Un ex-agent de la FAA critique la Commission du 11-Septembre

 


Aéroport Logan de Boston

 


La sécurité aérienne aurait-elle été éludée dans le rapport de la Commission d’Enquête sur les attentats du 11/9 ?

Par Bandbsull, sur 911Blogger, le 03 novembre 2014

Traduit par François pour ReOpenNews

 

Le 6 octobre 2014, le New York Post a publié un article sur la surveillance dont Mohamed Atta avait fait l’objet à l’aéroport Logan de Boston le 11 mai 2001. Bien que la Commission d’Enquête sur les attentats du 11-Septembre ait disposé de cette information au moment de la rédaction du rapport, elle n’en a, comme par hasard,  pas fait état.

Immédiatement après la publication du rapport de la Commission d’Enquête, j’ai écrit à Thomas Kean, le Président de la Commission, pour attirer son attention sur plusieurs éléments qui avaient été transmis aux membres de la Commission mais qui, de manière inexplicable, étaient absents du rapport final.

En voici quelques exemples :

  • Le rapport de la Commission Carter (Comité Consultatif Spécial du Gouverneur du Massachusetts chargé d’examiner les problèmes de sécurité au sein de l’autorité portuaire du Massachusetts) et ses conclusions relatives aux défauts de sécurité constatés au niveau de la FAA (i), des compagnies aériennes et de Massport (ii) avant le 11-Septembre.
  • Le memorandum du Directeur de la sécurité de l’autorité portuaire du Massachusetts, Joe Lawless, adressé à ses cadres en avril 2001, qui évoquait la fréquentation de l’aéroport Logan par des terroristes et la nécessité de corriger les vulnérabilités connues dans cet aéroport.
     
  • Le rapport de la société Counter Technology Inc sur la sécurité à l’aéroport Logan, dont 6 pages critiquaient la Direction de Massport sur les procédures de sécurité, mais qui ont été supprimées du rapport original après une réunion avec le Directeur juridique de Massport.
  • Les Directeurs de Compagnies Aériennes de Logan (LAMCO), en liaison avec le Directeur fédéral de la sécurité de la FAA à Logan, rejetant la proposition de Joe Lawless d’effectuer des tests inopinés des points de contrôle en juillet 2001.
  • Jane Garvey, la Directrice de la FAA, qui n’a pas réagi après que la hotline d’un administrateur de la FAA se soit plaint en été 2001 de problèmes de sécurité à Logan en produisant la vidéo d’une chaîne de télévision de Boston qui faisait état, le 6 mai 2001, de failles de sécurité, notamment au niveau des mêmes points de contrôle qui seraient empruntés par les terroristes en septembre 2001.
     

Heureusement, tous ces éléments ont pu être versés aux dossiers des plaignants lors des procès engagés pour les décès et les dégâts matériels liés au 11-Septembre et ont eu, par voie de conséquence, une importante couverture médiatique.

La Commission d’Enquête ne les a peut-être pas trouvés suffisamment importants pour être inclus dans leur rapport, mais les avocats des plaignants les ont, eux, trouvé suffisamment importants pour les inclure dans leurs dossiers.

Au fil des procès, de plus en plus d’informations, dont certaines était détenues par la Commission et d’autres non, devinrent disponibles suite aux investigations juridiques réalisées. Les documents les plus importants furent probablement ceux relatifs à la surveillance de Mohamed Atta à l’aéroport Logan le 11 mai et le 9 septembre 2001 et à l’état désastreux des procédures de sécurité avant le 11-Septembre, notamment au niveau des points de contrôle.

Encore une fois, les médias ont fait ce que la Commission avait omis de faire, en rendant public toutes ces informations. Ceci a permis aux familles des victimes du 11-Septembre de se faire entendre de l’opinion publique, puisque le juge Alvin Hellerstein ne leur avait jamais permis de présenter ces éléments de preuve devant un tribunal. D’ailleurs, pas un seul décès ne fut jamais examiné devant la justice. Signalons au passage que le New York Post a également écrit un article (le 9 septembre 2007) sur le mépris du juge Hellerstein pour les familles des victimes du 11-Septembre.

Voici encore deux exemples criants des efforts déployés par la Commission pour minimiser l’étendue de l’insécurité dans le transport aérien.

