai jamais pu montrer en télévision.

Quels ont été les entretiens les plus compliqués à organiser et pourquoi ?

C. F. : Pour beaucoup de tournages, il a fallu ruser pour pouvoir utiliser une caméra. Par définition, les extrêmes sont très méfiants. J’ai parfois dû envoyer plusieurs équipes, sur différents modes. Mais le plus compliqué, c’est incontestablement de travailler sur Dieudonné, qui dit défendre la liberté d’expression, mais ne donne aucune interview et terrorise les diffuseurs à coups de procès. Quand il n’est pas lui-même sous le coup d’une procédure. Si bien qu’on ne peut pratiquement rien montrer. Ni son sketch chez Marc-Olivier Fogiel de 2003, pourtant à l’origine des premières critiques et indispensable à revoir pour juger s’il s’agissait d’une parodie simplement antisioniste ou antisémite… Ni son dernier film, L’Antisémite, interdit à la diffusion, et pourtant très éclairant sur jusqu’où l’a conduit sa dérive actuelle. L’utilisation de certaines archives a parfois été difficile, à cause d’un contexte juridique permettant réellement à quelques acteurs concernés de faire de la rétention d’images. Mais on trouve toujours un moyen quand la démonstration en vaut la peine et que l’information doit passer.

Vous êtes aujourd’hui la cible de certains mouvements extrémistes. Comment vivez-vous avec cette menace ? Constitue-t-elle un frein à la poursuite de votre travail ?

C. F. : Je suis la cible de certains mouvements extrémistes parce que je travaille sur eux depuis longtemps et que mon travail, justement, les dérange. Si je n’étais pas leur cible, je crois que je finirais par me dire que mes enquêtes ou mes articles n’ont vraiment aucun intérêt… Je travaillerais sur autre chose car ce sont, bien évidemment, des sujets très délicats et parfois épuisants. Mais passionnants, vraiment. Quand je fais ce type d’enquête et d’analyse, je sais pourquoi j’ai voulu être journaliste, et non philosophe ou sociologue. Certains acteurs de ces mouvements n’ont pas voulu me répondre, mais cela ne me pose pas trop de problème puisque j’ai appris à travailler sur eux, depuis des années, sans autorisation. Un peu comme un chercheur qui ramasse patiemment toutes les miettes qu’ils sèment, dans leurs médias ou chez les confrères. Certains, au contraire, étaient assez intrigués et même curieux de débattre avec moi. Toutes les discussions-confrontations que j’ai eues ont d’ailleurs été cordiales et, je le crois, très respectueuses de nos divergences. J’ai une sorte de code d’honneur à force de travailler sur des mouvements aussi loin de mes idées. Je respecte profondément mes adversaires idéologiques. Certains me sont même sympathiques en tant qu’individus, mais ce n’est pas la question. Mon engagement est dissocié de ma méthode de travail. Je déploie beaucoup d’énergie à travailler sur ces propagandes parce que je les crois réellement nocives et, surtout, parce qu’elles désinforment… mais je crois plus à la démonstration qu’aux sermons journalistiques. J’ai d’autres espaces pour exprimer mes opinions sous la forme d’« éditos ». Quand j’enquête, c’est le questionnement et la démonstration qui me passionnent. Parfois même, je lutte contre un vocabulaire trop familier sur ces groupes. Car ils me sont familiers ! Je les connais par cœur, je peux comprendre leurs motivations, leurs ressorts profonds, comme leur stratégie de communication. C’est un vrai atout pour les disséquer, qui me fait gagner beaucoup de temps et me permet d’éviter, justement, pas mal de pièges.

Quelle place croissante occupent ces différents mouvements extrémistes en France et en Europe ? De quoi sont-ils révélateurs ?

C. F. : Tous les radicaux sur lesquels nous avons travaillés sont des leaders d’opinion, d’aujourd’hui et de demain. Parce qu’ils délivrent leurs propagandes sur Internet sans filtres et très souvent sans être déjoués, dans un contexte terriblement tendu, crispé par les replis identitaires, ou le citoyen-internaute, bombarde d’information et parfois noyé, finit par chercher le complot derrière le complot pour tenter de s’y retrouver. Entre la paranoïa et le préjugé, il fallait trouver un espace – à la télévision – pour prendre le temps d’y voir clair. France 5 était la chaîne idéale pour cela. Avec Et la Suite… ! (Productions), nous lui avons proposé une série que je rêvais de faire depuis des années et qui, je l’espère, surprendra par son écriture, sa forme assez nouvelle, et passionnera le plus grand nombre. Ceux qui attendent de la télévision des clefs. Pour pouvoir décoder ceux qui agitent nos débats et notre monde en plusieurs dimensions.



En lien avec cet article : 

 

48 Responses to “Caroline Fourest assimile 11-Septembre et Extrémisme sur France 5”

  • Citroon

    Hé hé hé ! Va y’avoir du grabuge !
    Madame Fourest et sa clique d’empafés (ceux qui tirent des profits du paf en y déversant leur propagande en toute impunité, bien protégés qu’ils sont par leurs amis de ce même système) [val, Leconte, Joffrin... et tellement d'autres] semble être de plus en plus paniqués à l’idée que nous refusions le monde qu’ils voudraient nous offrir dans un joli paquet cadeau… Mais nous on trouve qu’il sent un peu la m…. le cadeau, désolé hein !

    C’est bon signe, ça veut dire qu’ils sont obligés d’envoyer du plus en plus lourd, parce que bon dieu, veulent rien entendre ces cons !

    J’aimerais bien, moi aussi, qu’elle vienne se confronter à la réalité de mecs comme moi, mais c’est bizarre, on voit jamais les types normaux, bien dans leur tête, avec femme et enfants, tout c’qu’il y a de plus sains et d’un niveau socio-culturel (comme on dit dans les journaux) tout à fait respectable…
    À la télé, non, les gars on les « cast ». Et pis on ne garde que les plans pris sous des angles qui font peur, avec un joli commentaire à terroriser les piti zenfants (= les téléspectateurs).

    Et malgré tout ça, mince, ça fait plus de 10 ans que ça suffit pô !!

    À croire que y’aurait comme un loup dans l’affaire, et que nous autres pauvres idiots, malgré le fait que les médias sous commandement de l’OTAN nous supplient de bien vouloir les croire, ben non, on persiste !

    Le prochain méga sublime reportage de Fourest est déjà en préparation. Le titre est déjà pondu : « Putain mais merde, vous aller finir par la fermer votre gueule ! ».

    Et notre réponse ne variera pas : « ben non, désolé mais on ne se taira pas ».

  • alain.b

    Il faudrai avoir les photos des satellites russes qui passait au dessus du pentagone le 11/9 pierre hillard en parle dans une video.

  • jacques

    au rythme ou vont les campagnes de dénigrement en tout genre envers ceux qui ne sont pas en accord avec le reste du monde, je commence vraiment à avoir du mal à croire en une victoire de la vérité et de la justice. je garde quand même un petit espoir.

  • Arnaud

    @Jacques : ou on peut se dire que si on essaye de nous dénigrer, c’est justement parce qu’il y a de plus en plus de personnes qui doutent des explications officielles.

  • Popol

    Il est clair que ce genre de missions, euh d d’émissions, s’insert dans une stratégie de censure déguisée. Ou comment censurer le contenu sans censurer le contenant ? En procédant à des rappels réguliers aux fins d’implémenter dans l’esprit des gens ignorants un réflexe conditionné : complot ==> salivation ; euh non, réaction de défiance et discrédit automatique. Le peu d’esprit critique est court-circuiter, neutralisé.

  • Claire

    @arnaud et Jacques

    C est exactement cela : il y a de plus en plus de personnes qui doutent, qu’il s agisse du 11/9 ou de beaucoup d autres sujets ! ( c est mon cas, j ‘ai mis 10 ans à m intéresser au 11//9 et m apercevoir de la supercherie; et pourtant la construction est mon domaine d expertise…; ok pas terrible :( mais mieux vaut tard que jamais).

    Je suis persuadée qu il suffit de très peu pour que tout bascule. Le colosse a des petits pieds d’argile, il le sait et cela le terrifie.

    Et, ce qui m étonne un peu, c est le manque de stratégie, de ceux, lucides, qui savent et j en vois beaucoup sur ce site. Peut être faut il faire autre chose que bourdonner contre la vitre close, et regarder ailleurs, où il y a un appel d air…

    Par exemple:
    merci d’avance à ceux qui lisent ces lignes d’aller signer la pétition pour la réouverture judiciaire du dossier Boulin, un crime impuni depuis 30 ans,(site: association Robert Boulin pour la vérité ), où l État Profond français a montré toute son efficacité. (Y a pas que les américains, non mais!).
    Crime, Raison d État, omerta médiatique, manipulations judiciaires, menaces et ostracisme pour celui qui ose douter : cela ne vous rappelle rien ??
    Et pourtant, mardi soir dernier s est produit un petit miracle sur France 3 :
    Un téléfilm ‘crime d État ‘ était programmé, présentant de façon très pertinente les rouages et mobiles de l assassinat, et pointant les coupables ( je n’ose dire qui). Le chemin est en encore long vers la vérité mais enfin, elle a pointé son nez. Alors pour le 11/9, why not?

  • H.

    Ce que nous aurions pu lire :

    « ECRAN PLAT »

    Entretien avec Caroline Pourest, alias « Caroline Chérie » réalisatrice atypique. – Propos recueillis par ALF ( Transe 5 )

    Que souhaitez-vous transmettre aux téléspectateurs au travers de cette série documentaire ?

