Ce site dispose de deux pages d'accueil :

A l'ouverture du site, voir :

La dernière page d'accueil consultée Accueil 1 Accueil 2

Blog de l'association ReOpen911

William Kristol: un néconservateur influent.

Posté par AtMOH le 15/10/2008

 Comprendre le 11 septembre c'est comprendre les idéologies et les enjeux qui règnent actuellement. Le néo-conservatisme est une des pensées dirigeantes du pouvoir américain actuel. Il est donc nécessaire d'en prendre connaissance.

En effet, pour le quidam accaparé par les vicissitudes du quotidien et la logorrhée monolithique des médias, les évènements du 11 septembre semblent bien loin. Pourtant chaque jour ces évènements tragiques reviennent dans l'actualité: implication française en Afghanistan, guerre sans fin en Irak, menace terroriste médiatiquement omniprésente, restriction des libertés individuelles... Toutes ces décisions politiques sont justifiées par une guerre préventive au terrorisme ( la guerre préventive étant pourtant interdite par l'ONU).

Ces visions messianiques et impérialistes du monde donnèrent naissance au PNAC, le Projet pour un Nouveau Siècle Américain. Le PNAC se présente comme groupe de réflexion et d'influence, œuvrant à prolonger au XXIe siècle le leadership mondial des États-Unis acquis depuis la Seconde Guerre mondiale, que ce soit dans les domaines politique, économique, culturel ou militaire. ReOpen911 a traduit un des documents majeur du PNAC: Reconstruire les défenses de L'Amérique.
Le président et fondateur du PNAC est Willam Kristol. Il a récemment accordé une interview au blog néoconservateur drzz.  Proche de Norman Podhoretz, W.Kristol représente un courant de pensée qui doit être pris en considération. Non pas pour le diaboliser, mais au contraire pour saisir un mode de pensée qui est souvent très éloigné de l'intérêt et de la volonté des citoyens américains et plus largement du peuple non gouvernant.

Dans cette entrevue il déclare notamment qu'un des plus grand succès de W. Bush est "

L’Irak en particulier et le fait que nous avons détruit les arrières d’Al-Qaeda."

Ou encore "lorsque nous n’avons pas trouvé d’Armes de Destruction Massive en 2003, je crois que la Maison-Blanche a eu peur de poursuivre son argumentation sur la nécessité de la guerre, en particulier les liens entre Saddam Hussein et Al-Qaeda."

Mais les ambitions hégémoniques ne s'arrêtent pas au Moyen-Orient, la chine se voit aussi dotée d'un plan de "démocratisation": "La Chine connaît une grande croissance, mais recèle aussi de vraies faiblesses. Nous sommes en contact avec des démocraties comme l'Inde, l'Australie ou le Japon, prêtes à nous aider à proposer une alternative politique en Chine."

Logiquement il poursuit en expliquant que l'échec majeur de Bush fut d'avoir "reculé dans sa confrontation avec l’Iran"...


 Voici quelques éléments d'information sur W.Kristol:

  • Après la grande victoire républicaine au Congrès en 1994, Kristol se joint au néo-conservateur John Podhoretz et à Rupert Murdoch pour lancer un journal périodique conservateur intitulé « The Weekly Standard ».
  • En 1997, il fonde avec Robert Kagan, un Think tank néo-conservateur intitulé « Projet pour un nouveau siècle américain » (Project for the New American Century - PNAC). Ils sont tous deux à l'origine de l'appel à Bill Clinton pour une action militaire en Irak afin de protéger les intérêts vitaux des États-Unis dans le Golfe..
  • En 2003, Bill Kristol fut l'un des avocats de l'invasion de l'Irak et du renversement de Saddam Hussein comme préalable à une recomposition et à une démocratisation au Moyen-Orient.
  • En 2005, Kristol participa à la rédaction du discours de la seconde investiture de George W. Bush.
  • Il est aujourd'hui encore président du PNAC, éditeur du Weekly Standard et chroniqueur politique régulier sur la chaîne d'information Fox News.