Tout d’abord, ils ont ignoré les conclusions du rapport d’un agent de l’OSC (iii) publié en 2003 et qui mettait en évidence les graves dysfonctionnements de la "Red Team" de la FAA (iv) entraînant un risque grave pour la sécurité publique. La "Red team" a réalisé des tests de sécurité inopinés dans les principaux aéroports américains au cours desquels de très nombreux défauts de sécurité ont été constatés. Mais la Commission n’en a pas parlé dans son rapport.

Ensuite, elle n’a jamais communiqué son étude sur le personnel de sécurité aéronautique (Four Flights and Civil Aviation Security). Cette étude n’a été rendue publique que le 28 janvier 2005, et la version publiée était fortement expurgée. Une seconde version a été publiée le 12 septembre 2005 dont certaines portions sont toujours censurées à ce jour.

Et maintenant, examinons de plus près le rapport de la Commission d’Enquête lui-même. Un des problèmes majeurs avec ce rapport réside dans le fait que les hypothèses et les conclusions qu’il contient étaient basées sur des informations incomplètes, contestables et, dans certains cas, inexactes. Lors des procès engagés pour les décès et les dégâts matériels liés au 11-Septembre, le juge Alvin Hellerstein a considéré que l’étude sur le personnel de sécurité, les déclarations du personnel et le rapport de la Commission d’enquête lui-même étaient irrecevables comme preuves parce que plusieurs conclusions de la Commission étaient basées sur des sources pas totalement fiables ou non acceptables par un tribunal américain.

Quand les membres de la Commission ont rédigé leur rapport, ils l’ont fait sur la base des informations disponibles à cette époque. Aujourd’hui, nous disposons de nouvelles informations révélées par les investigations juridiques qui ont été effectuées durant ces dix dernières années. Il est tout à fait possible, et même probable, que ces nouvelles informations auraient très bien pu  altérer leurs hypothèses et leurs conclusions s’ils en avaient eu connaissance au moment de la rédaction du rapport.

En plus d’avoir omis de mentionner la surveillance dont Mohamed Atta faisait l’objet à l’aéroport Logan au printemps 2001, la Commission a également passé sous silence, minimisé, ou tout simplement n’a pas eu à sa disposition, les informations dont nous disposons actuellement sur l’état lamentable de la sécurité aérienne et aéroportuaire avant les attentats du 11-Septembre.

Examinons quelques exemples :

  • Le rapport mentionne les problèmes de sécurité à l’aéroport Logan de Boston durant les mois précédant les détournements du 11-Septembre dans une simple note de bas de page. Cette note fait référence au reportage d’une télévision locale réalisé en mai 2001 et qui révélait des anomalies dans les procédures de sécurité. Elle fait également référence à un e-mail envoyé en août 2001 au Chef de la sécurité de la FAA, Michael Canavan, qui pointait du doigt plusieurs problèmes de sécurité à l’aéroport Logan. Cette station de télévision avait travaillé avec un ancien membre de la Red Team de la FAA, Steve Elson, et avait passé des objets interdits au travers des mêmes points de contrôle qui seraient  empruntés par les terroristes le 11-Septembre. Le rapport indiquait que l’équipe de télévision était retournée sur place quelques semaines plus tard et avait constaté les mêmes problèmes bien que les responsables de l’aéroport, des compagnies aériennes et de la FAA aient été informés de ces défauts de sécurité. Au lieu de détailler ces défauts dans son rapport, la Commission y a simplement fait allusion dans une note en bas de la page 451.
  • Le 11-Septembre, les agents chargés du contrôle des bagages n’ont pas détecté les cutters et les bombes au poivre utilisés par les pirates pour prendre le contrôle des avions, en dépit des alarmes et des détecteurs de métaux portatifs. Ces objets étaient interdits par la FAA à bord des avions. La rapport de la Commission indique que ces armes ont été utilisées, ainsi que des petits couteaux, mais ne mentionne pas qu’elles étaient interdites. Il précise simplement que les couteaux ayant une lame inférieure à 12 cm étaient tolérés à bord. Plus tard, dans leur étude sur le personnel de sécurité, ils préciseront effectivement que les cutters et les bombes au poivre étaient interdits à bord des avions mais comme ce document a eu une diffusion beaucoup plus restreinte que le rapport de la Commission, le public n’a jamais été informé que des objets interdits avaient passé le contrôle et s’étaient retrouvés à bord des avions. Pourquoi cela est-il important ? Parce que si des objets interdits ont été introduits à bord, la responsabilité des compagnies aériennes pourraient être engagée. Donc, une fois de plus, des informations qui auraient été utiles aux plaignants lors des procès contre les compagnies aériennes, ont été minimisées.
     