    Caroline Pourest : Depuis quinze ans que j’enquête sur les mouvements médiatiques omnipotents, je suis toujours frappée par la difficulté de la télévision à traiter de ses réseaux, de ses animateurs, de leurs discours répétitifs, de leur impact. Alors qu’ils sont très actifs et très influents sur le débat public, notamment sur écran plat dans le salon de chaque maisonnée de France tandis que ce lieu totémique constitue encore l’agora principale de toute une population et qu’il influence massivement près de 70 millions d’habitants (!). J’avais envie, oui, depuis des années, de proposer une écriture documentaire désobéissante qui permette des enquêtes à la fois vivantes, urbaines, un poil grinçantes et réellement grand public et surtout pas « pé-da-go-giques ». Car la pédagogie est faites pour les enfants et je m’ adresse à un public adulte. C’était le pari. Je le crois assez réussi tout compte fait. La raison sereine avant tout !

    Quand on suit depuis des années, comme vous, ces réseaux au cœur de notre société, comment en montrer les mécanismes complexes en quatre documentaires de 52’ s’adressant au grand public ?

    Caroline Pourest : En ne prenant pas le téléspectateur par les menottes et en ne l’emmenant pas nécessairement en balade ni en passant par le commissariat, exactement comme on enquête dans la vie avant de passer à autre chose. On se pose des questions en marchant dans les couloirs, on rencontre des experts près de la machine à café qui vous permettent d’y voir clair, on navigue dans les studios… On creuse, on fouille. On fait des arrêts sur images. Tout devient limpide quand on connaît les personnages, les rites, les arrière-boutiques de toutes ces vitrines. C’est donc ce que l’on fait dans ces officines contre le téléspectateur qui paradoxalement est éclairant pour lui, on le fait passer du lèche-vitrines de ces propagandes à leurs arrière-boutiques. Au travers d’une sortie de caverne, comme aurait dit le philosophe.

    Pourquoi avoir choisi ces mouvances médiatiques plus spécifiquement que d’autres tout aussi pernicieuses ?

    Caroline Pourest : Parce que leurs arrière-boutiques sont plus passionnantes ! Il y a un plus grand écart entre la vitrine – les messages des médias concernés – et la réalité de leurs coulisses : le discours qu’ils tiennent en petits cercles, à l’ombre de leurs dirigeants. Ce qui rend l’enquête d’autant plus nécessaire et leur message plus dangereux. Par exemple, lorsque des sites « médiatistes », très regardés à l’heure du repas, prétendent occulter les « vérités » officieuses de certains gouvernements… Et mentent en réalité sur commande pour le compte de ces mêmes gouvernements. Ou lorsque des groupes « extrême-médiatiques » disent vouloir militer pour la liberté et qu’on apprend, en allant les écouter dans leur arrière-boutique, qu’ils se moquent du débat sur la démocratie et veulent en fait faire avancer le projet d’un retour à une France quasi aristocratique…Murdoch in Paris ! Tous les acteurs que nous décortiquons sont très actifs pour déjouer les citoyens et faire passer un message subliminal qui détruit le vivre-ensemble ou empoisonne le débat public. C’est donc un défi et presque un devoir que de trouver un moyen d’informer sur eux.

    Quelles ont été les principales difficultés dans la réalisation de cette enquête ? Comment éviter les manipulations ?

    Caroline Pourest : Justement, contrairement à du publi-reportage, nécessairement embarqué par le sujet qu’il suit et dont il dépend pour avoir des « séquences – émotions », cette façon de faire le boulot que d’autres ne veulent pas faire, résiste au risque de manipulation. Puisqu’il s’agit d’une contre-enquête d’un bout à l’autre, où nous faisons en permanence des allers-retours entre ce que l’on nous masque et ce que l’on nous donne à voir (les manifestations officielles de propagande). Puis nous donnons la parole à ces acteurs dans un cadre franc, une discussion-confrontation où ils pourront s’exprimer librement, mais où le téléspectateur pourra juger puisqu’il aura eu des éléments lui permettant de décoder par lui-même. On est pas au ici au CFJ ou à l’ESJ Lille !

    Quels entretiens exclusifs avez-vous menés pour cette série documentaire ?

    Caroline Pourest : Il ne s’agissait pas de rechercher l’exclusivité comme à la télé, mais de montrer des éléments de coulisses que l’on ne voit jamais sur Canal + ni nulle part ailleurs. Nous avons retrouvé des extraits d’émissions hallucinantes de certains animateurs qui tous rivalisent pour écrire la même histoire « complotiste » sur le 11 Septembre et qui servent maintenant la propagande de régimes qui ne respectent plus l’ Habéas Corpus ou portent atteintes aux Droits de l’homme comme les USA ou l’ Arabie Saoudite. On va enfin découvrir le vrai discours des « héréditaires », ces dynasties médiatiques et pas seulement quand ils envahissent les plateaux télés, mais quand ils sont entre eux et tracent les frontières identitaire de ce qu’est à leurs yeux un « bon journaliste »… Il y a des images édifiantes, jamais vues sur une télévision française, sur le double discours de biens piètres reporters, ces hommes-troncs qui sont assis et payés comme les rois de jadis. Des extraits de rites officiels ou de discours montrant les dérapages commis par les « ultra-médiatistes » au nom du « confit de conscience », cette bonne morale de l’heure, seule apanage des puissants et du chambranle télévisuel. Ce sont des éléments clefs pour ouvrir ou fermer les portes de la réalité recomposée et du traitement industriel de l’information et pour approcher les effectifs déployés sur les terrains de la communication, terriblement parlants, que je connaissais parfois depuis des années, mais que je n’avais jamais pu montrer en vérité.

    Quels ont été les entretiens les plus compliqués à organiser et pourquoi ?

    Caroline Pourest : Pour beaucoup de tournages, il a fallu ruser pour pouvoir utiliser une caméra. Par définition, les médiatiques mal-aimés des populations sont très méfiants. J’ai parfois dû envoyer plusieurs équipes par différents modes d’approche. Mais le plus compliqué, ce fut incontestablement de travailler sur Daniel Leduc d’ Arte qui dit défendre la liberté d’expression, mais ne donne aucune interview et terrorise les empêcheurs de filmer en rond, à coups de dénégations ou de lapins. Si bien qu’on ne peut pratiquement rien montrer. Ni les délirantes apparitions de Christophe Barbant chez Marc-Olivier Vogueules, ni l’intégrale des sketchs d’ Yves Calbut pourtant à l’origine des premières critiques et indispensable à revoir pour juger s’il s’agissait d’une parodie simplement antimédiatistes ou post-médiatistes dans le contexte du rétrécissement démocratique, rendu irréversible par le formatage en cours. Ni même le dernier film de BécHameL, « Le Complotiste », pourtant obligatoire à la diffusion quotidienne à 20 heures, et très éclairant sur les faits et jusqu’où l’a conduit sa dérive actuelle. L’utilisation de certaines archives a parfois été difficile, à cause d’un contexte juridique permettant réellement à quelques acteurs concernés de faire de la rétention d’images. Mais on trouve toujours un moyen quand la démonstration en vaut la peine et qu’une certaine vérité doit passer.

    Vous êtes aujourd’hui la cible de certains mouvements médiatiques. Comment vivez-vous avec cette constante opprobre ? Constitue-t-elle un frein à la poursuite de votre travail ?

    Caroline Pourest : Je suis la cible de certains mouvements extrémistes du sérail parce que je travaille sur eux depuis longtemps et que mon travail, justement, les dérange. Si je n’étais pas leur cible, je crois que je finirais par me dire que mes enquêtes ou mes articles n’ont vraiment aucun intérêt… Je travaillerais sur autre chose car ce sont, bien évidemment, des sujets très délicats et parfois épuisants. Mais passionnants, vraiment. Quand je fais ce type d’enquête et d’analyse, je sais pourquoi j’ai voulu ne pas être « journaliste », au sens actuel du terme. Certains acteurs de ces mouvements médiatiques auto-reproductifs n’ont pas voulu me répondre, mais cela ne me pose pas trop de problèmes puisque j’ai appris à travailler sur eux, depuis des années, sans autorisation. Un peu comme un balayeur qui ramasse patiemment toutes les feuilles mortes qu’ils trouvent, dans leurs médias ou chez leurs confrères. Certains, au contraire, étaient assez intrigués et même curieux de débattre avec moi. Toutes les discussions-confrontations que j’ai eues ont d’ailleurs été cordiales et, je le crois, très respectueuses de nos divergences. J’ai une sorte de code d’honneur à force de travailler sur des mouvements aussi colonisateurs de mes idées. Je respecte profondément mes adversaires idéologiques. Mêmes si certains me sont antipathiques en tant qu’individus, mais ce n’est pas la question. Mon engagement est associé à ma méthode de travail et cela ne change rien à l’affaire. Je déploie beaucoup d’énergie à travailler sur ces propagandes télévisuelles parce que je les crois réellement nocives et, surtout, parce qu’elles désinforment tous les jours à 20 heures comme on disait en 68 ! … mais je crois évidemment plus à la démonstration qu’aux sermons journalistiques des médiacrates comme vous l’aurez compris. J’ai d’autres espaces pour exprimer mes opinions que sous la forme d’« Editos-Pépitos » comme il font tous, drapés dans leur vanité et leur petit système endocrinien. Quand j’enquête librement, c’est le questionnement et la démonstration qui me passionnent. Parfois même, je lutte contre un vocabulaire trop familier que ces groupes ont imposé depuis des lustres ! Car ils me sont familiers ! Et pour cause ! Moi aussi j’ai été biberonnée à la Téloche et aux héréditaires médiatiques ! Je les connais par cœur, je les connais depuis toute petite et ils sont toujours là, assis dans la télé ! Je peux facilement comprendre leurs motivations, leurs ressorts superficiels, leurs intérêts biens proportionnés au vu de notre conditions de mortels, je comprends surtout parfaitement leur stratégie de communication totale. C’est un vrai atout pour moi de les disséquer, ce qui me fait gagner beaucoup de temps et me permet d’éviter, justement, pas mal de pièges.

