Crimes médiatiques ou les conséquences meurtrières de la désinformation

Bien sûr, il est difficile pour tout un chacun d’y voir clair dans le brouillard de la guerre abondamment alimenté par des médias toujours plus pressés de relayer des informations sans prendre le temps nécessaire pour les vérifier et les recroiser. Bien sûr, nous manquons de recul pour savoir quelle part de responsabilité porte chaque camp dans les atrocités commises en Libye l’an dernier, et en Syrie actuellement – pour prendre les deux derniers exemples en date. Mais comme nous le détaille ici le géopolitologue Guillaume de Rouville, ce qui est certain, c’est que ceux qui ont réussi à faire passer depuis 10 ans la pilule du 11-Septembre auprès des populations occidentales avec la complicité scandaleuse des médias grand public, et avec le succès que l’on sait (malheureusement), ne se gênent plus pour nous servir la soupe du tyran criminel tuant sa propre population sans défense, et représentant un danger mortel pour ses voisins et pourquoi pas, pour la communauté internationale toute entière.

Assad, tout comme Kadhafi ou Saddam Hussein, ne sont pas des anges, leur régime n’a (ou n’avait) rien de démocratique, et il ne s’agit pas ici de les défendre, mais leur diabolisation systématique par les autorités occidentales, largement relayée par nos médias ne sert qu’un objectif : l’agenda expansionniste des Etats-Unis au Proche et au Moyen-Orient. La stratégie américaine est pourtant connue de tous : les plans "militaires" de l’OTAN étaient finalisés dès le lendemain du 11-Septembre et alors que les premières troupes US étaient acheminées vers l’Afghanistan, c’est le Général US Wesley Clarke qui nous l’a appris en 2006 : les USA étaient prêts à envahir sept pays dès octobre 2001 : l’Irak, la Libye, le Liban, la Somalie, l’Iran, le Soudan et la Syrie. Tout ce qui se passe depuis dix ans n’en est que l’application pratique, ces pays tombent un à un, et leurs populations que nous prétendons sauver sont en réalité les premières victimes de notre arrogance et de notre aveuglement.

 

Illustration : "TV kills the brain" par gianluca

 


Crimes médiatiques ou les conséquences meurtrières de la désinformation

par Guillaume de Rouville, sur LidiotDuVillage.org, le 15 juin 2012

Depuis la chute du mur de Berlin, l’emprise des médias atlantistes sur les opinions publiques occidentales, au lieu de décliner en raison de la disparition de la menace communiste, s’est développée au point de supprimer quasiment toutes les voix dissidentes des canaux d’information non marginaux ou alternatifs. En France, pays un peu plus rétif que ses voisins à la mainmise atlantiste, ce travaille de nettoyage médiatique a été achevé par Nicolas Sarkozy avec l’aide de personnalités néoconservatrices comme Christine Ockrent ou Philippe Val (legs sur lequel le nouveau Président très atlantiste ne reviendra évidemment pas).

Il en résulte un unanimisme de l’information dont on pourrait s’accommoder en invoquant l’imperfection des Homo Sapiens s’il n’avait pour objectif principal de cacher des crimes de masses dont les élites dirigeantes des démocraties occidentales se rendent coupables avec une impunité déconcertante.

Les crimes médiatiques sont une composante à part entière des crimes politiques plus généraux qui ensanglantent la scène internationale où nos dirigeants déchaînent leur volonté de puissance. Sans une complicité active des médias atlantistes avec les élites occidentales les guerres en Irak et en Afghanistan, le dépeçage de la Libye et la descente aux enfers de la Syrie, n’auraient pas pu être réalisés aussi facilement.

Ainsi, il y a eu crime médiatique quand l’OTAN a décidé d’attaquer l’Afghanistan dans la foulée des attentats du 11-Septembre parce que les médias ont refusé sciemment d’interroger les motivations de l’administration Bush dans cette guerre et de questionner la responsabilité directe des néoconservateurs dans ces attentats.

Il y a eu crime médiatique quand les États-Unis et leurs alliés ont envahi l’Irak en 2003 parce que les médias ont relayé volontairement de fausses informations sur la présence d’armes de destruction massive.

Il y a eu crime médiatique quand les médias ont inventé la fable du bombardement de Benghazi par Kadhafi pour envahir la Libye, quand ils ont laissé, sans broncher, les dirigeants occidentaux, avec la caution morale de quelques intellectuels atlantistes (dont J.B. Botul), donner le pouvoir à des milices wahhabites proches d’Al-Qaeda et créer une guerre civile afin d’accomplir des objectifs géostratégiques dont les peuples d’Occident et d’Orient ne verront jamais les bénéfices (moraux ou matériels).