 



DRZZ : Dans le Discours sur l’Etat de l’Union en 2005, dont vous avez été l’inspirateur, le Président Bush a dit : « l’engagement de notre génération pour la liberté est aujourd’hui évalué au Moyen Orient ». Pensez-vous que l’Amérique a réussi le test ?
  
KRISTOL : Oui. L’objectif essentiel était de gagner la guerre en Irak. Si nous nous étions retirés d’Irak, si nous avions offert la victoire à Al-Qaeda et laissé l’Iran dominer son voisin, nous aurions connu une défaite épouvantable. Il y a d’autres dossiers où j’aurais espéré que nous serions plus efficaces, et des fronts où je pense que nous avons reculé, comme le Liban. Notre principale victoire a été les élections d’un gouvernement démocratique en Irak. Ce fut un évènement crucial.

 
DRZZ : Quels furent à votre avis les plus grands succès de la présidence Bush ?

 
KRISTOL : Je citerais deux points. L’Irak en particulier et le fait que nous avons détruit les arrières d’Al-Qaeda. De nombreux observateurs ont prétendu que l’invasion de l’Irak allait renforcer la nébuleuse islamiste et qu’elle utiliserait la guerre comme outil de recrutement mais cela s’est révélé faux. Al-Qaeda a vu l’Irak devenir son premier front et les Sunnites du pays se retourner contre elle. C’est une victoire majeure. Si vous aviez dit, ils y cinq ans, que des troupes arabes combattraient Al-Qaeda aux côtés des troupes américaines, et ceci en plein cœur du Moyen Orient, personne ne vous aurait cru. La guerre a été difficile, mal gérée pendant une période, mais s’est conclue par la victoire. 

DRZZ : Quelles furent, au contraire, les plus gros échecs de la 43e administration des Etats-Unis ?

KRISTOL :
(rires)

DRZZ : Vous ne pouviez pas échapper à celle-là… 
 
KRISTOL : Je pense que durant son deuxième mandat, Bush a reculé dans sa confrontation avec l’Iran, la démocratisation du Moyen Orient et le combat du terrorisme au Liban. Il a laissé le programme nucléaire iranien progresser sans véritable riposte et cela peut être considéré comme un échec. Je ne pense pas cette évolution irréversible, mais je ne la juge pas positive.
 
D’une manière générale, Bush m’a paru trop enclin à la négociation et pas assez ferme à l’égard des dictateurs, particulièrement face à la Russie de Poutine et la Chine de Jintao.

 
DRZZ : Nombre d’observateurs ne comprennent pas pourquoi l’administration Bush a été si molle à défendre son bilan. Par exemple, il a été exhaustivement démontré que le régime de Saddam Hussein entretenait des liens étroits avec Al-Qaeda. Pourtant, la Maison-Blanche a été incapable de l’expliquer au peuple américain. Comment expliquez-vous cette faiblesse ? Bush lui-même ? Son équipe de communication ? L’armée ? La communauté du renseignement, comme me l’a suggéré Norman Podhoretz ?
 
KRISTOL :  Bush n’est jamais parvenu à maitriser l’exécutif. Il n’a jamais placé les bonnes personnes à la tête des différentes agences. Il n’a pas utilisé son pouvoir pour imposer sa vision et, par là même, s’assurer que son gouvernement partageait la même. Bush est responsable. Il n’a pas compris combien cela était important.
 