    Quelle place croissante occupent ces différents mouvements médiatiques extrémistes en France et en Europe ? De quoi sont-ils révélateurs ?

    Caroline Pourest : Tous les journalistes sur lesquels nous avons travaillé sont des leaders d’opinion, d’aujourd’hui ou d’hier. Parce qu’ils délivrent leurs propagandes dans le salon de millions d’individus comme une eau tiède, sans jamais être déjoués et cela dans un contexte terriblement tendu de crise financière mondiale et de guerre plus ou moins larvées un peu partout sur le globe. Crispé par le plis et le replis professionnel, jaloux de ses privilèges, le « quatrième fondé de pouvoir » bombarde tellement le citoyen de messages informels et si incompréhensibles qu’il finit par ne plus s’y retrouver ; tant la réalité qu’il côtoie est si déformée, que celle-ci dépasse de toutes les manières la grosse fiction si bien orchestrée ! Entre la paranoïa et le préjugé de tous ces journalistes assis, il fallait oui, trouver et perdre un espace. Créer – hors de la télévision – pour prendre le temps d’y voir clair. La toile était le médium cognitif et pluriel idéal pour cela. On n’invente rien sans rien tout à fait. Avec « Et-la-Fuite-Productions ! » , nous avons proposé une série que je rêvais de faire depuis des années et qui, je l’espère, surprendra par son écriture, sa forme assez nouvelle et passionnera le plus grand nombre d’internautes. Ceux qui attendent d’Internet ou d’autres supports des clefs pour comprendre la réalité telle qu’elle aurait pu être si la télé ou la presse-torchon n’existaient pas à ce point là, si outrancièrement et si pompeusement. Pour pouvoir décoder ceux-là mêmes qui agitent dans le bocal nos propres débats dans l’unique but de nous amoindrir et qu’enfin notre monde se ressente enfin en plusieurs dimensions. A vous ! à vos actions !

    ******************

  • Buzz lclair

    Caroline Fourest, une critique-pas-haineuse de la critique des médias

    par Henri Maler, le 11 février 2009

    Le vendredi 30 janvier 2009, l’émission « Les Matins » sur France Culture avait pour invité Laurent Joffrin, dont le livre est un chef d’œuvre culturel tellement « incontournable » que nous en reparlerons … et que France Culture se devait de dérouler un tapis rouge tourné vers l’Académie de sciences morales et politiques. Car Laurent Joffrin y siègera sans doute bientôt.

    Pendant plus d’une heure, le néant critique put s’exhiber tout à loisir, grâce aux contributions d’Ali Baddou, d’Alain-Gérard Slama, de Marc Kravetz et… de Caroline Fourest. Pour célébrer un genre à la mode : la critique-pas-haineuse de la critique des médias et la dénonciation par amalgame. Temps d’arrêt sur la chronique de Caroline Fourest.

    Avant même que le héros du jour ne fasse son entrée en scène sur le plateau de l’émission, Caroline Fourest [1], l’honore : « « Médias paranoïa », le livre de Laurent Joffrin met le doigt sur un phénomène que connaissent tous les journalistes. » L’honore et surenchérit.

    La rhétorique est toujours la même : décréter que la critique des médias – quand elle n’émane pas de leurs tenanciers ou de leurs hôtes attitrés, quand elle descend dans l’arène au lieu de se réfugier dans les médias dominants ou les colloques académiques – relève de la haine. La suite coule de cette source : tous poujadistes et complotistes, à la façon des racistes et des antisémites.

    Il est toujours plaisant d’écouter les défenseurs de la nuance et de la complexité se livrer avec délice aux amalgames qui les répugnent, du moins quand ils croient en être les victimes.

    Sus aux poujadistes

    « Dans la famille des derniers poujadismes en vogue, la haine des médias et le système médiatique semble devoir jouer le même rôle que la haine du lobby judéo-maçonnique, la focalisation sur l’immigration… ». La haine, donc. Et rien d’autre. Une haine qui équivaut à l’antisémitisme et au racisme. Rien que ça. Puisqu’elle joue le même rôle. Quel rôle ? « celui du bouc émissaire » [2]. De quoi les médias sont-ils le bouc émissaire ? Ce n’est pas ici que nous l’apprendrons.

    Ainsi, les médias et les journalistes, selon Caroline Fourest, seraient l’objet d’une haine qui les englobe tous et qui est semblable à toutes les haines antisémites, xénophobes ou racistes : « De même que les juifs seraient obsédés par l’argent, les musulmans terroristes, les arabes voleurs, les noirs fainéants, les médias seraient tous un peu sionistes, un peu manipulateurs et vendus au pouvoir. » La comparaison est d’autant plus suggestive qu’elle est insistante. Et elle laisse de plus en plus clairement entendre, mais sans le dire, que ceux qui critiquent les médias sont tous « un peu » antisémites. Une calomnie par sous-entendu qui n’est pas moins « en vogue » que sa version explicite…

    « Qu’importe, poursuit Caroline Fourest, qu’il existe plusieurs façons d’exercer le journalisme que de journalistes, qu’ils aient des opinions très différentes sur le conflit israélo-palestinien, qu’ils soient parfois proches du pouvoir et parfois franchement anti-sarkozystes, qu’importe. » Qu’importe particulièrement qu’il existe plusieurs façons de pratiquer la critique des médias…

    Dans la série des dernières imbécilités en vogue, il convient d’ajouter, sans transition, que ces poujadistes haineux sont complotistes. En quoi, pourquoi, comment ? Qu’importe : « Le propre d’une pensée complotiste est l’absence délibérée de discernement et de raisonnement, le réflexe, l’amalgame, le préjugé remplacent l’analyse. » Et l’analyse dénuée de tout préjugé et exempte de tout amalgame, c’est évidemment celle que l’on peut découvrir en écoutant et en lisant la critique de la critique des médias en version Fourest ! Comme le montre sa chronique.

    « Cette caricature, insiste Caroline Fourest qui vient de la dessiner à gros traits, est par essence l’ennemi de tout travail journalistique ; elle fait logiquement bondir tout journaliste un tant soit peu amoureux de son métier et donc attaché à la précision. » A preuve, ce que dit Caroline Fourest qui permet elle-même d’admirer à quel point elle est « attachée à la précision » [3] .

    Sus aux internautes

    Peu à peu se découvre cet ennemi invisible et omniprésent traquant les journalistes comme les racistes et les antisémites haïssent les noirs, les arabes et les juifs : c’est l’internaute. Une seule personne aux mille visages : « Quoi qu’on fasse, quoiqu’on dise, il y aura toujours quelqu’un sur Internet pour vous aligner. […] » Jusqu’alors, il est vrai, la presse imprimée et les chroniqueurs tous médias détenaient une sorte de monopole…

    Qu’importe s’il y a aussi sur Internet d’autres intervenants que des « snippers » et d’autres interventions que de simples « coups de fusil » : Caroline Fourest a retenu la leçon de Philippe Val, pour qui Internet est le territoire exclusif des « paranoïaques » et des « délateurs » [4] Et qu’importe si les journalistes ne sont pas – et de loin – les seules et les principales cibles des criailleries anonymes qui parsèment les forums sur Internet. Car c’est bien de ces forums qu’il s’agit finalement, sans que rien dans le début de la philippique généreuse en amalgames ne nous ait prévenus.

    Le cauchemar de Caroline Fourest ? Les multiples visages de « on » : « Si vous parlez sans détour, on vous accuse d’être prétentieux. Si vous prenez des précautions, vous êtes une chiffe-molle. Si vous traitez uniquement du sujet qui est votre spécialité, on vous accuse d’être obsédé. Si vous équilibrez, on vous soupçonne de ruse. Bref, rien n’est simple. »

    Ces internautes, haineux poujadistes et semblables aux antisémites et aux racistes, sont évidemment tous des imbéciles qui menacent d’anéantir la culture et les libres méditations des chroniqueurs en charge de sa protection.
    Caroline Fourest : « Il y a des moments où on se prend à regretter le temps où il fallait au moins prendre sa plume, rédiger une lettre, payer un timbre et aller à la poste pour vous donner des leçons, ne serait-ce que pour avoir le plaisir de lire des choses plus argumentées. » Ah, heureux temps du « courrier des lecteurs » que l’on pouvait tranquillement laisser sans réponse et jeter à la poubelle ! Désormais, le temps est compté : c’est à peine si Caroline Fourest peut s’accorder « le plaisir de lire des choses plus argumentées »… comme les publications de notre association.

    Et Caroline Fourest de défendre « le journaliste » contre « l’internaute », confondu avec l’auteur anonyme qui n’interviendrait dans les forums que pour dire n’importe quoi n’importe comment, sans laisser la possibilité au premier de lui répondre. Toujours le même « souci de la précision » [5].

    Vive nous !

    Une fois prononcé l’essentiel du réquisitoire, il faut bien introduire une nuance et ménager une concession.

