Sur le site de Michel Collon : Chomsky et Bricmont à propos du 11/9 et du ‘complot’

Nous avons choisi de relayer cet article paru sur le site de Michel Collon, Investig’Action, dans lequel l’auteur évoque les propos du célèbre linguiste et philosophe de gauche Noam Chomsky, et ceux du physicien et essayiste belge Jean Bricmont.
 
Soyons clairs : pour ces intellectuels hautement respectables, le "Mouvement pour la vérité sur le 11/9" dont notre association fait partie, et qui est soutenu par un nombre croissant de spécialistes et de professionnels – souvent au risque de leur carrière -, n’a aucune légitimité à remettre en cause la version officielle des événements. Notre action serait une vaste "diversion" qui aurait pour seul effet de détourner l’attention et l’énergie du public des vrais problèmes bien plus graves qui sévissent de par le monde.
 
Avant de vous laisser lire cet article, nous avons trois remarques :
 
Premier point : il est dommage que la lettre du Professeur David Ray Griffin publiée en juillet dernier sur le site GlobalResearch.ca et traduite par nous même cette année n’ait pas reçu de réponse, bien qu’elle s’adressait à VOUS.  En effet, M. Griffin demandait explicitement aux tenants de la Gauche s’ils "croyaient vraiment aux miracles auxquels la version officielle fait appel", et il en énumérait neuf. Messieurs Collon, Bricmont et Chomsky, avez-vous seulement lu ce document ?
 
Deuxième point : comme le détaille patiemment David Ray Griffin dans sa lettre, la véritable diversion qui a permis à l’administration Bush de mettre en place la rhétorique de la "Guerre au terrorisme," repose essentiellement sur le rapport officiel du 11/9, et M. Griffin l’explique ainsi :
 
"Cette crainte de la diversion a été dirigée contre la mauvaise théorie du complot. Rien n’a distrait davantage les États-Unis et leurs alliés des questions comme celles de l’apartheid mondial, de la crise écologique, de la prolifération nucléaire, et du pouvoir des entreprises, que la "guerre contre la terreur" – avec ses énormes opérations en Afghanistan et en Irak, ses incessantes alertes terroristes, ses histoires d’attaques déjouées, et l’épuisement de nos finances nationales qu’elle a occasionné. Cette soi-disant guerre au terrorisme prend ses racines, aussi bien historiquement que comme justification actuelle, dans le compte-rendu officiel du 11/9. Comme je l’écrivais en réponse à Cockburn dans Le Monde diplomatique (édition norvégienne – NdT) il y a trois ans, "La version gouvernementale du 11 Septembre EST la vraie diversion".
 
Enfin, troisième point : notre association ReOpen911 publiera une réponse exhaustive à cet article qui, malgré la faiblesse de ses arguments, n’en a pas moins un impact sur l’opinion publique du fait du statut de leurs auteurs.
 
 
 
De gauche à droite : Michel Collon, Noam Chomsky, Jean Bricmont
 

 
Chomsky et Bricmont à propos du 11/9 et du « complot »
 
par Michel Collon sur son site Investig’Action, le 28 avril 2011
 
Bush, suivi par Obama, s’est servi du 11/9 pour attaquer l’Afghanistan et l’Irak. La prétendue « guerre contre le terrorisme » a servi à diaboliser les résistances en Palestine et dans le monde arabe, en Colombie et en Amérique latine ; elle a aussi servi à attaquer les droits démocratiques aux USA et en Europe. Pour les autorités, il est bon que les gens ne débattent pas sur ces manipulations, mais se limitent à discuter sans fin sur l’effondrement des tours de New York.
 
Dès le départ, Investig’Action a choisi de ne pas travailler et de ne pas publier sur le 11 septembre. Pourquoi ? Parce que, pour se faire une opinion solide et valable sur tous les aspects de cette affaire, il faudrait travailler longtemps. Nos moyens étant limités, nous préférons consacrer ce temps à des questions qui nous semblent plus importantes.
 
Exceptionnellement, nous diffusons cet article qui permettra de comprendre notre décision. Noam Chomsky et Jean Bricmont expliquent pourquoi le mouvement anti-guerre devrait plutôt rassembler ses forces à dénoncer et éclairer des complots et des stratégies incontestables.
 
Bush, suivi par Obama, s’est servi du 11/9 pour attaquer l’Afghanistan et l’Irak. La prétendue « guerre contre le terrorisme » a servi à diaboliser les résistances en Palestine et dans le monde arabe, en Colombie et en Amérique latine ; elle a aussi servi à attaquer les droits démocratiques aux USA et en Europe. Pour les autorités, il est bon que les gens ne débattent pas sur ces manipulations, mais se limitent à discuter sans fin sur l’effondrement des tours de New York.
 
Le site michelcollon.info appelle tous ceux qui le peuvent à nous soutenir pour développer la contre-information sur les causes réelles des guerres et sur les médiamensonges qui les entourent.
 