Nous savons parfaitement que le gouvernement ne voulait pas que des poursuites soient engagées contre les compagnies aériennes. Ceci est clairement mis en évidence par la loi sur le Fond de Compensation des Victimes (VCF) qui contient une clause interdisant à ceux qui ont opté pour le VCF de poursuivre en justice les compagnies aériennes. Cela a encore été constaté au procès de Zacharias Moussaoui, où l’avocate de la Transportation Security Administration, Carla Martin, fut accusée d’influencer les témoins pour essayer de réduire la responsabilité des compagnies aériennes. Il est donc facile de comprendre pourquoi la Commission aurait également minimisé la responsabilité des autorités aéroportuaires et des compagnies aériennes.

D’autres facteurs ont probablement contribué à minimiser ces problèmes de sécurité parmi lesquels on peut citer les liens étroits qui existaient entre Georges Bush Jr et les compagnies aériennes américaines, la crainte de gêner le gouvernement (la FAA et l’administration Bush) ou encore les conflits d’intérêt entre plusieurs membres de la Commission qui avaient des liens de longue date avec l’industrie aéronautique.

Je suppose que certains avanceront que les événements du 11-Septembre sont ouverts au débat, mais il est néanmoins évident que le rapport de la Commission d’Enquête doit  être corrigé et actualisé, ne serait-ce que pour incorporer  les nouveaux éléments découverts lors des investigations juridiques effectuées ces dix dernières années. En outre, quelles nouvelles informations seront révélées lorsque les 28 pages censurées de l’enquête sur les activités des agences de renseignement (Joint Congressional Intelligence Inquiry – le rapport du congrès de 2002, ndlr) et les 27 boites de documents secrets détenus actuellement par le bureau du FBI de Tampa seront finalement rendus public ? Est-ce que des complicités saoudiennes dans les attentats du 11-Septembre seront confirmées ? Et qu’en est-il des passages censurés dans la dernière version de l’étude sur le personnel affecté à la sécurité aérienne ? Lorsque ces informations seront disponibles, est-ce que les défauts de sécurité aérienne et aéroportuaire qui ont précédé le 11-Septembre apparaîtront plus clairement.

En attendant, les nombreuses voix qui s’élèvent pour demander la réouverture de l’enquête sur les attentats du 11-Septembre sont de plus en plus fortes. Peut-être qu’une opportunité de rétablir les faits se présentera après les élections de cette semaine.
 

Brian F. Sullivan

Agent spécial de la FAA (en retraite)
 

Notes du traducteur :
(i) Federal Aviation Administration. C’est l’équivalent américain de la Direction Générale de l’Aviation Civile
(ii) Autorité publique indépendante en charge du développement et de la gestion des aéroports, des ports maritimes et des infrastructures de transport
(iii) US Office of Special Counsel. C’est une agence fédérale dont le rôle principal est de protéger les employés du gouvernement contre les pratiques illégales à l’encontre du personnel et notamment vis à vis des lanceurs d’alerte
(iv) Une "Equipe rouge" est un groupe indépendant qui met à l’épreuve une organisation pour vérifier et améliorer son efficacité
 

En lien avec cet article :

 


 

18 Responses to “Un ex-agent de la FAA critique la Commission du 11-Septembre”

  • kidkodak

    Rien à dire sur cet article qui renforce la version officielle et celle des pirates de l’air.

  • A la rédaction : je remets le commentaire déjà posté en-dessous de l’autre ReOpenNews référencée ici :

    Il serait temps, 13 ans après, de prendre nos distances face à ce vocabulaire qui valide la version officielle. Arrêtons de parler des « pirates de l’air » et précisons qu’il s’agit de « soi-disant » pirates de l’air, ou de « supposés » pirates de l’air.

    Et rappelons systématiquement que RIEN NE PROUVE QUE 19 MUSULMANS AIENT DËTOURNË LES AVIONS DU 11/9

    http://www.reopen911.info/News/2008/12/22/rien-ne-prouve-que-des-musulmans-aient-detourne-des-avions-le-11-septembre/

    Lecture obligatoire avant ou après cet article (!)

  • Buzz

    Ce n’est pas parce que certains faits ou certaines critiques sont plus modérés ou vont à l’encontre de vos convictions qu’il faut les rejeter.