Il y a crime médiatique quand les médias attribuent de manière opportune la paternité des massacres en Syrie (Houla) au clan au pouvoir pour faire tomber un régime qui ne répond plus à leurs objectifs dans la région ; il y a crime médiatique quand l’Occident peut, sans que les médias ne s’en émeuvent, armer des groupes terroristes, organiser des massacres de civils et apporter la guerre civile et religieuse dans un pays en paix.

Il y a eu crime médiatique quand les médias ont choisi de taire le soutien des États-Unis à un coup d’État au Honduras en 2009 et que ce silence couvre les cris des torturés et des suppliciés.

Il y a un crime médiatique quand les médias passent sous silence les implications pour les libertés fondamentales de la loi NDAA votée par l’administration Obama en décembre 2011 qui autorise les détentions arbitraires (des citoyens américains ou étrangers) comme au temps de l’absolutisme royal en France.

Il y a crime médiatique quand aucun grand média ne cherche à expliquer les raisons et les dessous de la guerre contre le terrorisme ni l’alliance des Occidentaux avec les défenseurs du terrorisme islamique (Arabie Saoudite et Qatar).

Il y a eu crime médiatique dans tous ces exemples parce que les médias mainstream ont délibérément choisi de se faire les porte-parole d’une élite à la quelle ils appartiennent ou à laquelle ils s’identifient, élite qui commet, de manière répétée, des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité contraires aux valeurs des Lumières.

L’incompétence n’est pas une excuse suffisante pour écarter la responsabilité directe des médias dans les crimes que nous avons mentionnés (d’autant que les médias alternatifs ont offert ou offrent des analyses précises et pertinentes sur l’ensemble de ces événements). L’incompétence ne peut pas être, en effet, à ce point partagée, voire unanime, tandis que la soumission volontaire à la parole officielle peut l’être en raison du commun dénominateur qui caractérise l’ensemble des médias qui comptent pour forger l’opinion des bourgeois cultivés : l’idéologie atlantiste. En effet, sans une idéologie commune et puissante capable de souder ensemble les intelligences humaines les plus diverses, autant d’erreurs et d’approximations dans l’information ne pourraient pas être commises de manière répétée et à propos de la plupart des événements cruciaux.

Nul besoin ici de mentionner tous les crimes médiatiques commis par les médias atlantistes tant la liste est longue et presque sans fin. Nous voulions juste rappeler l’évidence suivante, au moment où le traitement médiatique du drame syrien semble atteindre en Occident un degré d’abjection rarement égalé : la désinformation tue des innocents.

Aux citoyens de rendre leurs journalistes comptables de celle-ci lorsque cette désinformation est manifestement volontaire, à défaut d’en accepter la part d’ombre pour soi-même et de démobiliser sa conscience face à la brutalité du monde. Aux citoyens de s’organiser pour faire tomber les tyrannies médiatiques qui dominent les opinions publiques occidentales. Pour que cessent les crimes des mass media.

Guillaume de Rouville

 


 


En lien avec cet article :

 


 

8 Responses to “Crimes médiatiques ou les conséquences meurtrières de la désinformation”

  • Corto

    à rapprocher de cette anecdote entendue sur le perron de l’Elysée, lorsque M. Sarkosy raccompagna M. Abdeljalil qu’il venait d’adouber comme nouveau représentant « légal » du gouvernement libyen libre: « Et encore, vous n’avez rien vu !  » lui aurait-il glissé à l’oreille.

  • Hijack

    Excellente analyse de la situation de la part de Guillaume de Rouville.

  • H.

    Quand la CIA, l’organisation criminelle US, arme Al Qaïda en Syrie :

    LE FIGARO :
    http://www.lefigaro.fr/international/2012/06/21/01003-20120621ARTFIG00793-la-cia-aiderait-l-opposition-syrienne-en-turquie.php

    Quand donc comprendrons-nous qu’ AL QAÏDA est une officine secrète de la CIA pour déstabiliser l’Afrique et le Moyen-Orient et préparer demain la guerre contre l’ IRAN ?

    La machine US est un empire militarisé qui ne fonctionne plus qu’aux  » guerres sans fin », pour soutenir son économie maladive, les USA ont besoin toujours de plus de déstabilisation mondiale et de nouveaux théâtres d’opération pour faire tourner la boutique du Pentagone et les centaines de milliers d’officines paramilitaires sources d’emplois et de bénéfices à travers le monde.