Michel Collon et l’équipe Investig’Action
 
 

 
Lors d’une interview donnée il y a quelques mois à la télévision iranienne Press TV, Chomsky a déclaré que les Etats-Unis n’avaient pas de preuves de la culpabilité « des personnes qu’ils ont accusées d’être impliquées dans les actes terroristes du World Trade Center et du Pentagone » (et que c’était la raison pour laquelle ils ne les ont pas fournies aux talibans et ont déclenché la guerre en Afghanistan).
Cela fut souvent interprété sur la Toile comme un rejet « tardif » de sa part de la « version officielle » sur les attentats. Comme il me semblait qu’il avait toujours dit la même chose, et que je ne voyais dans ces propos aucune « admission » de quoi que ce soit, je lui ai demandé comment il fallait les comprendre. Voici sa réponse :
 
« J’ai été surpris de voir que cette remarque a été interprétée comme une « admission tardive » que le mouvement qui se proclame comme étant « pour la vérité sur le 11 septembre » avait toujours eu raison en ce qui concerne cette conspiration. Cette conclusion ne repose sur rien. Mon commentaire dans l’interview répétait simplement des propositions non controversées que j’avais écrites il y a 8-9 ans, et redites souvent depuis lors.
En bref, en octobre 2001, les Etats-Unis et la Grande- Bretagne ont commencé à bombarder l’Afghanistan. La raison, ouvertement avancée par le président Bush, était que les talibans avaient refusé de livrer aux Etats-Unis les gens que Washington accusait d’avoir perpétré les actes terroristes du 11 septembre. Les talibans avaient signalé qu’ils pourraient accepter une extradition ou une autre forme de jugement si les Etats-Unis fournissaient des preuves de leur culpabilité, mais Washington refusa de le faire. Huit mois plus tard, la direction du FBI déclara au Washington Post que le FBI pouvait seulement confirmer qu’il croyait que le complot avait ses origines en Afghanistan mais avait été élaboré dans les Emirats Arabes Unis et en Allemagne (et, bien sûr, aux Etats-Unis). Pour citer Robert Mueller, directeur du FBI, dans ce que le Washington Post a décrit comme étant certains de « ses commentaires publics les plus détaillés concernant l’origine des attaques » du 11 septembre 2001 :
"Nous estimons que les têtes pensantes derrière les attentats se trouvent en Afghanistan, en haut de la direction d’al Qaida" bien que la trace du complot et du financement remontent apparemment à l’Allemagne et aux Emirats Arabes Unis. Il s’ensuit que, au moment du bombardement, le gouvernement américain n’avait pas de preuves solides à fournir aux talibans."
Pour résumer, il s’agit ici simplement d’un fait qui n’est pas contesté, qui a été rapporté il y a 8 ans dans la presse nationale, et qui est exactement ce que j’ai écrit à l’époque.
Et, pour réaffirmer une évidence, ces faits n’ont fourni, ni à l’époque, ni maintenant, aucune raison de douter de la conclusion du FBI en avril 2002 sur la responsabilité probable d’al Qaida. Et ils ne fournissent certainement aucune indication pour appuyer les assertions du « mouvement pour la vérité sur le 11 septembre » qui, à ma connaissance, n’a avancé aucune hypothèse crédible pour rendre compte de ce qui s’est passé le 11 septembre, en particulier le fait crucial que l’administration Bush, ainsi que les commentateurs, ont incontestablement attribué la responsabilité principale des attentats à des pirates de l’air saoudiens. » 
 

 
Note : la suite est de Jean Bricmont et est indépendante des opinions de Noam Chomsky.
 
La dernière remarque de Chomsky soulève le problème de la plausibilité des scénarios conspirationnistes. En effet, si tout a été manigancé de l’intérieur (un « inside job »), pas d’avion dans le Pentagone, démolition contrôlée des tours etc., alors pourquoi diable avoir inventé des pirates de nationalité saoudienne plutôt qu’irakienne ou afghane ? Après tout, l’administration Bush a tenté d’établir un lien entre le gouvernement irakien et les attentats du 11 septembre. Cela n’aurait-il pas été bien plus facile si les pirates (imaginaires) avaient été irakiens ?
 
Tout le problème des conspirations est celui de leur plausibilité a priori. Imaginer que tout a été manigancé de l’intérieur et qu’on a inventé des terroristes saoudiens n’est simplement pas crédible. Mais les conspirations rencontrent d’autres problèmes du même genre : si tout a été fabriqué, cette conspiration implique-t-elle un grand nombre de personnes (la Maison Blanche, le FBI, le Pentagone, la plupart des experts ayant étudié les attentats etc.) ou un petit nombre (quelques individus félons mais haut placés) ?
 
Dans le premier cas, comment se fait-il qu’il n’y a eu aucune fuite depuis lors, dans un pays où il y a eu les papiers du Pentagone, le Watergate, l’Iran-Contragate, Philip Agee1, Wikileaks et les mémos de Downing Street2 ? Aucune confession, même sur un lit de mort ? De plus, il faut une certaine bonne volonté pour imaginer que, dans un pays où il y a tant de fuites, un dirigeant quelconque serait assez fou pour mettre sur pied une gigantesque conspiration en espérant garder le tout secret.
 