    Voici la nuance : « La propension peut être de finir par haïr l’interactivité et l’outil web lui-même : ce serait pourtant commettre la même erreur que ceux qui croient vraiment pouvoir enfermer tous les journalistes dans le mot « média ». Alors qu’il existe parfois des miracles, des commentaires constructifs qui vous signalent une erreur ou qui vous mettent sur une piste et contribuent à ouvrir votre horizon de journaliste. Le propre du journaliste c’est d’avoir le cuir assez épais pour discerner le commentaire imbécile de l’alerte utile. » Le cercle de la critique légitime à peine entrouvert se referme aussitôt : puisque la seule critique admissible doit être « constructive » et que seuls les journalistes peuvent lui accorder les brevets d’intelligence et d’utilité.

    Et voici la concession : « Par exemple, à propos du débat sur le traité constitutionnel. Il faut bien l’admettre que beaucoup de journalistes effarés par les arguments populistes et démagogiques de certains partisans du « non » ont eu tendance à minimiser les arguments plus rationnels ou justifiés. Dans ces cas-là, le Net peut servir d’alerte ou de grand défouloir. » Dans l’énoncé de cette très timide autocritique, est comprise sa limite. Une double limite, en vérité. D’abord parce que l’emportement de « beaucoup de journalistes » est justifié dans sa présentation même : ils étaient « effarés par les arguments populistes et démagogiques ». Ensuite et surtout parce que les arguments rationnels, quand ils s’exposent sur le Net, n’ont qu’une fonction d’ « alerte » et de « défouloir » : il revient encore et toujours aux journalistes et à eux seuls de distinguer ce qui est rationnel et ce qui ne l’est pas…

    … Sur France Culture par exemple, où il est rationnel de présenter ceux qui critiquent les médias et les journalistes sans avoir reçu l’autorisation préalable des professionnels de la profession comme un ramassis de poujadistes haineux et complotistes, à la façon des antisémites et des racistes.

    Tout cela avant qu’entre en scène, au cours de la même émission, l’un des plus grands spécialistes de la dénonciation par amalgames : Laurent Joffrin.

    Henri Maler

    http://www.acrimed.org/article3072.html

  • Hannah

    Je ne suis pas extrémiste, ni antisémite, ni xénophobe, ni paranoïaque, je crois profondément en la démocratie, ET POURTANT je pense que l histoire est truffée,de complots, de stratégies d État peu avouables, de coups tordus divers et variés. Et je pense également, comme beaucoup d autres personnes de par le monde, que le 11 septembre 2001 mérite l enquête judiciaire qu il n a jamais eue, et que les très nombreuses incohérences de la version Officielle suscitent pour le moins le doute.

    Je vais regarder avec beaucoup d’intérêt la série documentaire en espérant que ce doute, ne me classe pas illico dans les catégories peu flatteuses décrites plus haut…

  • parousnik

    Sur Planéte+no limit 11 septembre science et conspiration.. Je n’ai vu que la fin… mais sera rediffusé Samedi 02 a 22h20. Lundi 04 à 14h35 et Dimanche 10 à 12H00… Evidemment la soubrette de service lit un commentaire ridicule…Mais j’y ai vu Griffin parler…. un actif et apercu R.Cage…Bref a voir.

  • Popol

    J’ajoute : leur stratégie vise avant tout à gagner du temps afin de permettre à leurs projets d’avancer suffisamment pour devenir irréversibles. La vérité ils s’en foutent comme de l’an 40. Pour eux le mensonge est un outil de gouvernement comme un autre. Sinon, on ne fait pas ce job-là. On n’accède pas à quelque poste de responsabilité que ce soit sans savoir qu’il faudra mentir aussi souvent que nécessaire ! La capacité de mentir est proportionnel au niveau de responsabilité. C’est une seconde nature chez ces gens-là ! Ils ont le complot dans le sang ;) enfin dans l’ADN ! Parfois de bons complots, parfois de mauvais ! Sinon le pouvoir ne tiendrait pas longtemps debout ! Ils ont le sens de leurs intérêts bien compris les responsables ! Ils savent qu’en toutes circonstances ils doivent serrer les rangs; Et en certaines beaucoup plus qu’en d’autres …

  • Ducon

    En résumé, ceux qui ne croient pas systématiquement les vérités officielles promulguées par les élites occidentales représentent le diable…
    Caroline Fourrest gagne sa vie comme cela. C’est la première fois que, moi Ducon, je vois un sot métier.

  • Quidam

    « En prenant le téléspectateur par la main et en l’emmenant en balade »> elle ne s’en cache même pas.

    Verbe balader /ba.la.de/ 1er groupe (conjugaison)
    (Transitif) (Par extension)(Familier) : Faire croire des choses fausses à quelqu’un

  • yara

    @Quindam: MDR!! c’est vrai elle nous envoi balader!

    A quand un reportage sur le milieu extrémistes des médias??

  • Corto

    quand henri maler invite-t-il REOPEN911 pour s’exprimer librement suite à l’intox de fourest ?

  • Corto

    toiut cela en pleine affaire syrienne et malienne… on aura beau me rétorquer que c’est un hasard de plus, perso je ne démords pas que dans les couloirs des directions de la programmation, ces productions en gestation sont soigneusement mise au monde au meilleur moment… reste à regarder les infos pendant et après, pour être sûrs que c’est bien la syrie ou le mali cette fois….rappel qui m’a valu d’être accusé d’être antisémite ( !!! pardonne-leur,ils ne savent vraiment pas ce qu’ils font) : au cours de plomb durci début janvier 2009, il y a eu 5 ou 6 documentaires (souvent bons, là n’est pas le problème) sur la SHOAH balancés sur les chaines publiques françaises….. ARTE incluse… Franchement ?????? c’est abjecte comme procédé ! Alors là, la série Fourest, il y a un contexte favorable (complotisme libye transmuté en complotisme syrie),et zou…

  • Corto

    @yara > Il existe, c’est LES NOUVEAUX CHIENS DE GARDE bien sûr !

  • Gil

    Caroline Fourest invente la Ballade-Enquête, comme BHL avait inventé le Romanquête. Des concepts simples, ludiques pour expliquer le monde à tout le monde, surtout à ceux qui ne veulent pas se fatiguer la tête.
    Cette démarche me rappelle celle d’autres larbins de l’empire : Laurent Joffrin avec ses soit disant « détectives de l’Histoire », qui dans la plupart des cas, soulève des doutes, mais pour au final, bien rappeler que c’est l’histoire officielle qui est la bonne (Kennedy, 11 septembre, Déclaration Balfour, pour ceux que j’ai vu), de même pour Philippe Val qui a mis son journal au service du choc des civilisations, et accepté que son local soit brûlé dans une manipulation grossière, la victimisation il n’y a rien de tel.
    N’en doutons pas, ça fait partie de leur plan de carrière, le pouvoir financier (ex: Rotschild à Libération), ou Politique (ex: Sarko à France Inter), ne remerciera que des journalistes qui auront démontré leur soumission idéologique totale doublée d’un activisme sans faille incluant une prise d’un minimum de risque.
    Ainsi Le plan de carrière de Caroline Fourest est tracé, des « j’te ballade-biquette », encore quelques fausse agression en tant que militante Femen, un livre sur la dangerosité de l’Islam et des arabes pour se positionner comme la passionaria de la prochaine guerre (Iran, Algérie, au choix, elle s’adaptera), un autre sur la nécessité de démanteler un élément de cohésion sociale (l’école, les syndicats, la sécu, les retraites… au choix) au profit d’une certaine liberté individuelle, et dans 10 ans Caroline Fourest est présidente de France télévisions.
    Heureusement internet est là pour lui rappeler sa vrai place
    http://www.topjournaliste.com/

  • kzerrex

    Pascal Bonniface a écrit un livre : les intellectuels faussaires , le triomphe médiatique des experts en mensonge ( éditeur : Jean-Claude Gawsewitch) .Un chapitre entier est consacré à Carolin Fourest intitulé sérial menteuse . Sa façon de procéder est bien décryptée : amalgames , accusations sans preuves , dossier survolés de très haut , pour ne pas dire inculture … Rappelons l’une de ses dernières bourdes , la FRANCE aurait tué 6 millions de juifs pendant la seconde guerre mondiale . Après une telle ânerie n’importe qui se cacherait dans un placard ; mais elle non , Et on lui donne régulièrement la parole !

  • Sébastien

    Le changement, c’est…pas demain la veille.

  • avant de faire son émission Caroline Fourest serait bien inspirée de lire les 3 bouquins de Peter Dale SCOTT sur les réseaux du 11/9
    (un grand « conspirationniste » probablement selon elle…hihihihi…!).

