WTC : Démolition contrôlée par A+B

Voici un article technique sur la chute des Tours Jumelles, qui présente un argumentaire rigoureux sur les temps minimums que de telles structures peuvent mettre à s’effondrer. Il s’agit pour les tenants de la version officielle soutenue en France par quelques sites Internet bien connus de répondre par des arguments techniques de façon à ce que chacun puisse se faire, ou étayer, sa propre opinion.

 
L’analyse se base sur des extraits vidéo et des documents identifiés et fiables
 

 
paru sur la page Facebook de Manfred Cochefert le 19/11/2009

 

Ceux qui soutiennent la version officielle veulent nous faire croire que les tours du World Trade Center se sont effondrées de façon naturelle. Cet article présente la démonstration de la démolition contrôlée du WTC 1 et 2.

Jusqu’à présent, les Tours Jumelles étaient réputées par les experts pour s’être effondrées avec une accélération égale à 70% de celle de la chute libre, qui permettait ainsi de réfuter l’hypothèse de démolition contrôlée. On connaissait les analyses démontrant la chute libre du WTC 7, d’abord réfutée [omise - Ndlr] par la commission d’enquête du 11 Septembre 2001, et finalement admise par le NIST.


11 Sep 2001: chute libre du WTC7 officiellement admise (1/2)
envoyé par ReOpen911. – L’actualité du moment en vidéo.


11 Sep 2001: chute libre du WTC7 officiellement admise (2/2)
envoyé par ReOpen911. – L’info video en direct.

 

Cet article se veut aussi bref que concis, et accessible à tout le monde. La version officielle ne tenait qu’à une brique, celle de l’obscurité des calculs mis en place par les experts d’autorité, croyant que personne n’irait venir les chercher sur leur propre terrain. C’est désormais chose faite. Puisque les experts font semblant d’ignorer les faits, nous nous attachons à démonter jusqu’à leur plus petite équation.
 

I – Démonstration de démolition contrôlée

a – Introduction

Nous nous contentons ici d’étudier l’effondrement de la tour Nord du WTC. Le modèle d’effondrement des tours Nord et Sud du WTC n’est en rien comparable avec l’effondrement du WTC 7. Pour prouver la démolition contrôlée des tours du World Trade Center, nous nous proposons de raisonner par l’absurde. Par les équations, nous prouvons, relevés vidéo à l’appui, comment le modèle du pancake ne peut être accepté, et en quoi il est incompatible avec le temps de chute des tours.

Jérôme Quirant, [Voir sur son site Internet Bastison.net - Ndlr] spécialisé dans le calcul de structures, que plus personne ne présente, fervent défenseur de la version officielle, explique sur son site Internet le modèle de l’effondrement en pancake du WTC.

"Suite à l’amorce de l’effondrement, la continuité de la descente de charge au travers des poteaux a été rompue. Partant de là, les étages qui ont chuté devaient reporter leur poids sur la structure inférieure…"

Dans l’effondrement du WTC 1, comme celui du WTC 2, nous distinguons deux phases d’effondrement. La première est appelée crush-up, et correspond à l’effondrement de la partie supérieure à l’impact de l’avion dans chaque tour. La seconde est appelée crush-down, et correspond à l’effondrement de la partie inférieure de l’impact de l’avion. Le modèle étant dit en pancake, nous appelons marteau la pile d’étages au-dessus du front d’effondrement, et qui entre en collision avec chaque étage.

b – Temps de chute minimal théorique

 Voir aussi l’article en anglais : "Evidence of Explosives In The Twin Tower Collapses"

Suite à l’analyse des vidéos de l’effondrement de la tour Nord, un examen précis du crush-up montre qu’à t~3sec, la moitié des étages se sont déjà abattus sur le haut de l’étage 92, y constituant une pile au repos (crush-down n’a pas débuté), et l’autre moitié est en chute à 22m/s (étude de Szamboti et McQueen, ainsi que celle de Chandler) vers cette pile.

En faisant l’hypothèse que t=3s est l’instant où la pile au repos lâche et commence à tomber (si elle le fait plus tard ce sera encore pire pour la théorie du Pancake), la situation est équivalente à celle d’une unique pile de 18 étages qui tombe à 11m/s (application de la simple loi de conservation de quantité de mouvement).