Dans le deuxième cas (une conspiration due à un petit nombre d’individus félons), on doit supposer une incompétence inouïe du reste de l’appareil d’Etat. Or, l’un des principaux arguments conspirationnistes est que, a moins qu’il y ait eu conspiration, l’appareil d’Etat ne peut pas avoir été incompétent au point de laisser passer les avions sans les intercepter etc. Mais si une conspiration due à un petit nombre d’individus félons avait eu lieu et n’avait pas été découverte, alors l’appareil d’Etat aurait fait preuve d’une incompétence bien plus grande encore que celle dont il a fait preuve le 11 septembre. De plus, comment imaginer que des milliers de conspirationnistes découvrent les ficelles du complot, tout en étant assis derrière leur ordinateur, mais que le FBI en soit incapable (à moins de revenir à l’idée d’une méga-conspiration impliquant aussi l’essentiel du FBI) ?
 
Pour établir la réalité d’événements historiques, les seuls moyens vraiment fiables sont les preuves matérielles, tels des documents (authentiques). Les témoignages ou les arguments du style « il est impossible que cela se soit passé autrement (que selon le scénario avancé) » sont toujours de bien moindre qualité que les preuves matérielles. Or il n’y a aucune preuve de ce type dans les discours conspirationnistes.
Tout le mouvement « pour la vérité sur le 11 septembre » se concentre sur les « impossibilités techniques » soi-disant liées aux attentats : la forme du trou dans le Pentagone, la rapidité de la chute des tours etc. Mais ces problèmes techniques sont en fait très compliqués- on ne devient pas expert et aéronautique et en résistance des matériaux en quelques heures. De plus, le moins qu’on puisse dire, c’est que des expériences comme le 11 septembre ne sont pas faites tous les jours (heureusement). Or comment savoir ce qui se passe dans des phénomènes compliqués impliquant des centaines de variables sans faire d’expériences ? Il ne faut pas imaginer que « La Science » a une réponse a priori à toutes ces questions, et en tout cas pas une réponse évidente pour le profane (même si des explications a posteriori peuvent être avancées). Il existe d’ailleurs des sites consacrés à la réfutation des arguments techniques des conspirationnistes (par exemple http://www.debunking911.com/ ou, en français, http://www.bastison.net/), mais ces contre-arguments sont toujours jugés comme n’étant pas « suffisamment scientifiques » par les adeptes des conspirations ; étant moi-même scientifique, je trouve souvent ces contre-arguments assez techniques et compliqués. Mais je me demande toujours comment des non scientifiques peuvent être si sûrs de leur caractère insatisfaisant ; c’est pourquoi je préfère m’en tenir aux arguments simples de plausibilité.
 
Le même problème s’est posé dans le passé en ce qui concerne la croyance aux miracles. Celle-ci a diminué, non pas parce que la science aurait expliqué chaque guérison supposée miraculeuse, mais parce qu’on a cessé de trouver plausible qu’un dieu, supposé tout puissant et infiniment bon, intervienne au petit bonheur la chance, guérissant l’un et laissant mourir l’autre dans d’atroces souffrances, le second étant aussi vertueux que le premier, et n’accomplissant jamais aucun miracle indiscutable, par exemple faire repousser des membres amputés. C’est la question de la plausibilité a priori qu’il faut se poser en premier lieu, à la fois pour les conspirations et pour les miracles. Tant qu’il n’y a pas de réponse à cette question, on peut laisser de côté les questions techniques auxquelles il n’y a (soi-disant) pas de réponse, parce que dans tous les phénomènes compliqués, tels que la santé ou l’effondrement de tours, il y a toujours des choses apparemment étonnantes qui se produisent.
 
Il existe aussi une version faible des conspirations, qui ne prétend pas que tout a été manigancé de l’intérieur, mais qu’on a « laissé faire ». Dans un sens banal, c’est vrai, vu que les attentats ont bien eu lieu, ce qui rend cette version plus difficile à discuter. Mais elle sous-entend qu’on a laissé faire les attentats volontairement. Qui est le « on » ? Si c’est l’ensemble de l’appareil d’Etat américain, la question de la plausibilité se pose de nouveau. Idem s’il s’agit d’un complot organisé par des individus félons et bloquant systématiquement les mécanismes de défense. Le problème est qu’il est difficile de prouver quoi que ce soit lorsqu’il s’agit des intentions des êtres humains. Il est toujours possible que certaines personnes, membres de services secrets non américains par exemple, aient été au courant de plus de choses que ce dont ils ont avertis leurs « alliés »3. Mais comment le prouver ?
 
Tout cela ne veut évidemment pas dire que le rapport sur le 11 septembre dise toute la vérité. Comme on peut le voir dans la vidéo http://www.youtube.com/watch?v=J1bm…, un point crucial de l’enquête qui a été mis de côté, est que la motivation des attaquants du 11 septembre était la haine provoquée par le soutien américain pour Israël. Mais cela n’a rien à voir avec les conspirations habituelles et celles-ci ont plutôt tendance à occulter ce point crucial qui, s’il était mieux connu, amènerait peut-être les Etats-Unis à se poser des questions sur l’utilité de leur soutien à Israël, de leur point de vue.
 
Admettre la réalité des attentats ne signifie évidemment pas que la guerre était légale, ni en Afghanistan (comme l’explique Chomsky) ni en Irak. Cela ne revient pas non plus à nier qu’il y ait eu une véritable « conspiration » (si on tient à utiliser cet terme) de la part des Etats-Unis et de leurs alliés : utiliser ces attentats pour justifier la guerre4. Mais, contrairement aux conspirations des adeptes de la « vérité sur le 11 septembre », celle-ci est visible aux yeux de tous.
 