  • kidkodak

    Buzz: »Ce n’est pas parce que certains faits ou certaines critiques sont plus modérés ou vont à l’encontre de vos convictions qu’il faut les rejeter. »
    Avez-vous visionné le documentaire de Massimo Mazzuco, The New Pearl Harbor.
    C’est vrai qu’on ne peut regarder çà d’un seul coup à cause de la quantité phénoménale d’informations,mais cela en vaut le coup.
    Il y a une différence entre une critique modérée et une apparence de critique ayant pour but de nous diriger dans la mauvaise direction et nous faire perdre un autre 13 ans.

  • Buzz

    @kidkodak : on doit sûrement avoir une analyse très différente des raisons qui ont amenées le mouvement à perdre 13 ans dans sa cause…

  • parousnik

    Il y avait selon la VO 19 pirates mais ou sont donc les photos de ces pirates fantomes lors de leurs passages aux controles ? Le 6 octobre reopen présentait une photo de Atta passant un controle le 11.01… mais auxEU les dates sont inversées.. d’abord l’année puis le mois suivi du jour… donc le 11 01 c’est le premier novembre… 2010 peut être ou 2009 etc. Moi je m’en tiens a ma logique… vu la constitution de tours jumelles elles ne peuvent s’être effondrée suite du seuls impacts des avions. quand au WTC 7 qui s’effondre comme un chateau de carte, de plus en ce qui concerne le pentagone un avion aussi énorme que celui qui aurait frappé le pentagone aurait du laisser de nombreux débris… etc etc

  • Phrygane

    Il n’empêche que la démarche de Brian F. Sullivan, même si on peut la juger « tiède » (ce n’est pas mon cas et je comprends l’impatience et la frustration de ces 13 années chez certains d’entre nous).

    Cette démarche va dans le bon sens dans la mesure où elle souligne et prouve que l’enquête officielle a été bâclée.

    Qu’en conséquence il faudrait la rouvrir pour incorporer de nombreux éléments manquants…

    Maintenant imaginons simplement que la décision soit prise de rouvrir officiellement l’enquête sur le 11/9.

    Sans préjuger des résultats de la nouvelle enquête, quel impact sur le grand public ! Non ?

    Ce serait le droit à douter qui serait officialisé…

    .

  • kidkodak

    Phrygane:  »Cette démarche va dans le bon sens dans la mesure où elle souligne et prouve que l’enquête officielle a été bâclée. »
    La pression ne cesse de monter et pleins d’évidences sont maintenant rendues publiques démontrant à la face du monde que la VO du 11 septembre est de bouillie pour les chats.

    Si les responsables voulaient gagner du temps à nouveau et faire diminuer la pression du publique qui leurs est maintenant imposée ,que feraient-ils?
    Ils feraient semblant d’offrir une ouverture prenant un sujet comme par exemple les  »pirates de l’air »( et non les présumés pirates de l’air) et broderaient un autre treize ans là dessus avec pleins d’embuches qu’ils se lanceraient eux-mêmes dans les jambes ce qui qui multiplieraient les délais.
    C’est incontournable de réaliser que personne n’a encore été accusé du pire acte terroriste sur le territoire des E.U.,donc
    qu’ ils sont toujours actifs.Les medias,l’armée,les 2 partis politiques,et des groupes qu’ont ne connaient pas,bref,business as usual en 2014.

    Je laisse la liste des points qui se doivent d’être débattus immédiatement que j’ai ramassé sur le site de Mazzsuco(en anglais),car c’est là où nous en sommes rendus.
    Fini de tourner en rond.
    http://www.luogocomune.net/site/modules/sections/index.php?op=viewarticle&artid=167

    DVD 1

    INDEX for DVD 1

    INTRODUCTION

    0.01:02 – 12 parallels between Pearl
    Harbor and September 11
    0.14:10 – The debate: main issues

    PART 1 – AIR DEFENSE

    0.14:55 – Where are the interceptors?
    0.16:12 – The « incompetence theory »
    (radars, transponders)
    0.22:00 – The military drills
    0.29:40 – Specific warnings
    0.33:08 – The chain of command
    0.38:10 – Promotions, not punishments
    0.39:50 – The Mineta case
    0.47:38 – Debunkers: « Mineta was mistaken »
    0.53:18 – The Mineta case – A summary

    PART 2 – THE HIJACKERS

    0.57:15 – « Piss-poor student pilots »
    0.59:38 – Marwan al-Sheikki (UA175)
    1.01:52 – Ziad Jarrah (UA93)
    1.03:06 – Hani Hanjour (AA77)
    1.04:00 – The debunkers’ positions
    1.06:00 – 2 simulations of the Pentagon attack
    1.13:10 – Someone knew?
    1.16:40 – Airport security cameras
    1.20.15 – The missing black boxes

    PART 3 – THE AIRPLANES

    1.26:50 – Passenger planes or military drones?
    1.28:20 – Impossible speeds
    1.37:30 – What happened to the passengers?
    1.38:35 – The cellphone calls
    1.48:30 – The debunkers’ position
    1.50:38 – If not from the planes, from where?