Ensuite, lorsque nous n’avons pas trouvé d’Armes de Destruction Massive en 2003, je crois que la Maison-Blanche a eu peur de poursuivre son argumentation sur la nécessité de la guerre, en particulier les liens entre Saddam Hussein et Al-Qaeda. Elle s’est contentée de dire : « nous sommes là-bas, nous ne pouvons pas nous permettre de perdre, il faut gagner », ce qui n’est pas faux. Mais elle a renoncé à expliquer pourquoi il était juste d’entrer en guerre contre l’Irak, et Saddam Hussein en particulier. Elle a payé un lourd tribut pour cette erreur. L’opinion publique américaine et étrangère voulait savoir que cette guerre était raisonnable et que le monde se porte mieux sans Saddam Hussein.

 A l'évidence, l
’administration Bush a très mal géré sa communication et n’a guère essayé d’expliquer l’essentiel, à savoir que le monde, en 2008, est plus en sécurité qu’en 2003, malgré les difficultés en Irak. Si nous avions laissé Saddam et ses fils au pouvoir, nous aurions dû gérer une nouvelle vague de terrorisme et la reprise des programmes d’Armes de Destruction Massive.

 
DRZZ : Vous avez écrit dans le New York Times, la semaine passée, que « 2008 est une année phare pour la liberté et de la démocratie ». Mais Israël est aujourd’hui encerclé par la Syrie, le Hezbollah et le Hamas…

 
KRISTOL : Je parlais d’espoir au sujet de l’Irak. Sur d’autres fronts, la situation est plus critique. Notre objectif est de s’assurer que les groupes terroristes et les États ennemis ne se renforcent pas. La domination graduelle du Liban par le Hezbollah est un sujet de profondes inquiétudes. De même, la Syrie fait assassiner des politiciens libanais. Elle a même essayé de bâtir un réacteur nucléaire qu'Israël a finalement détruit. Mais la Syrie n'a pas pour autant payé le prix pour avoir violé les conventions internationales. 
 
Je pense que si vous observez la région, globalement, l’Iran en est la clé. Si l’Iran recule, une grande partie des conflits au Moyen Orient pourront être résolus.

 
DRZZ : Je vous ai vu sur Fox News affirmer que si Bush pensait que Barack Obama serait élu, il ordonnerait des frappes militaires. L’ancien ambassadeur Bolton a quant à lui ajouté que la meilleure période pour de telles opérations seraient entre le jour de l’élection présidentielle et le mois de janvier 2009, lorsque le nouveau Président entrera en fonction. Pensez-vous que Bush va agir ?

 KRISTOL : J’essayais seulement de me mettre à la place du Président. Je préfèrerais toutefois qu’il n’en fasse rien. Il est difficile d’engager une opération militaire en fin de mandat. Si Bush pense qu’il faut bombarder l’Iran, il doit le faire dès maintenant. Si, au contraire, il pense avoir encore du temps, il faut qu’il lègue ce dossier à son successeur.

 La meilleure chose que Bush puisse faire actuellement est renforcer la coalition et maintenir la pression sur l’Iran avec les sanctions. Tout dépend du temps qu’il nous reste, un paramètre toujours difficile à évaluer.

 
DRZZ : Si Obama est élu, la politique étrangère américaine s’en trouvera-t-elle changée ? Peut-on penser que l’armée, en dernier recours, le pousserait à intervenir contre l’Iran ?

 
KRISTOL : Ce n’est pas impossible. Les candidats à la Maison-Blanche, quoiqu’ils prétendent pendant leur campagne, changent une fois qu’ils deviennent Présidents. Ils doivent maitriser les dossiers, et ceux-ci incluent la guerre. Je préfère McCain mais je pense qu’Obama serait un Président crédible. Sa crédibilité se mesurera, notamment, à sa volonté de détruire le programme nucléaire iranien. Il est préférable que nous le fassions plutôt qu’Israël intervienne.
 
Je pense qu’Obama a réfléchi à ces choses-là.

 
DRZZ : La Russie vient d’envahir un voisin immédiat. Assistons-nous à une nouvelle guerre froide ?