Il est regrettable que beaucoup de gens sincères et courageux passent leur temps à spéculer sur ces attentats, considèrent le fait de « mettre en doute la version officielle » comme étant le summum de la subversion et de la « résistance au système », et tendent à voir ceux qui exercent leur esprit critique tous azimuts, non seulement face à la propagande américaine, otanienne et sioniste, mais aussi face aux différentes théories de la conspiration, comme des « gardiens du système », alors qu’il y a tant d’autres choses plus utiles à faire pour la défense de la paix. En effet, il n’y aura pas de nouvelle enquête et si, par impossible, il y en avait une, elle n’aboutirait pas aux conclusions que les conspirationnistes souhaitent, vu qu’elle serait nécessairement faite par le même groupe dominant que celui qui a fait les premières enquêtes.
 
Par contre, il serait possible de créer un mouvement en faveur du retrait des troupes étrangères d’Afghanistan (où la guerre est clairement perdue), contre l’extension de l’Otan, ou pour l’arrêt du soutien à Israël. Sur ces toutes questions, il existe un consensus latent dans la population, indépendamment ce que chaque individu pense des attentats du 11 septembre. Le problème est d’arriver à ce que ce consensus ait une expression politique.
 
S’adonner à ce travail patient et ingrat est peut-être la véritable forme de « résistance au système ».
 
 
Notes de l’auteur :
  1. Ex agent de la CIA et auteur du remarquable Journal d’un agent secret : Dix ans dans la CIA, éd. Seuil (1976). http://fr.wikipedia.org/wiki/Philip_Agee.
  2. Mémos internes au gouvernement britannique qui révèlent l’ampleur du complot contre la paix organisé par les gouvernements américains et britanniques avant la guerre contre l’Irak. http://questionscritiques.free.fr/edito/memo_secret_de_Downing_Street.htm . Curieusement, les adeptes des conspirations n’insistent jamais sur ces documents, pourtant publiquement disponibles, et qui en disent long sur le cynisme absolu de la politique américano-britannique.
  3. Voir Justin Raimundo, The Terror Enigma, 9/11 and the Israeli Connection, Iuniverse, Inc. Lincoln, NE, 2003 pour une discussion de cette question.
  4. Voir Stephen J. Sniegoski, The Transparent Cabal : The Neoconservative Agenda, War in the Middle East, and the National Interest of Israel, Ihs Press 2008, pour une remarquable analyse de la façon dont les néo-conservateurs ont entraîné les Etats-Unis dans la guerre. Mais, comme l’indique le titre, la « cabale » ici est tout-à-fait transparente.
 

En lien avec cet article :
 
 

 
* * * MESSAGE DE LA MODÉRATION * * *

 
ATTENTION DANS VOS COMMENTAIRES
MERCI DE RESTER CONSTRUCTIFS ET D’EVITER

LES PROPOS DESOBLIGEANTS OU INSULTANTS
 

 

 

22 Responses to “Sur le site de Michel Collon : Chomsky et Bricmont à propos du 11/9 et du ‘complot’”

  • Buzz l'éclair

    Je ne comprends pas bien le but de l’article de Bricmont, et l’intérêt de Collon à le publier. Cet article est ridicule, le raisonnement de Bricmont est celui d’un nouveau débarqué sur le forum de ReOpen911, figé dans ses aprioris, à côté du dossier, avec zéro recul… bref, rien à tirer de cet article, alors pourquoi ? J’ai l’impression que c’est plus pour choisir son camp que pour démontrer quoi que ce soit, ou sinon, c’est franchement loupé !

  • Sébastien

    C’est bien de faire l’auto-critique d’une certaine gauche, vu que les personnages sus-nommés en sont incapables, enfermés dans leur supériorité intellectuelle auto-proclamée.

    On tient là le noeud qui empêche toute alliance des gens honnêtes de quelque bord qu’ils soient, et toute pensée libre, tout débat qui mettrait enfin toutes les cartes sur la table, donc, toute avancée décisive et cruciale pour tous les peuples du monde.
    Il y a les prétentieux qui savent, les autres ne sont, au choix du lecteur, que des idiots, des conspirationnistes, des antisémites, ou pire (cachez-vous les yeux, oh mon Dieu!).

    Ces comportements ont des conséquences aussi graves que ceux des responsables des différents actes dénoncés de part et d’autre mais qui participent des mêmes stratégies. Cette incapacité à dépasser les contradictions, de refuser même de les traiter de front est tout simplement irresponsable au regard des enjeux.

    Que faire si aucune alliance n’est possible d’un côté comme de l’autre? Si chacun reste le gardien de sa petite chapelle?

    Qui décide de ce qui est le plus important à traiter? Ce qui compte c’est le résultat, et le moins qu’on puisse affirmer, c’est qu’ils ne sont pas terribles vu le travail effectué chacun de son côté. Quel gâchis. Voilà comment on passe totalement à côté des grands mouvements de l’Histoire. On les ignore superbement car ils ne rentrent pas dans son petit cadre étriqué. Qui sont tous ces gens pour décider ce que l’Histoire doit retenir? Nous pouvons faire l’Histoire si nous sommes là où elle se déroule, sinon, c’est L’Histoire qui nous défait conséquemment à notre absence de hauteur et d’envergure.