    DVD 2

    INDEX for DVD 2
    PART 4 – THE PENTAGON

    0.02:35 – Downed light poles
    0.03:30 – The missing plane
    0.04:30 – The official version
    0.05:24 – Problems with the official version
    (wing, ailerons, tail, engines)
    0.13:09 – The mystery hole
    0.14:10 – The debunkers’ explanations
    0.16:20 – Conclusions on damage analysis
    0.17:00 – The missing tapes
    0.18:30 – Security video analysis
    0.23.40 – Pentagon summary

    PART 5 – FLIGHT 93

    0.24.15 – The empty hole
    0.28.00 – The debunkers’ explanations
    0.33:00 – Plane crash or bomb explosion?
    0.34:50 – The debris field

    0.37.20 – The shootdown hypothesis
    0.38:50 – The small white plane
    0.41:40 – « Let’s roll »
    0.44:25 – Summary of Flight 93

    PART 6 – THE TWIN TOWERS

    0.45:10 – Introduction
    0.47:45 – The Towers’ small dirty secret
    0.53:10 – Larry Silverstein
    0.56:15 – NIST vs. Architects & Engineers
    0.58:00 – Robust or fragile buildings?
    1.04:45 – The initial collapse – Explanation #1
    1.05:45 – The initial collapse – Explanation #2
    1.07:35 – Problems with the official explanation
    1.18:00 – The full collapse – No official explanation
    1.18:50 – Law of physics violated
    1.20:50 – The Twin Towers and freefall
    1.27:50 – Debunkers’ response to A&E

    « September 11 – The New Pearl Harbor »

    DVD 3

    INDEX for DVD 3

    (Twin Towers continued)

    0.00:20 – The hypothesis of controlled demolitions
    0.01:08 – Debunkers: « Impossible to place explosives »
    0.07:34 – Explosions in the Twin Towers (witnesses)
    0.15:00 – « Fuel in elevators shafts » theory
    0.23:25 – Debunkers: « Explosions not recorded by tv cameras »
    0.30:26 – Squibs
    0.33:00 – Explosive force (montage)
    0.35:00 – Ejecta
    0.38:00 – Diagonal cuts
    0.40:15 – What happened to the hat trusses?
    0.42:20 – Extreme temperatures
    0.45:30 – Debunkers’ explanations
    0.46:45 – Twisted and mangled beams
    0.47:40 – Molten steel
    0.51:05 – Molten concrete

    0.53:50 – Pulverization
    0.57:40 – Victims vaporized
    1.02:20 – Conclusion on the Twin Towers

    PART 7 – BUILDING 7

    1.05:10 – Introduction
    1.06:35 – Official version by NIST
    1.09:36 – Collapse computer simulation
    1.11:00 – Fire computer simulation
    1.12:20 – Debunkers: « Building 7 weaker »
    1.14:25 – Preknowledge
    1.19:00 – Symmetry
    1.20:00 – Freefall

    EPILOGUE

    1.22:30 – John McCain
    1.24:35 – The last word

  • kangoo06

    @Buzz: 13 ans de perdus à cause du silence des médias,à cause de la disparition des vrais journalistes d’investigation ,à cause de la main mise sur tous ces médias par les gouvernements….etc…..
    Je suis cette histoire depuis novembre 2001 bien avant la parution du livre de Thierry Meyssan car moi aussi j’avais été surpris d’entendre qu’un avion pouvait plier ses ailes pour se faufiler dans un trou parfait!!!!
    Alors oui marre de voir des articles qui renforcent la VO.

  • Phrygane

    Les gars, si tout le monde était aussi convaincu que vous et, en général que ceux qui fréquentent ce site, il y a belle lurette que l’affaire serait pliée.

    Malheureusement, nous sommes une minorité…

    …mais une minorité qui s’étoffe, avec la venue de nouveaux curieux qui commencent à douter, au vu du bazard mondial provoqué par la stratégie US dont le 9/11 fait partie.

    Car vous conviendrez que la situation actuelle a, pour point de départ le 9/11.