 
KRISTOL : Non. Nous voyons une Russie agressive, ce que nous ne pouvons pas tolérer. Je ne pense pas qu'il s'agisse d'une nouvelle guerre froide, dans le sens d’un affrontement idéologique livré au sein d’une Europe divisée. La bonne nouvelle aujourd’hui est que l’Europe est unie et presque totalement libre. Nous devons cependant stopper l’agression russe. Je trouve Bush trop faible dans sa réponse à l’invasion de la Géorgie.
 
Comme mon ami Bob Kagan l’a noté, nous assistons aujourd’hui à « un retour de l’histoire » : des dictateurs attaquent leurs embarrassants voisins et notre rôle, en tant qu’Etats-Unis d’Amérique, est de s’assurer qu’ils n’en fassent rien. Poutine ne comprend pas les gentilles négociations, nous devons hausser le ton face à lui.

 
DRZZ : Après tout, la Russie peut prétendre que la communauté internationale a autorisé l’indépendance du Kosovo, alors pourquoi refuser l’indépendance de l’Ossétie, source du conflit russo-géorgien ?

 
KRISTOL : Non, ce serait un argument spécieux. Le Kosovo est une excuse pour les Russes. Ils cherchent à donner une leçon aux Géorgiens, sans penser aux conséquences. Le Kosovo a été attaqué par Milosevic. Dans le cas de la Géorgie, Poutine est l’agresseur. Et nous devons réagir face à cette inacceptable violation des frontières d’un Etat souverain.

 
DRZZ : Que pensez-vous de la Chine, autre Etat source d’instabilité sur la planète ?
 
KRISTOL : La Chine connaît une grande croissance, mais recèle aussi de vraies faiblesses. Nous sommes en contact avec des démocraties comme l'Inde, l'Australie ou le Japon, prêtes à nous aider à proposer une alternative politique en Chine. Je ne suis pas terrifié par ce pays. Les dictatures sont par nature faibles : elles se fondent sur l’économie, la peur et un certain nationalisme. Si ces principes peuvent tenir quelque temps, ils finissent par échouer inévitablement.
 
Ainsi, je n’ai peur ni de la Chine ni de la Russie, mais je soutiens une alliance solide des démocraties pour leur faire face. En Europe, avec l’OTAN. En Asie, avec une sorte d’OTAN que nous devrions bâtir avec notre allié le plus sûr, le Japon. Les Etats-Unis doivent prendre la tête de ces initiatives. Nous y travaillons déjà, mais nous pourrions le faire avec plus d’efficacité encore. Nous parlons de projets cruciaux pour les années à venir.     

DRZZ : Le
Weekly Standard a soutenu John McCain plutôt que Bush en 2000. On peut dire qu’il est votre candidat depuis le début. Pourquoi ?

KRISTOL :
Effectivement, McCain m’était plus sympathique que Bush en 2000. McCain a démontré une vraie compréhension du monde. Je le dis non seulement parce que je suis d’accord avec lui mais aussi parce que ses idées ont trouvé un écho positif dans la réalité. Prenez l’Irak, il a soutenu les renforts et a eu raison. Depuis longtemps, il nous met en garde contre Poutine, et là encore il a vu juste.
 
McCain croit vraiment aux alliances solides et à la démocratie, deux valeurs qui me semblent essentielles. Je ne suis pas d’accord avec lui sur tous les détails, mais je le vois comme un candidat très compétent.  

 
DRZZ : Comment expliquez-vous les sondages étrangement bas pour Obama à cette période de la course à la présidentielle ?

 
KRISTOL : Obama est inexpérimenté. McCain est crédible. Les Américains préfèrent l’expérience en temps de guerre. Obama est aussi plutôt à gauche. Je pense que McCain a de bonnes chances de le battre dans les urnes.

 
DRZZ : Est-ce le pronostic de Bill Kristol pour 2008 ?

 
KRISTOL : (rires)

 
DRZZ : Vous êtes l’un des commentateurs politiques les plus influents des Etats-Unis. Vous avez correctement prédit la victoire de Bush en 2004 et la défaite des Républicains en 2006. Quel sera, d’après vous, le résultat de novembre 2008 ? 
 