  • Je rappellerais simplement que les arguments de Peter Dale Scott sur le 11-Septembre (et sur le cheminement historique trouble ayant mené à cette tragédie) viennent d’être validés par un général d’armée aérienne (5 étoiles), et donc par le comité d’études de la prestigieuse Revue Défense Nationale (http://www.defnat.com/site_fr/rdn/comite.php) sans quoi la publication de la recension suivante n’aurait pas été possible : http://www.defnat.com/site_fr/archives/recensions-detail.php?cidrec=34

    Par conséquent, que valent vraiment aujourd’hui les maigres arguments de trois « intellectuels » ?

    Et que dire de ces quelques milliers de prestigieux « conspirationnistes » – dont des familles de victimes qui se battent inlassablement pour obtenir une véritable enquête – que ces trois courageux « intellectuels » ne semblent pas avoir remarqués : http://www.patriotsquestion911.com/ ?

    Quoi qu’il en soit, bravo à la rédaction de ReOpen9/11 pour respecter la pluralité des opinions et relayer les critiques qui nous sont adressées, aussi fragilement argumentées soient-elles.

  • Antoine

    Malheureusement, Michel collon rentre dans la catégorie des « Left wing gatekeepers »…

    Le problème a déja été étudié et il n’y a « plus qu’à » traduire les articles que l’on trouve lorsque l’on Google « Left wing Gatekeepers »

    J’espère que cette douloureuse révélation aidera l’association/site web Reopen911.info à ouvrir les yeux sur une partie plus sensible de de la « conspiration » qu’elle balayait de manière similaire que Michel Collon le fait pour les éléments démontrant le mensonge de la version officielle du 11 septembre 2001….

  • sam

    Ils ont peur pour leur carrière, tout simplement.

    Il ne faut pas chercher à analyser ce type de réaction.

    l’organisme politico-médiatique à développé un système immunitaire qui rejette tout corps ayant développé un doute concernant le 11 septembre.

    Malheureusement en 10 ans ce système a gagné en efficacité.

  • IKAR

    Vu récemment lors de l’émission de F. Taddei « Ce soir ou jamais » sur France 2, Michel Collon rappelant que la totalité des guerrres modernes sont entourées d’énormes média-mensonges. Toutes ? Bien sur que non, à l’en croire seul le 11/9 échapperait à la règle : Pour une fois, on nous aurait dit la vérité … Ah bon, pourquoi précisément cette fois ci , M. Collon ? Et au nom de quel principe la recherche de la vérité sur ces événements serait elle indigne d’intéret ? Quelle contradiction, quelle mauvaise foi …

    Les attentats du 11/9, le guerre contre le terrorisme, le nouvel ordre mondial, le néolibéralisme … cela forme un tout indissociable, refuser d’aborder l’un ou l’autre de ces thèmes revient à amputer le débat d’un élément essentiel, et conduit toute étude et de facto toute action à l’échec … On n’avancera jamais en utilisant de tels procédés.

    On notera que la réponse de N.Chomsky est plutôt sybilline, voir prudente, et M. Collon l’interprète.

  • flesh

    Quelle terrible déception… perdre Michel Collon ça fait mal

    @sam

    Alors pourquoi ne pas se taire tout simplement ? Collon a du perdre la moitié de son lectorat avec cet article.

  • Fab

    Chomsky = ne rien entendre
    Collon = ne rien dire
    Bricmond = ne rien voir

    et si c’était une simple question de génération ? ceux qui ont connu le Water Gate ont une confiance absolue dans la vérité, car quand un gros mensonge se balade, il finit forcément par apparaître…

  • Red Cloud

    Michel Collon renforce un média-mensonge!

  • Je n’associe pas tout à fait Collon aux deux autres : il mentionne bien proférer une connaissance insuffisante du sujet. Coté Chomsky, rien de neuf – en revanche Bricmont m’a beaucoup surpris. J’ai beaucoup de mal à voir comment quelqu’un d’habituellement si sagace peut dire soudain des choses aussi peu sensées.

    La lettre de DRG était importante mais aimable. Je vais pour ma part parler un peu plus cruement.

    Le raisonnement de Chomsky et Bricmont vu d’ici tient au fait qu’ils mènent le « combat » contre l’impérialisme depuis longtemps – avant même que certains d’entre nous ne soient nés. Ils voient arriver toute cette génération de contestataire sur le 11 septembre, qui s’opposent de fait à l’impérialisme et le vivent comme une ponction sur les divisions militantes qu’ils aimeraient voir mener leur combat.

    Ce faisant, ils font une énorme erreur d’appréciation. Ce ne sont pas des gens en moins, ce sont des gens en plus. Sans le 11 septembre, beaucoup d’entre nous ne seraient pas follement concerné par la problématique anti impérialiste. D’abord parce que peu de gens, au delà des bons sentiments, sont réellement pétris d’humanisme et ensuite parcequ’il faut bien le dire, les apparences sont clairement que l’impérialisme est ce qui amène le progrès. Hors le progrès, c’est la religion officielle depuis les Lumières et laissez moi vous dire qu’elle est puissante. Probablement parce que les gens se sentent un devoir vis à vis de leurs enfants et de l’espèce « d’améliorer » l’humanité. Alors ils acceptent le capitalisme libéral, la lutte de tous contre tous et de façon générale la primauté du progrès sur le bonheur. Le progrès est le mythe central de la société et c’est triste à dire, mais l’oppression des palestiniens ou les mensonges de l’OTAN sur la Yougoslavie n’ont pas prise sur ce mythe.