    Et, pour un nouveau venu, il faut tout réexpliquer.

    Patiemment.

    Certes la démarche mise en exergue ne conclut pas (et ne prouve pas qu’il y ait eu un « Inside job ») mais elle prouve que l’enquête officielle a été du foutage de gueule
    qui a conduit à des guerres meurtrières, couteuses et… perdues.

    Et qui ont au final fait empirer les choses.

    Encore un peu de patiente, les gars :
    l’évolution des choses est lente, mais ce qui est SUR, ce qui est EVIDENT,c’est qu’elle ne va pas dans le sens prévu initialement par ces abrutis de conspirateurs.

  • Citroon

    Ben s’il faut tout réexpliquer à chaque fois, pas de problème… mais c’est malheureusement ce que ne fait pas ce genre d’article qui ne parle que de micro-problèmes et résume le tout à : « Il y avait des failles de sécurité énormes. Malheureusement on n’a pas voulu écouter les personnes qui les mettaient en évidence à priori… ni voulu intégrer à posteriori ces éléments au rapport final. »

    Bon, alors pour tous ceux qui arriveraient sur ce site sans être encore très bien informés sur le sujet, comprenez que cet article ne dit rien d’autre que la version officielle pondue il y a 13 ans, c’est à dire : « Nous avons failli, nous savions que ça allait arriver et nous avons été incapables de l’empêcher… En d’autres termes c’est un « accident » dont nous avons su tirer les enseignements… Dormez tranquilles bonnes gens, tout est réparé et à nouveau sous contrôle. »

    Comme le rappelle certains ci-dessus, absolument rien ne prouve que les attentats aient été perpétrés par des terroristes musulmans.
    Tout prouve que les 3 tours du WTC n’ont en aucun cas pu s’écrouler à cette vitesse, jusqu’à ce niveau (= INTÉGRALEMENT !!)
    Aucun N° de série n’a été produit pour prouver que ce qui a percuté le Pentagone est bien le vol AA77
    Tout prouve que les appels de B. Olson n’ont pas pu être passés depuis cet appareil en vol

    J’arrête, il y à 600 points comme ça (et les 50 questions de Mazzucco en sont la quintessence) qui ne laissent aucun doute à qui se penche un peu sur l’affaire.

    En revanche, penser faire douter sur de simple détails dérisoires est, à mon sens, parfaitement utopique.
    Penser faire rouvrir le dossier grâce à la mise en évidence de ces points de détails l’est tout autant. Pire : si ça arrivait c’en serait fini des vraies questions, et on ne finirait que par un procès bidon pointant des vices de forme/procédure à 100000 lieues du sujet qu’on prétendrait traiter.

    Bref, comme le disait Ceecee Lysles : « It’s a frame… »

    Je rejoins donc GV, kidkodak, kangoo06… dans leur inquiétude de voir disparaître (par habitude, fainéantise ou autre raison) les plus extrêmes réserves quant aux sujets qui ne traitent plus des incontournables et primordiaux éléments à charge pour ne se focaliser, voire s’appesantir, que sur des choses qui ne tirent, à qui veut bien ouvrir les yeux, que dans le sens de la VO.

  • Buzz

    Cet article ne va pas dans le sens de la VO, il va contre vos convictions, c’est très différent. Il ne dit pas non plus que tout se limite à un problème de sécurité, c’est là aussi bien caricatural. Ici on a un agent de la FAA qui émet une critique sur la base de faits précis, point. S’il faut obligatoirement parler de démolition contrôlée et d’inside job pour avoir droit de cité dans le mouvement du 11-Septembre, pas étonnant que ce mouvement se soit auto-marginalisé.

  • Phrygane

    Et, si je en m’abuse, le site propose deux pages d’accueil, l’une pour les visiteurs réguliers (nous autres) et la seconde pour les nouveaux arrivants.

    Ne passez pas votre mauvaise humeur sur ceux qui font vivre ce site. C’est assez injuste.

    Ou créez-en un, éventuellement plus performant…

  • H.

    Les USA alliés d’ Al-Qaida en Syrie :

    Associated Press :

     » Des rebelles syriens soutenus par les Etats-Unis font une percée inégalée au sud de Damas en prenant aux forces gouvernementales toute une série de villes qui leur bloquent l’accès au siège du pouvoir du président Bashar Assad.

    On pense que les forces rebelles incluent des combattants qui ont bénéficié d’un programme d’entraînement de deux ans de la CIA dans le sud de la Syrie, près de la frontière avec la Jordanie.