KRISTOL : C’est difficile à dire. Je pense que McCain va gagner.

 
DRZZ : Abordons la rumeur qui passionne les conservateurs en ce moment. Croyez-vous à un retour de dernière minute de Hillary Clinton à la convention démocrate de Denver, la semaine prochaine ?

 
KRISTOL : Non, c’est trop tard. Elle va faire un discours de soutien pour Obama, puis regarder l’évolution de la situation, en espérant se relancer en 2012.

 D
RZZ : Vous avez travaillé dans l’administration Reagan. Quel est l’état de la révolution conservatrice ?

 
KRISTOL : Vous savez, ces mouvements idéologiques survient une saison. A chaque fois, vous avez besoin de nouvelles idées, vous ne pouvez pas proposer les mêmes pendant vingt ou trente ans. Globalement, les conservateurs et néoconservateurs ont un bilan plutôt bon. Reagan Thatcher, même Mitterrand sur certains dossiers, ont conduit des politiques cohérentes en économie et solides en politique étrangère. Celles-ci ont plutôt bien fonctionné.
 
Nous avons mis fin à la guerre froide, uni l’Europe, l’évolution économique des ces vingt dernières années est positive, la Chine et l’Inde s’ouvrent à la mondialisation… Nos idées n’ont pas seulement réussi en théorie, mais aussi en pratique.
 
Je crois donc qu’elles restent totalement d’actualité.

 
DRZZ : En effet. Diriez-vous donc, comme Norman Podhoretz, que les meilleures années du néoconservatisme sont devant lui ?
 
KRISTOL : Je l’espère ! (rires) Difficile à dire. L’histoire est imprévisible.   

  D
RZZ : Merci, monsieur Kristol.

 
KRISTOL : Tout le plaisir est pour moi.

 
DRZZ : Une fois encore, je tenais à exprimer toute l’admiration que j’ai pour le néoconservatisme, et je ferai en sorte qu’il soit encore plus connu en Europe.

 


 

Publié dans Interviews et conférences | 11 Commentaires »

URL courte : http://www.reopen911.info/1705.html  

Commentaires (11)

  1. pfdb,

    Il fait peur. J'espère que la vérité du 11/09 éclatera au Etats Unis et que le parti neocons sera blâmé par le peuple. Malheuresement le peuple est diverti par tous les moyens (football, baseball, serie TV, télé réalité..) dans le but qu'ils ne se retournent pas, qu'ils ne réfléchissent pas et surtout qu'ils ne s'enervent pas a ne pas avoir des réponses aux questions posées....

    Parlez-en, des millions de personnes se posent des questions, il n'en manque plus que quelques milliards...

    Votre site est exceptionnel. Vous faites du gros gros boulot.

  2. Sébastien,

    C'est un comique, lui. Où est la camisole?

  3. Alex,

    Merci c'est très clair. Continuez d'informer, la prise de conscience progresse chaque jour. Les néoconservateurs sont arrivés en France, via le Système et notamment Sarkozy/Kouchner.

    http://www.levraidebat.com

  4. Willi,

    Le Kosovo a été attaqué par Milosevic. Dans le cas de la Géorgie, Poutine est l’agresseur. Et nous devons réagir face à cette inacceptable violation des frontières d’un Etat souverain.

    PARDON????

    Encore de la propagande anti-russe, alros qu'on sait bien (grace a qq médias objectifs) que c'est Saakachvili qui a lancél 'offensive pendant les JO !

  5. renault,

    Voici les termes employés à l'instant par Lellouche sur France 5 :

    "sattellite", "drône", "réapprendre la guerre", "désapprendre le maintien de la paix".

    A quelques jours de l'élection américaine, ce Français perdrait-il ses nerfs ?

