Les Avocates du 11 Septembre – lettre 2/12

Une grande partie du malentendu qui règne aujourd’hui encore entre les médias occidentaux, France y compris, et les citoyens du monde qui, comme nous à la rédaction de ReOpenNews, demandons une nouvelle enquête, tient dans la mesure des choses et de leur portée. Combien de fois avons-nous tous entendu sous une forme ou sous une autre : "la version officielle est complète, détaillée, un travail remarquable", puis, un peu à contrecoeur et sans même nous reconnaître le travail accompli depuis le début par le mouvement international (mais essentiellement américain), et depuis 3 ans par notre association, nous avons entendu cette fois (Dasquié, Demorand, Durand, etc..) que "globalement, la version officielle est exacte, A QUELQUES DETAILS PRES", une version à peine amendée de la précédente, durement arrachée à l’intellect désorienté de ces mêmes journalistes unanimistes jusqu’à il y a peu…. Eh bien NON, ce n’est toujours pas suffisant. Les familles de 3000 victimes suivies de celles de plus d’un million de morts au Moyen-Orient suite aux "représailles" contre "l’axe du mal" ou le "terrorisme international" veulent plus de détails. Beaucoup plus.

L’aube géopolitique du XXIème siècle ne s’est pas encore levée.

Voici donc une lettre des Avocates du 11 Septembre, où de nombreux "détails" soulèvent de très grandes "questions" que la presse américaine a très vite soulevées, et tout aussi vite abandonnées… toujours sans réponses à ce jour, alors que quelques entretiens approfondis sous serment et dûment recoupés suffiraient à la progression du dossier. Misère humaine, quand tu nous tiens !

 

Concertation : Thomas Kean, Philip Zelikow, et Lee Harvey Hamilton.
 
 

 
Déclaration concernant les auditions de la Commission du 11 Septembre
Vendredi 24 juin 2005, 15:35
Pour diffusion immédiate, 6 juin 2005
 
La session d’été des auditions de la Commission du 11 Septembre commence aujourd’hui lundi 6 juin 2005 par « l’évaluation des progrès des réformes de la CIA et du FBI ».
En juillet 2004, lorsque la Commission publia son Rapport Final, nous avons lu avec un énorme intérêt le chapitre 6 – « d’une menace à l’autre », y compris la note de bas de page N°44 (1). Cette note détaille un cas où un agent d’accueil omit de divulguer des informations vitales du FBI sur 2 des pirates du 11 Septembre qui étaient à l’intérieur des Etats-Unis. Cette note établit de plus que l’agent d’accueil de la CIA  a couvert la décision de ne pas laisser cette information être portée à la connaissance du FBI [alors qu’elle était] déclarée vitale. Finalement, la note 44 déclare que l’agent d’accueil de la CIA n’a pas pu se rappeler qui lui avait dit de perpétrer de tels actes. Tandis que plusieurs cas notables comme celui-ci concernant la rétention intentionnelle d’informations vitales à l’encontre ou au sein d’agences se rencontrent tout au long du Rapport Final de la Commission, nous attirons tout particulièrement l’attention sur quatre exemples supplémentaires dans ce communiqué de presse. Nous le faisons dans l’espoir que la Commission du 11 Septembre se mette à expliquer pourquoi la vérité n’a pas été révélée au public américain sur l’une des surveillances en cours des pirates du 11 Septembre par nos agences de renseignement, alors qu’ils vivaient à l’intérieur des Etats-Unis au cours des 18 mois qui conduisirent aux attentats du 11 Septembre (2).
1. Rapport Final de la Commission, chapitre 8, « Le système clignotait au rouge », Janvier 2001, identification de Khallad, p. 266, notes de bas de page 55-62.
2. Rapport Final de la Commission, chapitre 8, « Le système clignotait au rouge », Printemps 2001, réexaminer Kuala Lumpur, p. 267, notes de bas de page 63-66.
3. Rapport Final de la Commission, chapitre 8, « Le système clignotait au rouge », Juin 2001, réunion à New-York, p. 268, notes de bas de page 67-72.
4. Rapport Final de la Commission, chapitre 8, « Le système clignotait au rouge », Août 2001, la recherche de Midhar et Hazmi commence et échoue, p. 269, notes de bas de page 73-85.
La question de « la liste de surveillance » a été couverte par les médias et la Commission du 11 Septembre comme une série d’erreurs d’inattention,  une sorte de compétition entre services qui aurait mal tourné, et/ou une grande confusion sur les normes d’[acquisition de] preuve en matière d’enquête criminelle. Nous ne sommes pas d’accord. Un examen approfondi des notes de bas de page susmentionnées révèle, pendant les 18 mois qui précèdent immédiatement les attentats du 11 Septembre, un schéma de comportement  qui était de façon patente criminel par nature et qui a en partie contribué au « succès catastrophique » du complot du 11 Septembre.
 
Le mythe qui a cours, selon lequel l’échec de la CIA à communiquer avec le FBI était une sorte de faillite institutionnelle immédiatement réparable par des réformes de la communauté du renseignement, est une notion qui est au mieux saugrenue, au pire extrêmement dommageable à notre pays. Lorsque des individus qui dirigent nos agences de renseignement prennent des décisions répétées et intentionnelles qui vont au final conduire à la mort de quelque 3000 personnes innocentes, ces individus devraient être tenus coupables et non recevoir la Médaille de la Liberté.
 
Au bout du compte, à moins que l’audition d’aujourd’hui ne s’intéresse au manque intentionnel de communication entre la CIA et le FBI plutôt que de continuer à désigner ces carences comme des « erreurs d’inattention » et/ou des « incompréhensions », ces auditions échoueront à atteindre leur but.
 
 
Les Avocates du 11 Septembre
 
Kristen Breitweiser
Patty Casazza
Monica Gabrielle
Mindy Kleinberg
Lorie Van Auken
 
Voir également :
 
Commentaires des veuves du 11 septembre sur les rapports oubliés de la CIA le 11 septembre.
 
 
Traduction et mise en page, illustrations, liens, notes: BlueRider
 
 
 
 
Après la publication du rapport le 22 jullet 2004: assemblée
en présence de Kristen Breitweiser et Lorie Van Auken
 

Notes ReOpenNews :
(1) « Footnote 44 » est en projet au sein de l’équipe de Kyle Hence, producteur de 9/11 Press For Truth.
(2) Les références au Rapport Final de la Commission sont celles de l’édition originale en anglais

 


 

 





*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Click to hear an audio file of the anti-spam word

``