    Il faut noter que dans le sud, les rebelles travaillent main dans la main avec les combattants de la branche syrienne d’al-Qaida, dont les militants rompus à la guerre ont permis aux forces rebelles de prendre du terrain aux forces gouvernementales.

    Cette coopération révèle la difficulté qu’ont les Etasuniens à constituer des factions « modérées » exemptes de militants d’al-Qaida.  »

    Les gens qui sont accusés d’avoir détruit les tours du world trade center le 11 septembre, travaillent ouvertement avec les forces soutenues par les Etats-Unis. Des mercenaires étasuniens coopèrent avec Al-Qaeda mais ce n’est pas un scandale, juste une « difficulté », selon Associated Press.  »

    Il va être bientôt être temps de revoir de fond en comble la mythologie officielle du 11 septembre à la lumière de la géopolitique.

    Cela supposera de ne pas simplement se fixer sur l’évènement lui-même mais sur la politique US qui l’a inventée, fabriqué et cultivé de longue date.

    Bonne lecture :

    http://www.legrandsoir.info/des-mercenaires-etasuniens-cooperent-avec-al-qaeda-mais-ce-n-est-pas-un-scandale-juste-une-difficulte-selon-associated-press.html

  • Bah Tuvois

    A mettre dans la filière JFK et d’ici quelques années les gens en position de parasiter le dossier auront fait leur travail.

    Entre temps ce ‘choc post traumatique mondial’ a remplis sa mission et les populations ont accepté de sacrifier leurs libertés contre la sécurité.

  • Phrygane

    H.

    Excellent article.

    Quand on commence à mentir, on ne peut plus s’arrêter et on finit toujours par se contredire.

    Les « gentils » agressés en 2001 par les « méchants d’Al Qaïda », selon la version officielle…

    Et les premiers, aujourd’hui, s’associent à leurs ennemis jurés pour défaire un Bachar El Hassad, (qui n’a même pas envahi le Koweit !).

    Que les debunkers nous éclairent…

  • H.

    « L’essence des médias n’est pas l’information. C’est le pouvoir. »

    John PILGER

     » La semaine dernière, le célèbre journaliste John Pilger a participé à une série de Questions-Réponses avec Des Freedman (le 18 novembre 2014), membre de la Media Reform Coalition (coalition pour la réforme des média) ; c’était à l’occasion de la sortie du nouveau livre de Des Freedman « The Contradictions of Media Power » (les contradictions du pouvoir des médias.) Nous avons extrait les meilleures citations de cette intervention de John Pilger, ce qui donne un aperçu de son expérience et de sa compréhension du pouvoir des médias ; nous pouvons tous en apprendre. Et il a véritablement été brillant.  »

    Texte :

    « Aujourd’hui les médias sont, comme l’avait décrit le père de la propagande, Edward Bernays, « un gouvernement invisible ». Ils font partie du gouvernement. Ils défendent les intérêts du gouvernement. Le premier ministre est un chargé de relation publique de profession, et pas des meilleurs. C’est tout ce qu’il est. Il ne doit pas être pris au sérieux, c’est juste son rôle. Cette position lui confère certains aspects du pouvoir. Mais le véritable pouvoir réside dans la propagande et les médias. C’est aujourd’hui le cas sur la planète entière.

    Durant les prémices de l’invasion de l’Irak, le journalisme a joué un rôle critique dans la concrétisation de l’invasion. Particulièrement aux USA, qui ont – selon la constitution – la presse la plus libre du monde.

    Quand je discute de cela avec nombre de collègues distingués aux Etats-Unis et ici, à la suite de l’invasion, ils étaient unanimes, si les journalistes aux postes concernés, à la télévision et dans les journaux (surtout à la télévision, à cause de son pouvoir), si ils avaient contesté les mensonges, s’ils les avaient confrontés, s’ils avaient fait ce qu’est censé faire un journaliste, s’ils avaient, comme le dit Dan Rather de CBS – posé les questions critiques, au lieu d’amplifier et de faire écho aux mensonges, s’ils avaient fait leur travail, ils pensent tous que l’invasion n’aurait pas eu lieu. Le fait qu’ils disent ça, et il s’agit de membres éminents des médias des deux côtés de l’Atlantique, que si les journalistes avaient fait leur travail, l’invasion aurait pu ne pas avoir lieu, et des centaines de milliers de gens seraient encore en vie aujourd’hui. C’est le véritable pouvoir des médias.