    L’ Amérique est un astre mort et le cancer des nations. Qui arrêtera cet État morbide qui extermine chaque année des centaines de milliers de civils de part le monde ? Les USA sont devenu la principale usine à cadavres du XXI ° siècle comme
    l’ Allemagne nazie le fut au XX° siècle.

    CIA = AL QAÏDA

    BHL en Libye a armé AL QAÏDA, qu’on se le dise et qu’on cesse de s’aveugler ! Tout cela est bien sinistre et grotesque et la bouffonnerie macabre a commencé un certain 11/ 9…

  • kzerrrex

    De nombreux crimes ne pourraient  » fonctionner  » aussi facilement sans la complicité , au moins passive, des grands médias ; par suivisme , par paresse , par connivence idéologique … le résultat est le même : peu de médias critiquent ou même condamnent les agissements de l’OTAN , ou des USA quand ils agissent seuls . Un électrochoc médiatique est plus que jamais nécessaire .

  • bradbury

    LE NIVEAU DE CONNERIES AU MOT CARRE EST IMPRESSIONNANT DANS CE POST DE K.
    C’est du niveau Thierry MEYSSAN !!
    Si le bourreau Assad – que de tel message, ainsi que l’article, défend et soutient – n’était pas en train de massacrer son peuple, je dirais : »Chapeau l’artiste .. ».

    Ce message est ignoble d’un bout à l’autre et ne peut sortitr que d’une tête bien malade
    [Quand la CIA, l’organisation criminelle US, arme Al Qaïda en Syrie :
    Quand donc comprendrons-nous qu’ AL QAÏDA est une officine secrète de la CIA pour déstabiliser l’Afrique et le Moyen-Orient et préparer demain la guerre contre l’ IRAN ?

    La machine US est un empire militarisé qui ne fonctionne plus qu’aux » guerres sans fin », pour soutenir son économie maladive, les USA ont besoin toujours de plus de déstabilisation mondiale et de nouveaux théâtres d’opération pour faire tourner la boutique du Pentagone et les centaines de milliers d’officines paramilitaires sources d’emplois et de bénéfices à travers le monde.

    L’ Amérique est un astre mort et le cancer des nations. Qui arrêtera cet État morbide qui extermine chaque année des centaines de milliers de civils de part le monde ? Les USA sont devenu la principale usine à cadavres du XXI ° siècle comme
    l’ Allemagne nazie le fut au XX° siècle.

    CIA = AL QAÏDA

    BHL en Libye a armé AL QAÏDA, qu’on se le dise et qu’on cesse de s’aveugler ! Tout cela est bien sinistre et grotesque et la bouffonnerie macabre a commencé un certain 11/ 9…]
    K, tu es un puant.

    Les véritables désinformateurs sont ceux qui reprennent, amplifient ces mensonges puants.
    Ceux qui tiennent ces propos, devraient être jugés par le Tribunal de la Haye pour complicité médiatique et couverture de criimes contre l’humanité.

  • René M

    @bradbury

    On dirait que que vous Lisez « K » où il est écrit  » H  » !

    Bon j’espère que vous ne procédez pas ainsi quand vous raisonnez sur le 11septembre car sinon on ne pourrait pas trop vous prendre au sérieux. (je dis cela en souriant)
    Comme par exemple dans votre autre commentaire de l’article sur « L’appel aux secouriste du 11:9  » ou vous assénez votre vérité à vous.
    http://www.reopen911.info/News/2012/06/20/un-appel-aux-secouristes-du-119-maintenant-que-vous-avez-la-couverture-sante-pour-le-cancer-aidez-le-mouvement-pour-la-verite-sur-le-119/

    Vous ajouter une insulte dans votre commentaire (celui ci sur les Crimes médiatiques et la désinformation ). Iinsulte destinée à K et un ton général méprisant vis a vis de ce K imaginaire

    Je n’utiliserai pas moi l’insulte, mais je vous poserai une question .
    puisque vous faites allusion à des débris de la Tour Sud projetés sur la machinerie d’ascenseur de WTC 7 et l’endommageant (donc sans doute voulez vous dire sur sa terrasse de toit).

    Donc ma question c’est quelle était la distance entre La Tour sud et le WTC 7 ? Et corollaire : un effondrement gravitationnel seul pouvait il avoir l’énergie nécessaire pour projeter — latéralement aussi loin — les faisant dévier de la verticale des débris assez volumineux et lourds et à cette distance, pour faire des dégâts ?
    Cela aurait pu se produire bien sûr si tout le bloc d’étages au dessus de l’impact de l’avion avait — basculé de coté — mais ce que l’on a vu n’est pas cela, c’est sa désintégration en poussière et tronçons de poutres comme d’ailleurs le reste de la tour ainsi que l’autre et en plus le WTC 7 dans la soirée. Ça fait beaucoup pour un seul jour avec cette nouvelle physique, non ? .