  • Mensonge

    C’est à cause des Caroline Fourest & cie que je ne regarde plus la télé… je la boycott même… Et pourtant, j’étais un enfant de la télé étant jeune, je ne comprenais pas comment des personnes pouvait s’en passer… Maintenant je sais pourquoi…

  • EAUX TROUBLES

    Les méthodes de Mme FOUREST :

    http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=13668

    Ces erreurs :

    http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=13581

    Et puis ne pas oublier qui elle est :
    http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:1XvFsZW2uuQJ:http://www.culturecommunication.gouv.fr/Espace-Presse/Discours/Discours-d-Aurelie-Filippetti-ministre-de-la-Culture-et-de-la-Communication-prononce-a-l-occasion-de-la-ceremonie-de-remise-des-insignes-de-Chevalier-de-l-ordre-de-la-Legion-d-Honneur-a-Cecile-Reims-de-Chevalier-de-l-ordre-national-du-merite-a-Olivier-Mille-et-de-Chevalier-de-l-ordre-des-Arts-et-des-Lettres-a-Caroline-Fourest%2Bordre+des+lettres++fourest&hl=fr&gbv=2&gs_l=heirloom-serp.3…83891.87506.0.87649.18.18.0.0.0.0.196.1977.1j17.18.0…0.0…1c.1.Nc0jLrKoaLM&ct=clnk

    ou http://www.culturecommunication.gouv.fr/Espace-Presse/Discours/Discours-d-Aurelie-Filippetti-ministre-de-la-Culture-et-de-la-Communication-prononce-a-l-occasion-de-la-ceremonie-de-remise-des-insignes-de-Chevalier-de-l-ordre-de-la-Legion-d-Honneur-a-Cecile-Reims-de-Chevalier-de-l-ordre-national-du-merite-a-Olivier-Mille-et-de-Chevalier-de-l-ordre-des-Arts-et-des-Lettres-a-Caroline-Fourest

    « Chère Caroline Fourest,

    Résolument laïque, progressiste et républicaine. On est tenté, pour vous décrire, d’emprunter au sous-titre de votre dernier ouvrage, Quand la gauche a du courage, ces trois adjectifs qui définissent le ton de vos chroniques et sonnent comme une déclaration de principes. Vous qui défendez la liberté de ton, vous vous battez au nom de ces valeurs fondamentales de notre République indivisible, laïque, démocratique et sociale qui assure devant la loi l’égalité de tous les citoyens.

    C’est une vocation précoce qui vous fait prendre la plume à 20 ans pour déjà pourfendre extrémisme politique et intégrisme religieux. Jeune journaliste d’investigation, vos premiers combats sont menés au nom des femmes. C’est pour elles que vous devenez ensuite une championne de la laïcité. Au service de l’émancipation individuelle et de l’égalité, vous vous mettez en quête d’espaces de liberté où mieux défendre ces valeurs qui vous sont chères.

    Ces espaces de liberté, vous les trouvez à Charlie Hebdo, au Monde, sur Radio France, France 2, où vous animez le débat public à grand renfort de contributions et d’interventions remarquées. Vous avez su jouer de la diversité des formats pour mieux convaincre : les chroniques et les éditoriaux qui vous semblent plus à même de porter vos analyses, les débats télévisés, documentaires ou conférences, mais aussi les cours que vous donnez, pour aller au devant d’un plus large public. Dans le dernier éditorial du Monde pour lequel vous avez travaillé en commentatrice éclairée pendant près de 5 ans, vous vous posez en « guetteur à la fenêtre, qui observe le monde sous son angle, et jouit du privilège – envié – de pouvoir commenter, sourire fort ou crier.»

    Chez vous, regard critique et engagement vont de pair avec une exigence didactique de tous les instants : l’esprit engagé, tel que vous le définissez, « se nourrit pour penser contre lui-même, se convaincre avant de convaincre les autres ». Franc-tireuse, électron libre, vous vous gardez de toute position partisane et plaidez pour une extrême finesse de raisonnement afin d’éviter tout dévoiement de la portée de votre argumentation. Cette rigueur sous-tend chacune de vos contributions et chacun de vos essais, qu’ils soient écrits à deux ou à quatre mains avec Fiammetta Venner, la complice de toujours. C’est cette même rigueur qui a été maintes fois récompensée à travers les nombreuses distinctions de vos travaux d’essayiste : en 2005, Tirs croisés, la laïcité à l’épreuve des intégrismes juif, chrétien et musulman reçoit le prix de la laïcité ; en 2006, La Tentation obscurantiste est consacré par le prix du livre politique de l’Assemblée nationale et par le prix Jean Zay de la laïcité.

    Résolument laïque, progressiste, vous avez fait de l’émancipation dans l’égalité votre passion républicaine alors que notre pays s’apprête à délibérer sur cette réforme sociétale que vous appelez depuis longtemps de vos vœux. Figure incontournable du féminisme et de la lutte contre l’homophobie, vous avez aussi à cœur de défendre l’universalisme contre tout relativisme culturel. Votre ténacité et la force de vos convictions font souvent de vous la cible des attaques les plus personnelles, d’une violence rare, sans que jamais vous ne fléchissiez car comme vous le suggérez si justement dans votre dernier ouvrage : « Le courage est-il toujours dans la radicalité ou au contraire, dans le fait de tenir tête aux radicaux ? »

    Parce que votre voix, chère Caroline Fourest, indispensable à notre espace public, interroge et nourrit les débats qui l’agitent, parce que vous posez sur notre société un regard aiguisé, sans concession et engagé, la République, dont vous défendez les valeurs, vous distingue aujourd’hui.

    Chère Caroline Fourest, au nom de la République française, nous vous faisons Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres. »

    Vous apprécierez : « vous vous gardez de toute position PARTISANE » et « l’extreme finesse de RAISONNEMENT » !!!

    Mme FOUREST, beaucoup de bruit pour RIEN.

  • EAUX TROUBLES

    http://www.rue89.com/2011/07/31/bhl-fourest-adler-val-intellos-faussaires-de-boniface-215102

    « BHL, Fourest, Adler, Val : intellos « faussaires » de Pascal Boniface

    « Boniface classe les plus grands intellectuels faussaires du XXIe siècle, qu’il appelle aussi « beaux parleurs ». Par ordre d’importance :

    Alexandre Adler,
    Caroline Fourest,
    Mohamed Sifaoui,
    Thérèse Delpech,
    Frédéric Encel,
    François Heisbourg,
    Philippe Val,
    BHL, qu’il qualifie de « seigneur et maître des faussaires ».

    Ca en dit long de l’état de déliquescence du journalisme français et du milieu « intellectuel » français !

    A lire :

    http://loeildebrutus.over-blog.com/article-caroline-fourest-serial-menteuse-les-intellectuels-faussaires-109578306.html

  • Sébastien

    Bon, ben, il était bien nul ton faux-documentaire sur les terrasses de cafés conspirationnistes Caro!

  • EAUX TROUBLES

    Pitoyable !

    Ainsi don, il y a les COMPLOTS politiquement corrects et ceux qui ne le sont pas !

    J\’y reviendrais mais la… je vais me coucher…

  • leo Schramko

    Faudra-t-il associer Carole à Caroline ??!
    Cette émission manquait de conviction, c’est le moins qu’on puisse dire ! L’analyse au fond, les expertises indépendantes, les forts soupçons des autres américains ou non : néant !!
    Les ‘faussaires’ comme Daniel Lecomte ou Raphaêl Enthoven étaient de meilleurs suppôts des Cheney-Rumsfeld. Mais par qui donc sont payés et influencés ces intermédiaires sensés nous informer et nous éclairer ??
    Ce qui les énerve et les inquiète est l’indépendance d’esprit des jeunes qui avaient commencé…il y a 10-15 ans par totalement boycotter TF1; maintenant est venu la défiance de fond envers le Service Public audio-visuel de notre pays (j’y associe les autres grands media à la santé chancelante et très soucieux des revenus de la pub !…).
    Ayant essayé d’interpeler -poliment- des plumes reconnues et suffisamment matures de la presse écrite, je ne peux que me désoler du conformisme, de la facilité ou instinct grégaire ET soumission aux hiérarchies qui font que nous pointons en ‘attardés’ sur cette contestation générale de ce qui s’est déroulé ce Mardi 11 septembre 2001; et dans les mois qui ont précédé..et les 11 années suivantes !!!

    finalement je me demande si ce reportage ne va pas avoir un effet inverse à celui escompté (!) car il est suffisamment mal fichu pour que les curieux veuillent en savoir + sur la Tour N° 7, les grosses poutres d’acier qui se tordent à 400° seulement etc, etc !! Et la lecture des articles de Reopen est suffisamment claire et fournie !!

  • ben

    En fait, c’est une bonne chose que ce genre de reportages se multiplie. Pourquoi ? parce que ça montre à l’évidence la trouille qu’ont ces gens là de la perte de leur monopole sur l’information, sur ce qu’ils croient bon que l’on dise au bon peuple et ce qu’il est politiquement incorrect de divulguer, pour une époque maintenant lointaine où l’information était centalisé étatiquement soit de façon ouvertement brutale comme dans les pays de l’Est soit de façon plus soft dans les pays dits démocratiques.

  • Samuel

    Comme « leo Schramko » le dit, l’émission va peut être avoir l’effet inverse, c’est à dire que les gens vont peut être et je l’espère s’informer sur le fond et non sur le contenant.
    Je viens de regarder l’émission en replay, comme d’habitude aucun arguments scientifique n’est repris.
    Et comme d’habitude, par la forme, on essaye de nous faire peur et de nous faire culpabiliser de nos libre pensées, en nous enfermant dans une boîte appelée « complotistes » qui se distingue des honnêtes gens. Premièrement il n’y as pas que des centaines de gens à avoir des doutes, ils y en a des millions, et là ça fait un peut gros comme tiroir de rangement. ( 80 % de la population allemande doute de la version officielle sur le 11 septembre, allez vérifiez ).
    Deuxièmement, il faut arrêter de se la jouer étonnée et de dire
    qu’un gouvernement ne pourrait pas tuer 2800 personnes civiles pour ses propres intérêts. Alors compter le nombre de morts militaires en Afghanistan, Irak … Comptez ensuite les civiles.
    Les 2800 personnes qui sont mortes ce jours là, et nous en sommes tous tristes, ce nombres de personnes tués représentent en ordre de grandeur environ +-1% des morts humaines des guerres US post 11 septembre.
    Faut-il vous rappelez quelque cours d’histoire et ce qui s’est passé dans la nuit du 27 au 28 février 1933 ?
    Arrêtons l’hypocrisie, et de faire comme si cela est irréaliste et de se dire que ça ne peut pas se passer dans le présent. Pourquoi se mettre des barrière dans la têtes avant même d’étudier le sujet dans le fond?