Grâce à ce relevé de conditions initiales, nous pouvons calculer le temps minimal théorique du crush-down de la tour Nord. Ce temps est donné par la formule de conservation de quantité de mouvement, appliquée aux étages de la tour (supposés de même masse, et uniformément répartis sur toute sa hauteur) :

vi+1=(i/(i+1)).vi

Cette relation permet de déterminer la vitesse du marteau après impact, composé alors de i+1 étages. De plus, nous appliquons la formule de la chute libre entre chaque impact, ce qui fait que le marteau regagne de la vitesse entre chaque collision. Le terme i/(i+1) manifeste visiblement une limite que le pencake ne pourra dépasser, et qui est bien supérieure à la limite de la chute libre. La vitesse est indépendante de la masse des étages, mais est dépendante du nombre d’étages accumulés par le marteau.

Le crush-down théorique de la tour Nord est alors calculé à 10.209 sec. Ajoutant les 3 sec de crush-up observées sur les vidéos, nous pouvons établir la limite théorique minimale d’effondrement de la tour Nord à 13.209 sec. Cette limite est déjà supérieure aux limites jusqu’alors calculées. En aucun cas le temps d’effondrement de la tour Nord ne saurait être plus rapide que ce temps minimal.

c – Temps de chute minimal réaliste

Le temps de chute minimal théorique n’est en rien réaliste. Il ne prend absolument pas en compte les effets de pertes de masse du système, et néglige complètement la résistance de la structure elle-même. Nous nous contenterons dans cet article de présenter une borne minimale qui prenne en compte les effets de pertes de masse lors de l’effondrement. Une perte de masse signifie que le pancake perd de sa vitesse d’effondrement, car la masse dont il était censé être composé ne participe plus à la conservation de l’impulsion du mouvement.

Nous savons que moins de 25% de la masse totale du WTC a été retrouvée sur ses fondations. En réalité, ce chiffre est très certainement en deçà de 10%. Nous présentons deux formules qui permettent de prendre en compte la perte de masse.

La première, notée A, qui nous paraît la plus réaliste au regard des observations vidéos, suppose qu’à chaque instant, au cours de l’effondrement, le marteau est composé de la même proportion de masse qu’il est censé avoir dans des conditions optimales, que le pourcentage de masse du WTC retrouvé sur sa base :

vi+1=(k*i/((k*i)+1)).vi

Il ne s’agit là que de la simple reformulation de la conservation de quantité de mouvement. Le temps de crush-down minimal monte alors à 16.338 sec si l’on considère une perte de masse de 75%. Le temps de chute minimal de la tour serait alors d’au moins 19.338 sec, en négligeant totalement la résistance de la tour.

Si on applique cette formule avec une perte de masse plus réaliste de 90% tout au long de l’effondrement, le temps de chute minimal de la tour serait d’au moins 26.944 sec. Si le temps total d’effondrement est difficile a évaluer sur les vidéos en raison du nuage de poussière, il est certain qu’il est inférieur à 20 sec.

La deuxième formule que nous proposons, notée B, est une formule théorique qui permet de faire perdre un pourcentage de masse progressivement croissant au marteau tout au long de l’effondrement. Cette formule découle du modèle pancake lui-même, et introduit une perte d’énergie à chaque collision qui ne dépend pas de la masse de la pile mais seulement de sa vitesse au carré :

vi+1=(k*f(vi)*i/(k*f(vi)*i+1)).vi
f(v)=(vf^2+v0^2+vf.v0)/(vi^2+v0^2+vi.v0)

Le temps de chute minimal, pour une perte progressive de masse du pancake supposée de 28% à 75% serait alors de 17.397 sec (vf étant approximée par l’équation A).

Nous présentons donc ces 17.397 sec comme un temps de chute total minimal plus réaliste, étant donné la perte de masse du système au cours de son effondrement. Ce nombre est catégoriquement largement sous-estimé, étant donné qu’il prend en compte une perte de masse largement insuffisante, et qu’il ne prend absolument pas en compte la résistance de la tour.

d – Analyse de l’effondrement

Nous nous proposons, en plus d’apporter une borne minimale du temps de chute de la tour bien au-delà de tout ce qui a pu être présenté jusqu’alors, d’étudier l’effondrement avec précision par des relevés sur les vidéos.

Sur cette analyse en image, le marqueur vert représente le front d’effondrement réel et observable de la tour Nord (attention, il ne s’agit pas là de la hauteur de chute des débris, mais bien du front de destruction de la tour). Le marqueur rouge représente la hauteur du front d’effondrement dans le meilleur des cas, et le marqueur orange la hauteur du front d’effondrement d’un crush-down un peu plus réaliste que nous avons proposé au point c, mais que nous avons également qualifié de largement sous-estimé.