    La ligne de plus grande résistance ( celle des 47 colonnes du cœur ) constituant un véritable tronc central comme un tronc d’arbre aurait pourtant dû provoquer un basculement, imaginons un arbre comme un des séquoias de Yellostone on peut imaginer une main géante qui épluche les étages de branches latérales, mais il resterait alors le tronc bien droit, et si la main géante (qui symbolise pour moi » le marteau » de la vingtaine d’étages au dessus des impacts) appuyant sur le sommet du tronc il ne s’écraserait pas jusqu’en bas, mais ferait très vite basculer le bloc en mouvement.

    Donc pour moi explosifs nécessaires
    Donc V.O fausse
    Donc toute l’histoire de cette décennie à relire autrement
    Donc Je partage le point de vue de H (alias K pour vous ! )

    De plus ce qui est attribué à Assad pour en revenir à votre commentaire, je n’en ai pour me faire une opinion que des affirmations de gens de médias qui lors de l’invasion du Koweit par Saddam Hussein nous racontèrent « des colles » de soldats Irakiens arrachant de leur couveuses et jetant au sol des nouveaux-nés .
    Comment après cela et tous leurs autres mensonges depuis croire les mêmes médias sur paroles aujourd’hui ?

    Assad n’est certes pas un ange , mais il a été attaqué par des milices mercenaires étrangères infiltrées, donc son armée se défend.
    Quand on veut noyer son chien on n’avoue pas qu’on ne veut plus de lui , mais on l’accuse d’avoir la rage, ce qui pourrait expliquer le déchainement médiatique contre lui. enfin vous connaissez….

  • H.

    D’abord on se calme.

    Dans ton cas, le mieux c’est que tu changes ensuite de pseudo, car Ray Bradbury est un de mes maîtres et vu l’oignon que tu as visiblement à la place du cerveau, il sera difficile de revendiquer un quelconque héritage venant de l’auteur en question. Je sens que ça va pas le faire. Vu ton pauvre commentaire, tu as du lire « Fahrenheit 451″ à l’envers en regardant Mickey et ses amis…

    Ensuite tu n’insultes pas, tu lis : Ce n’est pas  » K  » qui a écrit ça, c’est moi,  » H.  » et après tu te renseignes, tu lis, tu croises l’information depuis 150 ans et puis tu reviens nous voir.

    Ha, oui, j’oubliais, tu tentes en premier lieu de dépasser le principe orthopédique de la pensée binaire :

    Analyser la dérive actuel des USA ce n’est pas pour autant cautionner un dictateur Syrien mis en place par les USA un demi-siècle auparavant à la tête du pays. OK ?

    Les Pinocchio des USA depuis le Shah d’ Iran, les dictateurs Marcos, Duvalier ( père & fils), Baptisa, Pinochet, Stroessner, Hussein, Noriega, etc, etc, etc ( la liste est trop longue et les victimes sans nom ) , on connait, hein !

    Dès que les intérêts des USA tournent lorsque leurs marionnettes a été trop gourmande et criminelle, les gouvernements US savent les changer pour en mettre d’autres plus  » Hype  » et remplacer les régimes sanguinaires alliés dès lors que ceux -ci se montrent trop criminel et que cela commence à se voir. Trop se voir et entendre.

    Asma el-Assad, la femme du dictateur Syrien – l’ami de Tony Blair et Nicolas Sarkozy – est une ancienne employée de la banque JPMorgan Chase, faut quand même le savoir, hein, elle ne sort pas d’une oasis sableuse parcourue par une caravane de chameaux…son mari non plus.

    Remonter la trace de l’argent, toujours.

    A bon entendeur salut !

  • René M

    Pour mieux comprendre les commentaires ci dessus il est important pour ceux qui entreraient plus ou moins longtemps après dans cet échange de bien aller lire aussi les commentaires de l’article de Reopen News que j’ai mis en lien dans mon commentaire, ( car ci dessus le 23 juin ) je répondais aux commentaires de DEUX NEWS différentes Reopen à un certain debunker nommé — bradbury

    Ce mélange d’une réponse pour deux commentaires pourrait en embrouiller certains !
    Donc j’ai ajouté cette petite précision maintenant pour faciliter la compréhension et ne pas décourager des lecteurs qui seraient de jeunes découvreurs (il y en a et il y en aura encore…. ) du débat sur le 11 septembre.

Trackbacks

  •  





*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Click to hear an audio file of the anti-spam word

``