    Il y a un tout de même un petit progrès dans l’émission,
    Caroline Fourest nous dit à un moment dans l’émission qu’elle à des doutes,
     » A force d’écouter les conspirationiste, je n’était plus sûr de rien, alors j’ai pris rendez-vous avec un chercheur du centre d’études des relations internationales »
    Caroline creuse encore, vous n’avez pas fini d’enlever l’épluchure… Je ne pense pas qu’elle est forcément de mauvaise fois, mais simplement qu’elle n’est pas assez informé sur le sujet
    de fond.
    Madame Fourest si vous lisez ce message, intéressez vous aux faits et au résultats d’expériences scientifiques sur le sujet. Arrêtez de parler de la vie des gens et de leurs erreurs, je vous le dit simplement et sincèrement intéressez vous à la science. A titre d’exemple clair et précis, dans une enquête criminelle ce sont les preuves médico-légales qui permettent d’incriminer un meurtrier ou de résoudre une enquête. Et certainement pas en s’intéressant à la psychologie des gens. Oui je vous l’accorde, cela peut aider mais ça ne permet pas de résoudre l’affaire.

    Il y a beaucoup de journalistes pensant détenir la vérité de leurs sources, je ne leurs en veux pas. Mais je trouverais plus intelligent qu’ils s’ouvrent de leur coquons professionnel et pour certains cesser d’agir comme des collégiens, c’est à dire de mettre à l’écart les gens qui ne pensent pas comme eux/ou la masse et en les stigmatisant et/ou en leur faisant porter un surnom rabaissant. ( « Conspirationniste », oui c’est à la limite de l’insulte et c’est même blessant pour des gens qui essayent de réfléchir par eux-mêmes et qui se documentent sur le sujet et observent des faits sans forcément faire de thérorie ).
    Tous cela par peur eux-mêmes de se faire juger également à votre tour.

    Donc arrêtons de prendre les gens par la main pour le faire une ballade, les gens sont adulte et un cerveau pour pouvoir prendre leurs propres chemins et assimilez leurs propres pensées, sans que papa et maman soit derrière pour nous rappeler constamment ce que l’on doit faire, comment on doit penser sans se sentir juger ou anormal.

    Et dernière chose si vous n’avez ne serait-ce que quelques doutes sur ce qui s’est réellement passer Madame Fourest, pourquoi n’encouragez vous pas à une nouvelle enquête complète claire et limpide sur l’évènement majeur du 21 ème siècle ? pour clore un fois pour toute polémique? une seule chose et un seul exemple parmis des dizaine, demandez de déclassifier les vidéos surveillances du pentagone et aux alentours, nous montrant un boeing percutant le pentagone, si vous avez ce pouvoir et que l’on voit effectivement un boeing au contant du pentagone, alors très sincèrement j’irais dans votre sens.

    Respectueusemet envers Madame Fourest Caroline et Librement
    pensé,

    Samuel
    .

  • parousnik

    Franchement si je n’étais pas certain à 200 pour 100 que les tours 1 et 2 percutées par chacune un avion n’auraient pas du s’effondrer comme elles l’ont fait… ni que le WTC 7 ne pouvait s’effondrer du fait de quelques foyers d’incendies épars etc etc… ce genre d’émission me pousserait à m’interroger car un peu simpliste et troublant d’accuser des associations sans offrir la parole aux accusés… ni aux familles des victimes qui luttent pour l’ouverture d’une enquête indépendante ni évidemment d’interroger aux Etats Unis même par exemple les architectes et ingénieurs qui dénoncent la VO… Prendre les téléspectateurs pour des imbéciles est un service qu’involontairement rend CF au mouvement pour la vérité….

  • Citroon

    Voilà, on est venu, on a vu, on n’a pas été déçu !

    De la pure propagande d’une toute petite dame dépourvue d’à peu près tout talent, mis à part celui d’être capable d’insulter l’intelligence humaine sans jamais prononcer d’injures.
    C’est très limité comme talent… et le pire c’est que ça n’est même pas (plus) efficace.

    Comment montrer et remontrer Quirant… continuer à vouloir le faire passer pour LE spécialiste du sujet ? Vraiment Madame Fourest, la ficelle et énôôôrme… Quand on sait son incapacité ABSOLUE à répondre de façon pertinente, sur le forum de ReOpen911 en particulier, à la moindre question technique sur le sujet !

    Comment prétendre que TOUS les spécialistes s’accordent à dire que le WTC7 s’est écroulé à cause de feux de bureaux ? Vraiment, Madame Fourest, qu’elle conscience professionnelle ! Ne même pas citer les plus de 1700 Architectes et Ingénieurs qui réfutent CATÉGORIQUEMENT cette hypothèse depuis plus de 10 ans, en faisant des conférences aux USA et ailleurs, et convainquant à chaque fois la salle ? Vraiment Madame Fourest, quelle éthique !
    À moins que vous ne connaissiez pas ae11truth.com… ce qui doublerait votre manque d’éthique d’une parfaite incompétence !

    Vraiment, Madame Fourest, la coupe est bien pleine, et me laisse à croire que tant de vices de forme dans votre façon de faire du journalisme ne peuvent être dus au hasard : il y a forcément AMBITION DE MANIPULATION… et ça commence à se voir un peu beaucoup.

    Mais nous ne sommes pas dupes, nous savons la position qui est la vôtre.
    Votre position n’est rien d’autre que celle de la petite cheville ouvrière au service d’une vision atlantiste et impérialiste de la marche du monde… et il ne suffit pas de s’autodéclarer “démocrate invétérée” pour en revêtir les attributs.
    Si votre nom restait dans l’histoire, ça ne pourrait être que pour ces minables services médiatiques que vous aurez rendus à cette ambition délétère.

    J’espère que vous lirez ces lignes Madame Fourest, et que cela vous confortera dans l’idée que vos adversaires ne sont ni des illuminés, ni des imbéciles, ni des illettrés, ni des conspirationnistes/antisémites/complotistes/négationnistes…
    Je dis « conforter » car manifestement, vous savez qui nous sommes vraiment, d’où votre panique à peine masquée.

    Un jour pourtant (très proche j’espère), il faudra bien faire votre métier, ou laisser une nouvelle génération « éveillée et déterminée » le faire à votre place. Un jour il faudra que le dossier du 11 septembre soit réellement ouvert et débattu publiquement, de façon contradictoire, et sans Joffrin.
    Le peuples comprennent de moins en moins ce tabou médiatique sur un événement historique de cette importance, voyez-vous ?

    Vous savez tout comme nous que votre stratégie désinformative arrive à ses limites.
    Et comme la censure d’internet (dont vous rêvez quotidiennement à voix hautes sur nos ondes, tout comme vos impayables zamis Val, Enthoven et confrères [voir liste non exhaustives dans un post ci-dessus]) n’est pas sure d’arriver à temps pour vous sauver, ne vous reste qu’à user encore et encore de vos menaces déguisées pour dissuader les « timides » à avouer leur dégoût du joli monde que vous leur mitonnez.

    Vraiment, Madame Fourest, bon courage pour, dans quelques années, assumer vos ignominies policées.

  • Chris222b

    J’ai vu les 5 premières minutes, partie sur 9/11, puis zapper sur ARTE : enquête OBJECTIVE sur la cybercriminalité.

    C. Fourest , je te dis ici !

    prends tous les clichés sur le « crash » du Pentagon que tu veux : HD , gros plans, plans de côté, avec ou sans fumée … et regarde bien de près avec tes yeux, prends une loupe ! , si tu nous montre où est le Boeing 757 , on pourra alors commencer à comprendre et faire notre mea-culpa.

    Donc envoie les clichés !

  • alexov

    Fourest vraiment foireuse… Mais vous avez raison ma petite dame devant une telle nullité journalistique le quidam moyen va peut-être ouvrir les yeux !

  • H.

    J’ai regardé moi aussi le dessin animé de Caroline Fourest hier soir sur France 5, sorte de version low coast de « Zero Dark Thirty », ce bien étrange film US où les Pakistanais parlent arabe.

    Ennuyeux de bout en bout, désuet toujours, tronqué à l’avenant, journalistiquement indigent, il m’a été difficile de vibrer pour Caroline errante dans le Paris intra-muros à la recherche du fantôme de Ben Laden et des méchants « complotistes ».

    Version colorisée des éternelles grisailles de Daniel Leconte
    ( Tintin reporter sur la chaîne Arte ), le premier épisode de l’émission de Caroline Fourest – préfiguration d’une saga prometteuse en quatre tomes – ne manquât pas effectivement de préjugés en série, de grosses ficelles tressées, d’omissions assumées.

    Truffé d’illustrations auto-réalisatrices d’un propos préalablement scénarisé, « les réseaux de l’extrême », premier « ballado-reportage » de l’Histoire télévisée, commença bien étrangement sur les chapeaux de roue : Traités d’emblée « d’obsédés » avant même d’être aperçus, les « complotistes » n’avaient qu’à bien se tenir et le téléspectateur se préparer à se pâmer d’aise, heureux d’avoir payé sa redevance télé pour avoir le droit VIP de contempler un tel chef-d’œuvre.