Nous observons qu’à t=3s, le front d’effondrement est calibré à 11m/s comme nous l’avons observé dans le point b, le marteau constituant alors une pile de 18 étages.

A t=7s, vu le front d’effondrement, le marteau est alors composé de 52 étages. Cependant, selon le crush-down minimal théorique calculé au point b, nous observons que le front d’effondrement est largement en avance sur un modèle en pancake optimal, que nous avons pourtant qualifié de surréaliste. Le front atteint le marqueur vert en 7 sec alors qu’il aurait dû mettre au moins 8.13 sec pour arriver à cette hauteur, même dans les meilleures conditions d’optimalité.

A t=8.7s, le marteau est alors composé de 65 étages. Ainsi, nous pouvons observer que le front de destruction est encore bien en avance sur le front théorique minimal que l’on pourrait observer dans des conditions d’optimalité, et sur le front orange que calculé au point c. Le front vert est atteint en 8.7 sec, alors que même l’effondrement optimal n’aurait pu l’atteindre qu’en 9.44 sec.

Tout au long de l’effondrement, nous pouvons observer que le front n’est pas réparti uniformément, et peut s’étaler sur plus de 13 étages. Nous observons également qu’après effondrement, il subsiste des colonnes d’une hauteur de plus de 270m.

Les calculs nous ont donc permis de montrer que le temps de chute du World Trade Center est tout simplement irréaliste selon le modèle en pancake. Nous avons également montré que sur certaines portions l’effondrement de la tour Nord s’est produit bien plus rapidement que l’effondrement en pancake théorique qui se réaliserait dans des conditions optimales.

e – Temps de chute attendu

Nous apportons un temps de chute minimal attendu. En nous appuyant sur le cas typique d’un effondrement en pancake, la chute de l’immeuble ABC Balzac, nous pouvons estimer que l’on était en droit d’attendre un temps de chute minimal selon ce modèle à plus de 40 sec pour la tour Nord.

Mort d’un bâtiment

Cependant, nous insistons sur le fait que nous ne soutenons absolument pas l’effondrement en pancake du WTC, et pensons qu’il a été inventé pour voiler la vérité. Selon le modèle ABC Balzac, il parait invraisemblable que les Tours Jumelles se soient effondrées complètement comme elles l’ont fait. On peut observer un basculement du marteau bien avant la fin du crush-down, ce qui laisse à penser que les tours du WTC auraient été à peine éventrées. Le basculement du marteau est présent dès le début de l’effondrement de la tour Sud, et le fait que l’effondrement se soit réalisé de manière symétrique par la suite reflète au plus haut point une anomalie de la physique si on accepte le modèle en pancake.

Egalement, nous pouvons observer d’autres anomalies, comme l’absence d’éjections de squibs, contrairement au WTC, et la hauteur des débris incomparable (20% contre 3%).

Voir la présentation complète sur le site darksideofgravity.
 

II – Manipulation de la version officielle

Etant donné nos résultats, nous pouvons affirmer sans détour que le modèle en pancake est un leurre, destiné à cacher la vérité. Au vu des temps de chute des tours que nous avons présentés, toutes les études jusqu’alors ont toujours proposé des résultats qui étaient inférieurs au temps de chute théorique minimal.

a – Etude de Bazant

L’étude de Bazant,soutenue par le NIST [le point de vue de Mr Bazant a été repris dans le rapport final du NIST en 2005 - Ndlr], est un article qui fait référence pour les tenants de la version officielle, pourtant, il est totalement incorrect. Comme nous l’avons vu, la phase de crush-up est amorcée avant la phase de crush-down. Pourtant, Bazant prétend le contraire.

Finalement, voici deux études, basées sur des relevés précis de la réalité, qui sont en total désaccord avec cette théorie, qui est donc un gros mensonge. Celle de Szamboti et de McQueen, présentée dans le journalof911studies, et celle de Chandler.

b – Etude de Greening

Cette étude calcule le temps minimal théorique du crush-down de la tour Nord à 11.6 sec. De plus, comme nous le fait remarquer Jérôme Quirant sur son site Internet : "Il arrive à une durée de chute de respectivement 12,6 et 11,5 secondes pour les tours 1 et 2". En clair, il oublie complètement la phase de crush-up.