    Et c’est pourquoi l’histoire des intellectuels anti impérialistes est longue. Cette famille intellectuelle a eu ses succès, certainement, mais elle n’a pas eu celui de mettre fin à l’impérialisme. Elle l’a rendu plus faux cul, mais pas plus modéré. Et les choses ne bougent pas de là. Soyons bien clair : ce n’est pas la faute aux militants du 11 septembre si de 2001 à 2011 aucun média, aucun politique n’a mis de pression sur les gouvernements pour demander des comptes sur notre présence en Afghanistan. Ce n’est pas la faute aux militants du 11 septembre si sur la Lybie comme sur le reste les médiamensonges et l’impérialisme continuent. Au contraire : tout ces sites sympathisant de la réouverture d’une enquête reprennent vos articles, les publient, les promeuvent. Et vous voilà à vous en défier, à les traiter pratiquement en bouc émissaire, soit la méthode de l’empire.

    Eh bien non, c’est la faute à la réalité, messieurs. Le rapport de force est ainsi fait que vos divisons plus les notres sont toujours loin du compte. Si l’union fonctionnait mieux, celà changerait il des choses ? Peut être, et c’est pourquoi de notre coté nous avons du mal à comprendre cette manie que vous avez de vouloir nous dicter notre agenda. D’autant que notre agenda, d’un point de vue politique, est plus porteur. La parole de David Ray Griffin porte à présent plus que la votre. Et ce pour deux raisons.

    La première, c’est que la contestation du mensonge officiel intéresse en fait beaucoup plus de monde que la lutte contre l’impérialisme. Et ce parce qu’une personne qui commence à envisager l’énormité du mensonge voit très concrètement son attache au mythe du progrès en souffrir. Une société qui commet ce type de crime contre elle même c’est l’inverse du progrès, de la même manière que l’allemagne nazi était une régression pour l’humanité. Il ne s’agit plus alors de ce qu’on afflige aux autres, mais de ce qu’on s’afflige à soi même. C’est soudain très proche, et ça ne demande plus de qualité humanistes particulières pour qu’on s’en soucie.

    La seconde, c’est que contrairement à ce que profère sans sa lettre Jean Bricmont, c’est le point le plus clair et le moins hypothétique. L’impérialisme est il bon ou mauvais, est il aussi ignoble que le disent les intellectuels de gauche ou non, et puis d’abord que met on à la place ? Autant de débats certes nécessaires mais trop complexes pour mobiliser des foules. En revanche, la tour 7 est elle ou n’est elle pas tombé pendant 2.5s à la vitesse de la chute libre, c’est vite vérifié et vite répondu. Et la théorie officielle est elle compatible avec ce fait ? C’est un peu plus long, mais toujours moins qu’un débat sur ce qu’il faudrait mettre à la place de l’impérialisment et comment dans l’hypothèse lointaine où l’on arriverait à le renverser. Et de façon générale, est-ce acceptable pour un citoyen quelconque de voir qu’absolument aucun média ne relaie les révélations de Sibel Edmonds sur les failles sécuritaires de la maison blanche ? Encore une question vite réglée.

    Une constante dialiectique est que l’on adresse souvent aux autres des reproches qui nous concernent inconsciemment nous mêmes. Vous reprochez aux militants du 11 septembre d’immobiliser la contestation mais si l’on regarde ce que vous proposez, c’est toujours très vague. On ne vous voit pas saisir les opportunités puissantes et concrètes, au moins médiatiquement, qu’offre des gens comme Sibel Edmonds. On ne vous voit pas questionner l’administration sur les traces manifestes d’anticipation des perspectives qu’allaient ouvrir le 11 septembre, qu’il s’agisse de préparation militaire d’invasion de l’Irak ou du PNAC. Si vous le mentionnez, c’est en passant, alors que ces éléments concrets devraient amener un questionnement intransigeant. Et on ne vous voit pas, et c’est peut être le plus regrettable, vous opposer, sinon à la version officielle, du moins à la censure qu’elle pratique sur les questionnements qu’on lui oppose.

    Je pourrais comprendre que vous considériez qu’à bien y réfléchir, le combat pour la vérité sur le 11 septembre suive un fil finalement assez différent de celui contre l’impérialisme, que ce dernier serait historiquement le votre et que vous ne voudriez pas vous éloigner de votre combat initial. Ce serait à mon sens toujours une erreur, mais au moins n’aurait elle rien de honteux. Mais croire une seconde que votre combat, certes historiquement ancien et important, et votre statut dans ce combat devrait amener toutes celles et ceux qui se sont mobilisés pour cette cause légèrement différente venir subordoner leur combat au votre est un tragique péché d’orgueil. Le barrage s’est rompu, il y a à présent un certain fleuve coulant dans un certain sens. Vous pouvez changer votre route pour suivre son cours et aller ainsi plus loin, à défaut d’atteindre exactement votre destination initiale. Vous pouvez vous en détourner. Mais vous ne pouvez pas maudir le fleuve de ne pas vous amener exactement là où vous le souhaitiez.