  6. milongal,

    Jeudi dernier, le 30 oct, M. Kristoll était invité sur le plateau de The Daily Show with John Stewart. Je vous conseille vivement de regarder l'interview. Lire une interview avec lui est déjà consternant, mais le voir en direct en train d'essayer de nous faire avaler ses idioties, c'est encore plus agaçant. Heureusement John Stewart est un homme intelligent qui n'hésite pas à le mettre poliment à sa place. Il n'hésite pas non plus à lui balancer quelques phrases bien dites qui tuent, au plus grand plaisir du public présent d'ailleurs dans le studio.

    Malheureusement, depuis quelques mois, le visionnage des vidéos en ligne dans le site de The Daily Show [http://www.thedailyshow.com] est bloqué en France. Mais avec un peu de connaissances en informatique, on arrive à les voir en se servant du code disponible dans le site lui-même. Voici donc le code à copier afin de regarder l'interview.

  7. njkl,

    "Mais nous n’avons pas affaire ici à un « régime militaire » ou à un « gouvernement militaire » dans le sens usuel du terme, où le pouvoir gouvernemental aurait été transféré au président et vice-président selon les directives du NSPD 51. Ce qui est en jeu, c’est plutôt l’engagement illimité et arbitraire de l’armée par le président et le vice-président pour exercer les fonctions de la police et des poursuites judiciaires en contournant le Congrès et la Justice."

    Le préalable est une "catastrophe" préalable à la mise en place d'un état d'urgence...

  8. De oliveira,

    "Les dictatures sont par nature faibles : elles se fondent sur l’économie, la peur et un certain nationalisme"

    J'ai bien cru qu'il parlait des états-unis !!!

  9. Benoa,

    Bonsoir à tous,
    "et nous devons réagir face à cette inacceptable violation des frontières d'un Etat souverain.":Tout est dit...A peu près 700.000 Irakiens sont déjà morts depuis l'arrivée (légale) du Grand Pacificateur.Torture,
    assassinats, viols, enprisonnements, bombardements,tout est fait pour que l'Irak(et les pays voisins bien entendu) comprenne que le monde est régi par l'amérique (je ne mets plus de majuscule à ce mot,c'est volontaire), un point c'est tout. On dit merci aux Agents du Bonheur et on crève en silence...Bush et ses potes sont des tyrans, qui ont(qui l'eût cru?) fait bien plus de mal à l'Irak que Saddam Hussein lui-même...

  10. Fabinovitch,

    J'ai rêvé ou bien il met Mitterand au même rang néoconservateur qu'un Reagan ou qu'une Thatcher.
    N'est ce pas là la démonstration de la méconnaissance des Américains du monde qui les entoure?
    Sans parler des contre vérités dites sur l'Irak, le dialogue avec ce genre d'idéologue me parait à jamais
    impossible. D'ailleurs, ces gens là tendent plus à imposer qu'à convaincre.

  11. Dan,

    Tout a fait d'accord avec lui , la réalité est bien difficile a accepter il a les couilles de le dire haut et fort.

Laissez votre commentaire sur cet article
Seront supprimés : Les commentaires hors-sujet et tous messages contenant des propos injurieux, offensants, irrespectueux, prosélytes, racistes, antisémites et hors sujets.
L´abus des majuscules et/ou les attaques personnelles entraîneront également la non validation du commentaire.
Ceci n'est pas un forum mais un espace de commentaires en rapport avec le contenu de cette page. Pour toute discussion, merci de vous rendre sur le forum.
Suivez notre actu sur les réseaux sociaux
Sondage HEC-REOPEN911

Sondage Reopen911

Newsletter mensuelle
Consensus911

Points de Consensus
sur le 11-Septembre

9/11 Maps

Découvrez le projet 9/11 Maps
Timeline 3D de toutes les données officielles de vols

Aidez ReOpen911 à continuer d'exister ... et à avancer

Pétition ReOpen911