    Vous travaillez au sein d’un système qui est par nature hostile à la vérité. Je le dis sans ironie, je le pense vraiment. Il est hostile à la vérité. Il suffit de constater la réaction des médias face aux lanceurs d’alertes comme Edward Snowden, Julian Assange. La réaction amère de ceux qui font honte aux médias, tous en chœur.

    Il y a ce qu’on appelle la censure par omission. Vous ne discutez pas de ce que vous choisissez d’ignorer, mais ça passe à la trappe.

    Si vous remontez à 2008, les histoires sur BBC News, dans tous les journaux, les banques étaient soudainement des escrocs. Quand la Northern Rock s‘est effondrée, les banques étaient des escrocs, elles étaient toutes exposées. Le Guardian était rempli d’articles sépulcreux sur comment les banques étaient pourries de l’intérieur. C’était l’info du jour.

    Un aperçu. Cette histoire s’est essoufflée après trois mois et fut totalement inversée, ce n’était plus les banquiers, mais le résultat d’une dette nationale et d’une narrative contrôlée qui était là et qui s’appelait austérité et cette dette devait être payée. Pourquoi ? Pourquoi devait-elle l’être ? Les gens que vous citez (46% des gens pensent que l’austérité va trop loin ou n’est pas nécessaire) c’est une majorité. Si vous obtenez cela dans les sondages, 46%, c’est une majorité. Cela prouve encore que la plupart des gens ont cerné les médias. Ils les ont cernés, en terme de guerre, d’économie, de mode de vie. Nous avons donc entre-aperçu la vérité sur cette criminalité massive, toute cette architecture pourrie s’était effondrée, enfin presque. Les banques furent nationalisées, sans conditions. La conscience des raisons pour lesquelles c’était arrivé, qui fut présente pendant environ 6 mois, fut, grâce à un système de propagande très efficace, totalement effacée. Ce n’était plus la faute des banques, mais « nôtre faute ».

    Nous devrions arrêter d’utiliser le terme mainstream. C’est une appellation erronée. Nous en sommes toujours à regarder à travers ce prisme qu’on appelle mainstream. Ce n’est pas du tout mainstream. C’est en réalité extrême. Qu’y-a-t-il de plus extrême qu’une multitude d’institutions qui propagent des guerres illégales et voraces, des mensonges sur les politiques économiques. Qu’y-a-t-il e plus extrême que cela ? Il n’y a rien de mainstream là-dedans.

    Le plus grand institut de propagande, en Angleterre, c’est la BBC. Et ce parce qu’il est le plus connu. Il bénéficie de la plus grande crédibilité. Sa renommée est mondiale. Par certains aspects ça peut être mérité. Dans le domaine de l’actualité et des affaires courantes, ça ne l’est absolument pas. Et, encore une fois, ce n’est pas de l’ironie. Donc cette idée que l’on se concentre sur les démons, Murdoch, Le Daily Mail (assez mauvais)…d’une certaine façon le Mail et la BBC se complètent l’un l’autre et se suivent… il s’agit de comprendre le spectre de la propagande et la façon dont cela nous affecte.

    Les journalistes doivent-ils représenter le peuple ? Oui, bien sûr, mais comme l’a dit Martha Gelhorn : « Tout journalisme doit se faire depuis la base, pas depuis le sommet ». Ce n’est quasiment jamais le cas. Et c’est quelque chose qu’il faut enseigner aux jeunes journalistes. Ces choses élémentaires que vous faites, les sources d’informations les plus fiables, la manière de chercher la vérité, doit se faire depuis la base. C’est mon expérience en tant que reporter. Et j’ai été amené à me rendre compte que ceux qui sont au-dessus de la base, particulièrement ceux d’en-haut, n’étaient pas des sources fiables d’information.  »

    John Pilger

    (Source LGS)
    ——————————————————————————–

    Un article qui réveille et qui décrit bien le lieu où se situent Caroline Fourest, Jean-Pierre Pernaut & l’assassin de masse et faux journaliste BHL, et tous leurs petits amis.

  • kidkodak

    Peut-être le connaissez-vous déjà,mais au cas où,je laisse en lien ce site dont je ne connaissais pas l’existence et qui est un centre d’archives d’émissions télévisées concernant le 11 septembre 2001
    September 11 Television Archive
    https://archive.org/details/sept_11_tv_archive

    Çà peut être un outil de plus pour les recherches.

Trackbacks

  •  





*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Click to hear an audio file of the anti-spam word

``