Ce calcul de 11.6 sec est faux, tout simplement parce que la vitesse initiale du crush-down n’est pas nulle (11m/s), Greening devrait trouver 10.644 sec de crush-down, auxquelles s’ajoutent 3 sec de crush-up (facilement observable sur les vidéos), ce qui porterait un temps d’effondrement théorique minimal à environ 13.644 sec, temps supérieur à la borne théorique optimale que nous avons proposée, mais qui est obtenue si on considère le marteau initial comme une pile de 15 étages, ce qui est absolument absurde. Finalement, il n’est pas besoin de grands discours pour observer que ni la résistance de la tour, ni les effets dissipatifs de perte de masse réalistes ne sont pris en compte dans ce modèle.

Voir le debunking complet de Bastison.net sur le site darksideofgravity.

c – Epilogue

Rien ne saurait aujourd’hui justifier un effondrement naturel des Tours Jumelles, dans la mesure où toutes les études présentées jusqu’alors ont toujours estimé le temps de chute de la tour Nord à 20% de plus que celui de la chute libre. Ces calculs étaient présentés volontairement faux ou totalement incomplets, pour masquer la démolition contrôlée, et s’approcher au mieux du temps d’effondrement réel de la tour. Des calculs obscurs, approuvant l’effondrement réel, donné par les relevés sismiques, et le caractère naturel de l’effondrement, donnait plus de crédit à la version officielle, et permettait de continuer de mentir sur la démolition contrôlée du WTC.
 

III – Conclusion

Nous avons présenté deux temps de chutes de l’effondrement de la tour Nord du WTC selon le modèle en pancake. Le premier est le temps de chute minimal théorique que les experts de la version officielle auraient aussi dû trouver, il suffisait pour cela de regarder les vidéos où l’on voit le crush-up précéder le crush-down. Ce temps de 13.209 sec est obtenu sans prendre en compte la perte de masse du système, et en négligeant toute forme de résistance. Le second, un peu plus réaliste, mais pourtant encore très sous-estimé, est de 17.797 sec. Il prend en compte une perte de masse du marteau au cours de l’effondrement, sans tenir compte d’une quelconque résistance de la tour.

Nous avons également apporté la preuve que le modèle en pancake est faux. En nous appuyant sur des relevés précis de la vidéo, nous avons montré que l’effondrement du WTC est en avance, sur certaines portions de la tour, sur le temps d’effondrement minimal théorique imposé par le modèle lui-même. De plus, cette avance serait tout simplement surréaliste si l’on prenait en compte des équations permettant d’être plus représentatives de la réalité, reflétant fidèlement perte de masse et résistance du système.

Nous avons également comparé l’effondrement du WTC à un autre effondrement en pancake. Celui-ci prouve de façon pertinente que l’effondrement du WTC ne conduit pas aux observations que l’on était en droit d’attendre s’il avait respecté ce modèle.

Les calculs et confrontations aux observations ayant abouti à cet article ont été effectués en collaboration étroite avec Frédéric Henry-Couannier. Nous tenons également à remercier Jérôme Quirant pour ses correspondances, dans lesquelles il a apporté nombre d’informations, fiches de calculs, sur lesquelles se basent leurs résultats. Par la vérification des calculs et des équations présentées, nous avons pu apporter la preuve que les études soutenues par la version officielle sont fausses.

Finalement, cet article se veut simplement faire l’écho qu’il n’est plus question pour personne d’avoir encore des doutes, il n’y a aujourd’hui plus que des certitudes. Certitude des mensonges de la version officielle, et il n’est plus question d’avoir encore quelconque confiance ou foi dans les personnes qui nous ont jusqu’alors assuré du contraire.

Avec de l’espoir, il y aura un jour assez de gens courageux pour se dire que ce qui est annoncé comme impossible est en fait bien plus facile que cela, c’est-à-dire changer les choses.

 

Paru sur la page Facebook de Manfred Cochefert

 


 
Note ReOpenNews : Nous serions heureux de publier sur ce site la réponse "point par point" aux arguments techniques avancés ici.