    Tout fut là, à sa place : les obsédés, les furieux, les tarés, les naïfs, les précieux « experts » doués de raison, les imaginatifs rachitique du bulbe, l’extrême-droite, l’extrême-gauche , Jacques Cheminade, la C.IA, Les américano-sionistes, l’ayatollah Khomeini, les tours de la Défense, la mélancolie de Caroline, la réhabilitation du doute cartésien ( ! ), le complot populaire contre les « bons journalistes », la défense et l’ illustration de la corporation, un libraire développé, un pauvre libraire sous-développé, Thierry Messan, les astéroïdes et la Reine d’ Angleterre.

    Tout fut bien en ordre.

    Une question m’échappe cependant. Pourquoi Caroline Fourest n’emploie t-elle pas son précieux temps et sa qualité de journaliste bac + 3 à des choses plus conséquentes ? Pourquoi ne reprend-t-elle pas l’enquête sur les attentats du 11 septembre 2001 ? En son nom. Oui, pourquoi ne fait-elle pas réellement le métier à qui elle emprunte la qualité première censée la définir : le travail de terrain et le professionnalisme.

    Pourquoi privilégie-t-elle l’accessoire plutôt que l’essentiel ?

  • corto

    lorsque le sage montre le ciel, le simple regarde le doigt.

    un truc du genre…..

  • corto

    je pense que Mme Fourest va penser en nous lisant ici, que nous avons tous les travers qu’elle dénonce. L’obsession de tout ramener à des complots régaliens. Cependant, je pense que le degré de consentement envers le modèle libéral atlantiste (ouverture du grand marché imminente et tout le monde s’en fout) fait que des individus comme Mme Fourest, qui n’est pas encore en haut de l’affiche loin s’en faut, ne se rendent même plus compte du nombre de concessions-compromissions-assentiments-autorisations-censures- idéologiques, économiques, politiques,sociétales (qui frise l’obsession ici poliment intériorisée), que nécessite la production d’un tél reportage ! Ce petit monde baigne dans l’évidence, coupé de la base populaire ou même pênsante qu’elle « dissèque » (dixit dossier de presse) sans à aucun moment entrer en véritable empathie avec elle. Ou alors c’est pour concéder qu’ » elle nous aime bien », d’un air attendri devant des dégénérés qu’il faudrait vite fait confier à la DASS avant qu’ils ne deviennent trop gênants dans le décor matriciel qu’elle tisse sans le vouloir. Fourest fait dans le Zola, mais aujourd’hui, elle n’a pas encore compris, que le capitaine Dreyfuss n’était plus seulement juif…. que les choses étaient un peu plus compliquées…. et donc tout ce petit monde s’auto-congratule en FACONNABLE et en WESTON dans des endroits feutrés (café select, bibliothèque luxueuse, face à la sauvagerie de la rue, au parvis de Beaubourg et à la gouaille de militants à qui elle ne pardonne pas leur tenue, leur diction, leur texte qu’elle cherche à épingler en reproches contrastifs avec le milieu « qui sait »….. mais PUTAIN… ça fait 12 ans qu’on demande à tous ces caquets en FACONNABLE et WESTON, Fourest y compris si elle s’en sent capable,d’enquêter sur tous les points louches du 11-Septembre !!!!

    comment ne pas aborder le Mouvement, sans commencer par ce constat FONDAMENTAL, qui FONDE son action donc…? On essaye avec des moyens dérisoires, de faire ce que les « vrais » (???) journalistes devraient faire depuis 12 ans !!!!

    j’espère que Mme Fourest va lire… on sait plus comment expliquer,à force !!!!

  • Bradbury

    Mais bon dieu, le vrai travail des journalistes sur le 11 SEPTEMBRE a été fait…. C’est juste que le résultat ne vous plait pas..Pas d’inside job… Désolé.
    C’est vous qui êtes totalement bouchés..
    Commencez déjà à démontrer que ce vous trouvez de « louche » l’est rééllement…
    Et retirez vos oeillères : essayez de trouver d’autres explications que celles qui vous font fantasmer.. Vous verrez, qu’une autre explication est possible, réaliste et plausible , en accord avec les lois de la physique, en phase avec TOUS les faits EN MEME TEMPS…
    Mais pour ça, il faudrait que vous abandonniez vos idées préconçues.. que vous vous intéressiez à la physique, à la logique…..
    Mission impossible, quoi…
    Continuez à tourner en rond et à vous auto-intoxiquer, en vous répétant les mêmes âneries pour vous rassurer.
    Vous serez au même résultat dans 10 ans…..

  • Mc Rack

    Le documentaire définit le conspirationnisme comme l’idée que quelques personnes tirent les ficelles de tous les évènements mondiaux.
    Et ensuite il explique que tous les septiques sont manipulés par quelques mercenaires qui tirent toutes les ficelles.

  • Candide

    S’il est un talent indéniable que l’on puisse accorder à l’auteure de ce reportage, c’est la minutie prodigieuse avec laquelle elle a réussi à aborder la question du 11 septembre en évitant toujours de s’approcher du moindres faits irréfutables qui ont été soulevés depuis plus de 11 ans par la communauté des truthers, qui ont amplement été étalés sur la place publique et sur internet depuis, qui ont été relayés par des listes interminables de personnalités, qui ont été décrit dans des dizaines de bouquins et des dizaines de milliers d’articles sur internet et de vidéos notoirement incontournables.

    Mais à y regarder de plus près, elle a en réalité suivi les traces parfaitement balisées de ses prédécesseurs.

    Alors à quoi aura servi son intervention ? Juste à faire du fric, sur un audimat une nouvelle fois berné.
    Soit très exactement ce qui est reproché aux « complotistes/négationnistes/révisionnistes/naifs/illuminés », lesquels sont censés s’auto-alimenter depuis une décennie sur le dos des victimes.

    Visiblement la presse craint de perdre son audimat, bien plus que sa conscience.
    Mais en fait, elle est en train de perdre les deux.

  • IKAR

    Michel COLLON, dont on connait les distances qu’il a toujours maintenu envers le mouvement pour la vérité sur le 11/9, est lui aussi épinglé dans le « reportage » de Fourest.
    Voici ce qu’il en dit lui même sur le site « le Grand soir »:

    « Pourquoi Caroline Fourest attaque-t-elle Michel Collon ?
    Ce mardi 5 à 20h35, France 5 diffusera un documentaire de Caroline Fourest, qui attaquera notamment Michel Collon comme faisant partie des « réseaux de l’extrême » et des « obsédés du complot ». Sa réaction : Il paraît que je fais partie, je cite la présentation officielle de l’émission, des « obsédés du complot », ces « tribus d’internautes soumis à des mercenaires de la propagande passés maîtres dans l’art de désinformer pour radicaliser les identités et discréditer la démocratie en même temps que la presse. »
    Rien que ça ! J’ai écrit à la présentatrice de l’émission, Carole Gaessler, pour demander à pouvoir me justifier de ces crimes épouvantables, et des calomnies de Fourest, dans le débat qu’elle animera ensuite. Pas de réponse à ce jour.
    J’invite chacun à regarder cette émission en réfléchissant aux questions suivantes :
    1. Pourquoi Fourest m’accuse-t-elle sans m’avoir jamais demandé ce que je pense réellement ?
    2. Pourquoi ne cite-t-elle jamais mes articles et livres où j’écris exactement le contraire de ce qu’elle m’attribue ?
    3. Pourquoi, à la place, me calomnie-t-elle en m’amalgamant à des gens d’extrême droite avec qui je n’ai rien à voir et que je combat ?
    4. Pourquoi refuse-t-elle un débat public qui permettrait aux gens de se faire leur opinion ?
    5. Pourquoi met-elle toute son énergie à critiquer les auteurs très divers comme Chomsky, Bricmont et Ramadan et moi-même qui critiquons Israël et les guerres des USA ?
    Si vous souhaitez poser vos questions à l’animatrice de l’émission : carole.gaessler@francetv.fr
    Sur ces rumeurs et calomnies répandues par Fourest et quelques autres personnes, notre site Investig’Action – michelcollon.info reviendra dès que possible.  »

    Pour info, une petite anecdote relevée dans la presse : Caroline FOUREST a été accueillie sous les huées à la dernière fête de l’Humanité. On se demande bien ce qu’elle était venu faire là …

  • Sébastien

    Caroline Forest, agent sioniste, sous-BHL version euh…. Non rien, dénonce les accusations d’ »atlanto-sionisme » sans jamais l’expliquer aux 99% de la population qui ne savent pas ce qu’est le sionisme.
    Ca c’est de la pédagogie et de la télévision « éclairée ». Du grand art.

  • LeDocteur

    Caroline Fourest est une manipulatrice hors pair des médias !
    Elle s’est dite agréssée par des Islamistes alors que des journalistes d’Oumma.com lui posaient simplement des questions !

    Elle se dit apolitique, mais aime a dire : votez Bibi !

    avec elle, ce qui la dérange est un complot contre elle, contre Israel ( on est pour elle, tous de vilains nazis pas beau, sauf Marine qu’elle aime beaucoup depuis qu’elle a rencontré les fachos du Likoud ), ou alors vous aimez pas les femmes !

    Si vous adherez pas a ses thèses, vous etes un complotiste, un agent infiltré d’al-qaeda, un bobo gauchiste ( croyance selon laquelle un RMIste qui n’est pas Frontiste est en fait un petit bourgeois de Paris ) !

    bref, c’est une catachrese

  • Gil

    Ce n’est pas la peine de se lamenter sur les œillères de Caroline Fourest, elle sait très bien ce qu’elle fait.
    Le pouvoir politico-médiatique sait identifier et promouvoir ce genre de profil: intelligence médiocre, culture limitée, avidité de reconnaissance personnelle et sociale, compromission intellectuelle totale, soumission idéologique : le parfait petit kapo de la pensée unique… et elle finira général.
    Le reportage fait la part belle à reopen911, ce qui est une vrai reconnaissance du travail qui est fait ici, et à Thierry Meyssan, la bête noire idéologique.
    Par contre Cheminade en train de se dégonfler sur le pentagone, c’était pitoyable.
    Et des petites perles, on apprend que « Mohamed Atta était architecte de formation, et savait où faire écraser l’avion pour faire s’effondrer l’immeuble »… ça, il fallait oser, j’en suis encore bouche bée.