    Par ailleurs, et je le dis gentiment en particulier à Jean Bricmont, mais il serait agréable quand vous rédigez un message qui s’adresse en partie à une communauté pour lui faire la morale que vous ne fassiez pas étal d’une méconnaissance tragique de cette communauté. Nous avons dépassé depuis longtemps l’étape où la question de la validité de la version officielle restait à trancher. Que vous ne connaissiez pas le dossier et les preuves qui ont achevée de nous convaincre, c’est déjà décevant, mais que vous ne réalisiez pas que nous dire qu’il n’y a pas de certitudes sur ce dossier est l’équivalent d’une personne vous annonçant qu’il n’y a pas de certitudes sur les mensonges de l’OTAN ou la fabrique du consentement, c’est franchement navrant.

    Normalement je devrais conclure sur une note un peu moins cassante, mais à quoi bon ? Oui, Chomsky, Bricmont, Collon, vous êtes des gens brillants que nous lisons tous avec grand intérêt. Votre contribution passée est essentielle, en particulier quand il s’agit de comprendre la propagande occidentale. Mais à défaut de vous impliquer sur ce sujet (c’est à dire au moins en débattre longuement et de façon informée), vous laisserez passer le train en marche. Le 11 septembre est pour tout une génération la mère de toutes les impostures. La mettre de côté pour en traiter d’autres de portée plus limitée est à nos yeux une démission ; nous ne la commettrons pas. Les plus avisés d’entre vous réaliserons peut être de quel mauvais côté de ce combat ils se tiennent ; pour les autres, tant pis. L’histoire en tous cas a de bonne chance de les juger durement, si elle se fait un tant soit peu.

  • alexov

    Toujours les mêmes poncifs, comme le célèbre « c’est trop gros quelqu’un aurait vendu la mèche » etc…
    Pourtant si je me souviens bien : dans cette « merveilleuse » démocratie, JFK s’est fait buter par la mafia (qui lui avait offert l’élection de 1960) sans que ça gène le moins du monde le FBI, idem pour bobby Kennedy et Martin luther King qui se battaient pour la justice et qui étaient une belle épine dans le pied des véritables décideurs. Des fuites quelque part ? Des repentis ? Tu parles t’es un homme mort et puis tu empoches un beau chèque alors avale ta langue et profite ! ah tu t’en moques ? T’es incorruptible ??? Alors on s’en prend à toute ta famille, à tes amis et ce jusqu’à la 4ème génération. Le 11/09 c’est des milliards de dollars dans les poches des puissants (ceux qui ont l’habitude des gros chiffres) ! Alors les « grands penseurs » de gauche et de droite posez-vous la simple question : « à qui profite le crime ? »
    Sûrement pas à ceux qui militent pour l’ouverture d’une nouvelle enquête indépendante !

  • @gregory

    BRAVO

  • S

    Pourquoi se limitent-ils tous dans leur jugement finalement assez agnostique et laissent-ils ce boulot ingrat de résistance à la propagande à d’autres ? Y a-t-il des conditions à de futures apparitions télé dans les cartons ?

    - Chomsky se limite volontairement par de récurrents éclairs de pusillanimité. Il disait à une époque : même Bush n’aurait pas commis ça.

    - Bricmont, fait preuve d’a peu près là même où on l’attendrait – c’est Chomsky et non lui qui invite à des débats scientifiques universitaires sur les effondrements. Et sur l’analyse média des « conspi », il a pas vu la News de Reopen911 sur les « mémos secrets » du Foreign Office ? enfin bon, ne nous sentons pas trop visés.

    - Collon persiste depuis le début, apparemment, d’y consacrer assez de temps. Sur http://www.communisme-bolchevisme.net/dossier_terrorisme.htm, sa réflexion est inaboutie. Il commençait par dire que Bush avait bloqué l’enquête sur Ben Laden pour ne pas contrarier les financiers saoudiens, et pour une autre raison qu’il ne précisait finalement pas.
    Il évolue sans doute, à voir sa position de ni Reopen/Meyssan ni RTBF de 2008 – tout en ayant entendu des avis de scientifiques sur la chute de la tour 7 « dans un sens ou dans l’autre », et il doutait fin 2007 de la présence d’Al Qaïda là où les USA avaient des visées sur l’eau potable, mais notez comment à nouveau, chez Taddéi, il s’interromptait volontairement alors qu’il s’apprêtait à soulever la question de la responsabilité de Ben Laden le 11/9.
    Ecoutez à partir de la 30e seconde.
    http://www.dailymotion.com/video/xhse5a_le-bon-arabe-le-mauvais-arabe-michel-collon-2011_news
    A la minute 4′ il dit que Ben Laden devient un mauvais arabe dès lors qu’il fait des attentats contre les USA après en avoir fait pour leur compte ! Un peu comme si les USA accuseraient leur ancien toutou d’avoir la rage parce qu’il ne leur plaît plus …

  • Sébastien

    Ce qui est d’autant plus inacceptable de leur part, c’est l’immense travail réalisé depuis 10 ans par les sceptiques qui leur est fourni sur un plateau.
    Nous serions le 15 septembre 2001, passe encore, mais le 30 avril 2011, on ne peut décemment pas penser et se comporter comme ils le font.
    Malheureusement, comme souvent, il ne faut compter que sur soi-même.