26 Responses to “WTC : Démolition contrôlée par A+B”

  • Pour des explications plus conséquentes, venez participer à la discussion sur le forum de reopen. Pour ceux qui n’arrivent pas à distinguer le front d\’effondrement sur la vidéo tel que nous l’avons relevé, tout est également expliqué, sur ce fil de discussion donc :

    http://forum.reopen911.info/t13630-wtc-demolition-controlee-par-a-b.html

  • coco_des_bois

    Merci encore pour cet article très intéressant et qui contient des sources !
    Je pensais depuis un moment qu’il fallait se pencher sur l’analyse du gars de Bastison.net, car sur le WTC, elle semble quand même assez poussée (pour le reste c’est le néant total)…

  • samy

    sachez que si des explosifs ont détruit le world trade center
    cela veut dire que les avions étaient équipé d’un système de guidage pour que l’avion tape juste au dessus des charges
    et que les explosif détonent juste en dessous du point d’impact et c’est ce qui c’est passé

    organisation militaire indiscutable

  • L’effondrement des tours n’est pas naturel, on nous a toujours certifié du contraire jusqu’à présent, on nous a donc menti. Si sur ça on nous a menti, il est clair qu’on nous a menti sur toute la ligne. Il y a autre chose que la gravité qui a fait s’effondrer les tours. De plus, des membres de la commission d’enquête se renient eux-mêmes, il n’y a plus grand chose à ajouter pour exiger une nouvelle enquête, sérieuse, et qui ne mette pas à mal, et les faits, et les évidences de la physique.

  • Sébastien

    Pas facile de tout comprendre pour un non-scientifique, mais la démonstration paraît crédible à défaut de mieux!

  • remi

    le lien fournit au milieu est capitale !

    http://www.darksideofgravity.com/Collapse.pdf

  • Quidam

    La preuve évidente en moins de 5 lignes, elle tient sous nos yeux : 3 bâtiments du WTC s’effondrent sur eux même de toute leur hauteur, et cette manifestation n’est absolument pas cohérente rationnellement si on la base sur le simple choc des avions et l’incendie. Il n’est point besoin d’entrer dans des démonstrations complexes pour le réaliser, c’est du bon sens.

    Les pro-VO vont bientôt nous faire croire qu’un chat est un chien, et que ce que nous voyons n’est pas ce que nous voyons. Dire que les bâtiments ne s’effondrent pas sur leur empreinte, c’est valable si on veut jouer sur les mots. Un bâtiment qui ne s’effondre pas sur son empreinte, pour moi, c’est une tour qui se casse en deux et dont un morceau part de travers. Ce n’est le cas d’aucun des 3 WTC. Or pour qu’ils s’effondrent comme ils l’ont fait, il faut que le poids de l’effondrement et la résistance des structures soit uniforme, tant horizontalement que verticalement. Il faudra m’expliquer comment c’est possible par le fait du hasard, 3 fois de suite.

    Autre remarque : si utiliser la « technique » du pancake s’avérait si efficace pour démolir des bâtiments (et quand je dis efficace, c’est 100% d’efficacité avec pourtant des impacts différents), alors il faut la conseiller à toutes les entreprises de démolition. Ca leur coutera moins cher que de mettre des explosifs à tous les étages et à tout coordonner. Un choc, un bon foyer au 2 tiers du batiments, et boom, le voici réduit en cendre. Et ça marche à tous les coups !

  • Pictorus

    Pour moorea34. Dans le lien que vous indiquez, on peut lire cette phrase : « J’avoue que je ne sais pas trop dans les ‘études’ conspirationnistes ce qui relève de l’incompétence crasse ou du désir de tromper le quidam… On peut clairement se poser la question quand on lit un tel article. »

    Je voudrais quant à moi savoir ceci : pourquoi écrire ce genre de phrase à la fin d’une proposition théorique ? Une telle conclusion donne l’impression que l’auteur a transformé la controverse technique en un problème personnel. Et puis sur le fond, comment est-il possible d’imaginer un « désir de tromper le quidam » ? Pour quelle raison les intervenants de Reopen voudraient-il tromper le quidam ? Quel intérêt ? Comment peut-on accuser quelqu’un d’une intention malfaisante sans même pouvoir imaginer en quoi consiste cette intention ?

  • Shrykull

    C’est peut-être une preuve pour un expert je n’en sais rien, mais pas vraiment accessible à l’observateur lambda… en clair, je n’ai rien compris. ò__Ô

  • Ma réponse est très simple
    Si vous comprenez les arguments scientifiques qui sont au dessus de cette phrase, ils montrent un biais total dans la méthode (positionnement du front), et des erreurs hallucinantes (à t=3s la vitesse est réduite de moitié (!!!!) ce qui n’a été observé nulle part, même pas là http://forum.reopen911.info/t3929-chute-du-wtc-analyse-des-trames-video.html : la vitesse croit au contraire de manière régulière) …
    cette phrase tombe donc sous le sens : soit les auteurs ne comprennent rien à ce qu’ils sont censés exposer, soit ils essayent de nous rouler dans la farine.