  • philippe

    Video inedite de 15mn sur le travail trop peu diffusé du travail d’enquête de journalistes perspicaces qui ont mis en évidence le complot au Pentagone, en posant de nouvelles questions aux témoins. A voir.
    http://www.youtube.com/watch?v=7wzpjnNU0HI

  • Gil

    @philippe
    désolé de te décevoir, c’est archi connu, par contre c’est toujours bon à rappeller

    pour revenir à l’article, il a été relvé une manip du petit Kapo
    http://oumma.com/15788/11-septembre-caroline-fourest-flagrant-delit-bidonnage

  • pascale

    La coupe est pleine !

    Ci-dessous une copie du mail que je viens d’adresser à TELERAMA pour manifester ma désapprobation et ma profonde crainte de voir ses « journalistes » cautionner le mépris des hommes et des idées (auxquelles je crois) dont C. Fourest fait preuve dans sa pseudo-enquête.

    http://television.telerama.fr/tele/documentaire/les-reseaux-de-l-extreme,10204710,emission47456874.php

     » Bonjour
    après plus de 20 ans d’abonnement, nous souhaitons résilier dès que possible notre abonnement à Télérama. N’étant ni complotistes, ni extrémistes, ni encartés, ni particulièrement agités, nous ne supportons pas que ce magazine encense une « journaliste » qui vend (à quel prix?) des prétendues enquêtes, sans prendre la peine de s’intéresser aux témoignages assumés de milliers de personnes dont beaucoup d’américains universitaires, ingénieurs, architectes, hauts fonctionnaires, hommes politiques, familles de victimes..qui n’hésitent pas à réclamer la vérité sans aucun anonymat. Cette starlette de la presse française et du petit écran, qui se plait tant  dans son rôle d’héroïne, nous ressort les quelques français qu’il est tellement facile d’humilier et un ingénieur. Comme si les remises en questions du 11 septembre étaient la marotte de quelques uns.
     Le journalisme français se coupe de plus en plus de la société réelle. Sortez un peu de votre microcosme, quittez vos cocktails, mettez vous au travail avec humilité et honnêteté, lisez la presse étrangère, faites vous un avis réel au lieu de vous contenter de ce que raconte supercaro, intéressez vous au sujet avant de prendre parti et peut être regagnerez vous la confiance des gens. Allez le rattrapage est surmontable pour les gens sérieux. « 

  • Bernard

    Si les médias s’acharnent depuis 11 ans sur ce qu’il ne faut pas penser, le moins qu’on puisse dire, c’est que l’on ne sait plus quoi penser.

    Sincèrement, au lieu d’accuser tous les « complotistes » qui osent évoquer des idées saugrenues, pourquoi est-ce que les médias ne nous sortent pas un dossier très bien ficelé sur TOUTE la vérité sur le 9/11 ? Sachant que ce dossier doit TOUT mentionner, être cohérent en tout point, ne pas se prendre les pieds dans le tapis comme l’administration américaine à chaque (fausse) déclaration, et surtout, répondre à toutes les questions de aetruth, des familles de victimes, etc…

    Tout le monde parle de VO, on se réfère sans cesse à elle, mais en réalité, la VO c’est quoi ? Je voudrais bien le savoir, moi. Car je n’en connais que des bribes. Alors au lieu d’être un soi-disant « complotiste », je souhaite à présent être un « ignorant souhaitant tout savoir ».

    Alors allez, les médias. Sortez-nous cette VO à laquelle vous croyez tant, celle censée tout expliquer (jusqu’à votre adhésion inconditionnelle). Dites-nous la vérité. N’accusez plus, et instruisez. Ca se vendra très bien, rassurez-vous, puisque 58% des français n’y croient pas et se jetteront sur votre édifiante et historique parution pour la faire encadrer. Les livres d’Histoire se réfèreront à la somme de travail fournie, autant à la perspicacité de vos investigations

    Vous voulez être sûr de vendre votre parution ? Appelez-là : « Exclusif ! Le 11 septembre en version 2.0″ (car vous savez faire des titres, hein ?)

    Quelques questions (personnelles) que je vous soumets :

    - Qui a dit que les armes de destruction massive ont existé en Irak ? (et donc, de qui doit-on TOUJOURS douter)
    - Comment le WT7 est tombé en chute libre sur 8 étages, d’un coup, sur son empreinte, à cause de feux de bureaux
    - Pourquoi le NIST raconte n’importe quoi http://www.ae911truth.org/en/news-section/41-articles/733-faq-11-does-the-nist-wtc-7-computer-animation-of-the-collapse-prove-that-the-skyscraper-came-down-by-fire.html
    - Comment un avion entier est passé par un petit trou du Pentagone les ailes fermées, puis a réouvert ses ailes à l’intérieur pour casser toutes les colonnes porteuses (voir la simulation 3D des scientifiques), puis s’est entièrement reconcentré ensuite pour faire 3 trous successifs dans de très épais murs de béton sans jamais dévier, pour ensuite disparaitre complètement après le dernier trou. Et tout ça sans explosifs ni magie noire, bien sûr…
    - Comment des milliers de tonnes de béton des WTC 1 & 2 sont réduits en poussière AVANT l’impact du sol…
    - Pourquoi le pirate du vol du Pentagone était un pilote émérite, expert es acrobatie et haute voltige, mais était également complètement taré. (voir les données officielles du vol). Pourquoi a-t-il eu cette trajectoire, et n’a-t-il pas également rajouté trois loopings et deux tonneaux en vol ? Quelle manette a-t-il actionné pour replier les deux ailes et la queue au moment de l’impact ?
    - Sortez-nous toutes les vidéos du crash Pentagone
    - Allez filmer Bush en caméra cachée, pour voir comme il se marre en ce moment (même s’il est risqué pour lui d’aller au Canada)
    - Expliquez également pourquoi la nanothermite trouvée dans les débris est l’idée d’un l’esprit fallacieusement abusé par des apparitions d’extraterrestres
    - Contre-prouvez que la thermite puisse jamais faire fondre l’acier (mais peut faire de jolis glaçons)
    - Donnez-nous les noms de tous les bénéficiaires des délits d’initiés du 9/11. Soyez s’il vous plaît aussi inquisiteurs et passionnés que lors de l’affaire DSK. Montrez-nous toutes les expressions en gros plan de tous ces porteurs de portefeuille, bronzés sur leurs yachts, ou bien au fond de leurs grottes à la « james Bond ». Etalez-les sur toutes les couvertures de magazines. Ca vaut au moins 10 fois DSK, 100 fois Kerviel, et 1000 fois le yacht de Bolloré
    - Pour le plaisir s’il vous plaît, affirmez publiquement comment vous parvenez à déduire que 58% des français sont des complotistes fanatiques extrémistes négationnistes. Ca électrise ma sagacité, et je crois que plein de gens vont adorer ça.
    - PS : Avez-vous jamais entendu parler des questions ci-dessus ??? Habitez-vous sur cette planète ou sur la Lune ?

    ALLEZ, LES MÉDIAS
    - Dites-nous en quoi vous croyez, vous qui en êtes si sûrs !
    - Dites-nous comment vous faites pour ne jamais douter
    - Dites-nous comment vous faites pour dormir la nuit sans jamais y penser
    - Dites-nous ce que vous ressentez dans la glace le matin
    - Lâchez-donc ces quelques mésérables « complotistes » sans défense, et montrez-nous les VRAIS coupables du 9/11 (vous savez, tous ceux qui ont été récompensés…)
    - Dites-nous comment vous parvenez à connaître toutes ces zones d’ombre de l’administration américaine ! (Oui vraiment, vous êtes trop forts!)

    ALLEZ, LES MÉDIAS – Faites votre job !

    PS (1) : mais êtes-vous encore indépendant ?
    PP (2) : mais êtes-vous encore un interlocuteur ?

  • Tixo

    Caroline Fourest et ses amis ont pris pour habitude d’humilier tout ceux qui n’ont pas choisi le conformisme.

    Je pense que la liberté d’expression doit rester la même pour chacun quelles que soient ses idées.

    Malheureusement certains souhaitent détruire ceux qui ont envie d’ouvrir le débat en mettant sur la table des observations qui pourraient être un point de départ à une discussion constructive.

    Moi aussi je suis père de famille, et ne fréquente ni les associations extrémistes ni secte ni rien du tout. Je vais au travail tous les jours comme chacun, pour nourrir ma famille. Je ne suis pas un illettré ou un drogué. J’ai seulement l’esprit critique et lorsqu’on me montre quelque chose en me disant c’est comme ça, j’ai envie de réfléchir et comprendre pourquoi et surtout si ça pourrait être autrement.

    Alors madame Fourest, permettez moi de vous demander d’arrêter de mettre en miettes ceux qui n’ont pas vos idées et leur accorder juste le respect de base que chaque citoyen à droit. Nous ne sommes pas des chiens ni des sous être humains comme vous le laissez trop souvent entendre.

    Merci d’avance.

Trackbacks

  •  





*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Click to hear an audio file of the anti-spam word

``