    Entre les deux propositions, mon coeur balance.
    Je laisse le choix au lecteur…

  • SHA GUA DAN

    Merci de vous en tenir au sujet, à savoir l’article sur la démolition du WTC. Tout commentaire HS sera effacé.

  • Cathy des airs

    « désir de tromper le quidam » = On accuse toujours les autres de SES PROPRES DÉFAUTS !
    J’attends une preuve irréfutable, clairement formulée en quatre lignes, que l’effondrement des 3 tours est gravitationnelle…

  • Pour mettre fin à la propagande Jérôme Quirant :

    - Débunking de Frédéric Henry-Couannier de la « news » de bastison :
    http://www.darksideofgravity.com/bastison_pancake!!.html

    - Débunking par moi-même de la « news » de bastison sur mon site :
    http://citoyen.liveworld.fr/Navigation/WTC-Demonstration/Bastison.php

  • Et si vous doutez toujours de notre positionnement de la barre verte monsieur Quirant, je vous mets en lien avec cette vidéo, des fois qu’elle vous était passée inaperçue :

    http://www.youtube.com/watch?v=WZ8wlKK15JM

  • rémi

    le dernier lien de Manfred est sans appel !

    Merci pour cette vidéo !

  • latakia

    L’analyse est interessante mais complexe.

    A force de précision et en analysant des phénomènes aux limites des incertitudes on obscurcit peut être les faits.

    Personnellement ma conviction repose plutot sur quelque effets d’echelle.

    1°) La partie au dessus des impacts n’est tenue par rien, et située au dessus des foyers semble plus susceptible d’avoir subi les dommages dus au feu. Celle du dessous est tres probablement plus saine, plus massive, et arrimée au sol. La comparaison que cela me suggère serait celle d’une poutre de chene vermoulue s’ecroulant sur une pile de 8 ou 9 poutres identiques mais neuves. Qu’est ce qui casse?

    2°)Ramenée aux dimensions d’une tour de 4m en meccano, quitte a supprimer des longerons pour avoir une masse de feraille correspondante, la quantité de kerosene deversée par un avion équivaut à un verre d’essence au maximum. Difficile d’envisager des degats aussi conséquents que ceux avancés.

    3°) Dans le cas de la tour sud, 1/4 de la structure porteuse est detruite au maximum. L’analogie est celle d’une chaise qui aurait perdu un pied mais dont les trois autres sont fermement rivés au sol. Ne peut on pas encore s’y asseoir?

    4°) L’effondrement aurait fait dans les 3000 victimes, ce qui correspond appparement a moins que le nombre de personnes irrémédiablement piégées aux étages superieurs. En clair la quasi-totalité des occupants des parties situées sous les impactsont a eu le temps d’etre evacuée. Or les immeubles ne sont restés debout que 56 mn et 1h 20 respectivement. Ce temps ne doit pas etre très superieur au temps minimal d’evacuation des quelques 14000 personnes sauvables. En d’autre termes tout se passe comme si les tours avaient attendu pour s’ecrouler juste le temps necessaire pour qu’il n’y ait plus personne à sauver. En rapprochant ce fait du faible taux de remplissage des avions et du choix de l’aile du pentagone la moins peuplée, l’idée d’une vlonté de minimiser le nombre de victimes « collatérale » se trouve renforcée….

  • doume

    C’est facile de vériier si les tours se sont effondrées à la vitesse de la chute libre : Comparez la chute du bâtiment avec celle des poutres (en acier, pas en plumes) éjectées et concluez…

  • SBK

    Mooreaa34,

    Dans ton site, tu écris ceci au sujet du ‘Pancake’ :

    « Surtout, dire que le NIST a renié la théorie du Pancake est un gros mensonge, un de plus… Mais cela n’étonnera plus personne, c’est une habitude de la part des théoriciens de la conspiration.
    Ce qui a été précisé, notamment dans le cadre des FAQs, c’est que cette théorie n’était pas adéquate pour décrire l’amorce de l’effondrement. Jamais il n’a été question de l’effondrement en lui-même.
    D’ailleurs, non seulement le NIST n’a pas renié cette théorie mais il l’a utilisée (!!!) pour expliquer certaines constatations dans le cadre de l’enquête. C’est bien sûr écrit noir sur blanc dans les rapports pour qui veut bien prendre la peine de les lire… »
    http://bastison.net/MENSONGES/mensonges.html#B12

    Si tu as pris la peine de lire le rapport, et que c’est écrit noir sur blanc, tu serais bien avisé de citer les passages avec références a l’appui … ?

    Le rapport est ici :
    http://wtc.nist.gov/pubs/NISTNCSTAR1Draft.pdf

    Merci

  • paco

    Le lien mis par MOOREA 34 est trés interéssant : il y écrit ( à la fin) :
    « Sur l’arrêt sur image ci-dessous, vous pourrez voir effectivement que de fortes éjections ont lieu pratiquement au niveau des éléments en chute libre sur le côté de la tour.- Mais ces éjections ne sont pas dues à un effondrement généralisé et ne constituent qu’un événement très localisé du côté Sud, Sud-Ouest de la tour. Cela ne peut donc en aucun cas être modélisé par un phénomène global de type Pancake. »

    Je trouve cela étrange
    1 : L’évènement « trés localisé  » descend en paralléle avec les morceaux tombant en chute libre ( et il s’agit de tonnes de matière ejectées hors du WTC ) la vidéo mise en ligne par Moorea est explicite !!!
    2 : si ça ne cadre pas avec le modèle c’est peut-être bien que ce modèle est si parfait qu’il ne colle pas avec la réalité

    Moorea contredit manfred sur l’affirmation suivante :
    « Nous observons qu’à t=3s, le front d’effondrement est calibré à 11m/s comme nous l’avons observé dans le point b, le marteau constituant alors une pile de 18 étages. »
    Manfred peut-il lui répondre ???

  • Bonjour, Quirant ne le contredit pas. Il dit simplement que ce n’est pas ce qu’on observe.

    Et effectivement, c’est ce à quoi nous nous attachons à faire dans cet article, montrer que les observations ne collent absolument pas avec la réalité.

  • Alexandre Faury

    Si je comprends bien, les calculs que vous nous présentez là sont ceux des études des Szamboti, McQueen et Chandler, c’est bien ça ? A-t-on des avis d’experts en démolition contrôlée qui pourraient nous donner leur point de vue avec de nombreux détails ? Parmi les scientifiques qui penchent pour cette hypothèse, quels sont les Français qui la soutiennent ? Jérôme Quirant dit que lui et ses collègues rient entre eux de cette théorie, mais est-ce que vous avez des noms de personnes ayant les mêmes compétences que M. Quirant et qui pensent le contraire ?
    Je comprends le débat qui peut exister quand à la destruction des deux tours mais pour le WTC 7 je ne comprends pas la mauvaise fois de ceux qui veulent soutenir que de simples feux l’ont fait s’écrouler tout droit. Rappelez-vous cette vidéo de Jowenko qui affirme l’effondrement par démolition contrôlée du bâtiment sans savoir qu’il s’agit d’un bâtiment du WTC, le « pull it » de Rumsfeld, la journaliste qui annonce l’effondrement alors que le bâtiment est encore debout, etc.
    Désolé pour le hors-sujet mais c’est pour enchaîner avec le bon sujet : puisque le WTC 7 est une démolition contrôlée, il nous est plus facile d’imaginer par induction que les deux tours ont subi le même sort (en plus de tous les autres moyens que nous avons de le supposer : vidéos, photos, témoignages, comparaison avec les autres tours à structure d’acier ayant subi des feux, etc.) En fait, le défi qu’un tenant de la version officielle pourrait relever serait le suivant : pourquoi les immeubles à structure d’acier ne s’effondrent habituellement pas à cause de feux, sauf le 11 septembre ?

  • Bonjour à tous.

    Moi aussi, parce qu’il le vaut bien, j’ai fait un debunking de la mise à jour de la news de Jérôme Quirant.

    Vous connaissez donc déjà la Partie I :
    http://citoyen.liveworld.fr/Navigation/WTC-Demonstration/Bastison.php

    Voici la Partie II :
    http://citoyen.liveworld.fr/Navigation/WTC-Demonstration/Bastison2.php

    A lire également, le debunking de Frédéric Henry-Couannier qui a été mis à jour en rapport avec la news de bastison :
    http://www.darksideofgravity.com/bastison_pancake!!.html

    Les explications que vous pourrez y lire :
    - Pourquoi doit-on bien considérer la vitesse initiale du marteau à 11m/s et en aucun cas à 22m/s
    - Pourquoi et en quoi les explications données par Jérôme Quirant sur le front d’expulsions massives de tonnes de débris observé sont totalement irrecevables

  • Je tiens à revenir sur ce qui semble être dorénavant la ligne de défense de Jérôme Quirant aujourd’hui.

    Il remet en cause notre vitesse initiale de 11m/s, parce que la vitesse a été observée à 22m/s. J’aimerai expliquer ceci à tout le monde. L’observation que fait Jérôme Quirant, c’est déjà la preuve de la démolition contrôlée.

    Je vais expliquer avec des mots plus clairs pour que tout le monde comprenne. Prenons l’exemple de la circulation dans le code de la route.

    Quand il y a un feu rouge, votre voiture doit s’arrêter, c’est comme ça dans le code de la route ! Si vous voyez une voiture qui grille tous les feux rouges, c’est qu’elle est hors-la-loi, elle va à l’encontre des règles. Monsieur Quirant lui, souhaite modifier le code de la route, parce que sa voiture grille les feux rouges, pour ainsi permettre à sa voiture de ne plus être hors-la-loi.

    C’est ce que nous disons dans cet article. Le code de la route, ce sont les lois de la physique. La voiture, c’est la pile de neuf étages, et il doit rencontrer un feu rouge qui est une autre pile de 9 étages au repos. Ce marteau doit donc implacablement diminuer sa vitesse de moitié, parce que ce sont les lois de la physique, et qu’il faut les respecter.
    Or, monsieur Quirant a observé que son marteau est en fait allé plus vite qu’il n’aurait dû, plus vite que les lois de la physique ne le permettent. Il n’a pas respecté les lois de la physique qui régissent un effondrement gravitationnel. Et monsieur Quirant vient nous dire qu’il faudrait changer les lois de la physique, parce que ses observations ne collent pas avec les lois que nous connaissons.

    Quand on fait les observations que fait monsieur Quirant, on doit se rendre à l’évidence. Il faut conclure que l’effondrement n’a pas respecté les lois de la physique qui imposent des règles aux effondrement gravitationnels, et pas dire que ce sont les lois de la physique qui ne sont pas bonnes. Personne n’a le droit de modifier les lois de la physique pour faire entrer l’effondrement de la tour dans les règles des effondrements en pancake.

    Ces observations n’amènent qu’à une et une seule conclusion possible : l’effondrement des tours jumelles n’est pas gravitationnel. Les observations que Quirant met en avant ne font que plus aller dans ce sens.

  • parrainAmex

    Bon tout le début de l’article est pas trop mal fait, même s’il faut quand même quelque temps pour bien tout capter. Il y a quelques divergences sur la phase entre Crush-Down et Crush-Up mais ca me parait compatible avec des erreurs de modélisations. Je me concentrerai juste sur la partie :

    c) temps de chute minimal réaliste

    Il y a une donnée essentielle qui me semble absolument capital de justifier, et qui me semble de surcroit très difficile à vérifier (avec les moyens dont on dispose sur Internet). C’est la phrase :
    « Nous savons que moins de 25% de la masse totale du WTC a été retrouvée sur ses fondations. En réalité, ce chiffre est très certainement en deçà de 10%. »

    D’où le chiffre de 25% est sorti ? Et encore plus pourquoi le passer à 10% ? Bon j’avoue que je suis assez nouveau sur ce site. Je vais juste voir sur le site batiston ( qui semble être « l’adversaire »). Il l’explique simplement par la présence de sous sol qui se sont effondré. Après il y a encore une argumentation sur la hauteur que devait avoir la pile de débris qui me laisse pantois …

    Si cette données capitale n’est pas juste, tout le reste ne vaut rien.

    J’ajoute que l’équation de base de tout ces calculs vi+1=(i/(i+1)).vi
    n’est valable que si le choc entre marteau et étage inférieur est complètement élastique. Or il ne l’est pas parfaitement et donc la perte de vitesse lors de chaque choc entre marteau et étage est surestimé. Comme dis dans le site de bastison, tout ca est effroyablement compliqué et il faut bien garder en vue que toute modélisation n’est qu’une approximatisation. Il est capital d’avoir une grosse connaissance et expérience préalable pour s’aventurer dans des calculs de ce genre …





*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Click to hear an audio file of the anti-spam word

``