  • turcin gérard

    Très, très bien, cet article! reopen se devait de le passer…nous sommes au plus profond du cœur du problème, au cœur de ce que j’appellerais: cette « centrale nucléaire » de politique mondiale qui fut créée dès le 11 Septembre 2001!
    – Analyser points par points, c’est refaire tout le site, les centaines d’articles, de témoignages, de vidéos…inutile! Le constat est là: tout est faux dans la version officielle, alors comment pouvez vous, vous, Mrs, Chomsky, Bricmont et tellement d’autres! ( paradoxalement souvent de la  » Famille »!), avaler cette effroyable conte, à « mourir debout », qu’est la version officielle! Je ne peux pas croire une nano-seconde à une telle faiblesse d’analyse de votre part!..alors quelles en sont les raisons…profondes?
    – De tous horizons, de tous bords politiques, il y a ce même refus obstiné, excessif, agressif souvent, dès que quelqu’un ose seulement exprimer un doute (sur la version officielle)! là encore…. quelles en sont les raisons?
    – Refuser la version officielle c’est d’emblée accepter l’idée de la possibilité d’autres « acteurs » de ces attentats, nous sommes bien d’accord?
    – si la piste islamiste s’avérant ne pas être la bonne, il ne resterait alors que 3 possibilités:
    – 1) Un « inside job » des néoconservateurs américains…..seuls.
    – 2)…. quelque part du côté du pays-qui-a-le-plus-profité-du- »crime »!… dois- je le préciser…et après, inévitablement, vais-je me faire traiter d’antisémite?…alors que j’en suis à des années lumières…alors que je ne parle que de son État !
    – 3)….le (2) avec l’appui logistique du (1)…dois-je encore préciser?
    Que la solution 3) soit la « bonne »(de fortes présomptions sont apparues, et j’aimerais sincèrement qu’elles soient fausses! ), et on en arrive donc à la « centrale nucléaire » dont je parlais au début…que beaucoup ne veulent surtout pas démanteler, et ce, pour des raisons souvent totalement opposées!
    ….Alors, Messieurs Chomsky, Bricmont, et tant d’autres, quelles sont vos raisons à vous?…sont-elles au moins…justifiables?….j’ai peur de me poser des questions!
    Ne faudrait-il pas, une bonne fois pour toutes démanteler ce 11 Septembre, cette « centrale » qui pourrit le monde de ses radiations et ce depuis bientôt 10 ans…que de continuer à « bricoler » ainsi sur des plaies qui sont toutes, pour la plupart, issues du 11.9. Le mot « Bricoler », est volontairement péjoratif de ma part: le 11.9. est la seule erreur ma-té-ri-elle-ment prouvable, gueulez à vous époumoner avec toutes vos idées, si vous voulez…mais vous n’atteindrez jamais l’effet que la vérité sur le 11.9. pourrait provoquer dans les esprits Le reste donc ne peut apparaitre que comme du bricolage!
    les révolutions ont toujours débuté soudainement sur des points précis, parfois relativement anodins!….là vous tenez un évènement vraiment pas anodin!…alors… encore pourquoi cette obstination à négliger… pour le moins cet évènement, pourquoi?

  • Dr Oscar ABUDARA BINI, ARGENTINA

    AMIGOS DE REOPEN 911. Felicitaciones por el articulo de Collon y Bricmont. Si ambos fueran empleados de Bush habría que felicitarlos. Pero pertenecen al campo del progreso y nos fuerza a la crítica y la denuncia. Disociar la autoría del 911 (ataque a la democracia y el pueblo americano) de las consecuencias (invasión a Irak, Afganistán, étc) es un error de extrema gravedad. Los argentinos conocemos la DOCTRINA DEL TERRORISMO porque la sufrimos en 1976. En aquel entonces se decía NO HAY GENOCIDIO en Argentina, hay una GUERRA SUCIA contra la izquierda. Los señores Collon y Bricmont hacen la misma defensa del TERRORISMO DE BUSH, diciendo, NO HAY TERRORISMO INTERNO, hay solo una guerra sucia contra pueblos árabes. Por eso Collon y Bricmont resultan cómplices de los actos de terrorismo de Bush contra los EEUU. Esto es grave, porque hubo actos de terrorismo en Buenos Aires, Madrid y Londres, todos de falsa bandera endilgados falsamente a musulmanes igual que en los EEUU.
    Felicitaciones a reopen 911. Dr Oscar ABUDARA BINI, BUENOS AIRES, ARGENTINA

  • Simsi

    Je n’ai pas compris dans cette article que M. Colon prenait fait et cause pour ou contre l’une ou l’autre version.
    Il donne la parole à des troublions sans plus.
    Par contre, il est très évasif.
    Cela, à mon avis, va l’obliger à se positionner sur le sujet, au risque de perdre une part importante de ses lecteurs ou au contraire de les renforcer.
    Je tiens à rappeler que M. Colon a fait un travail formidable sur la Libye, la Tunisie et l’Egypte.
    Je n’imagine pas qu’on puisse en même temps dénoncer les mensonges révolutionnaire du Maghreb et se poser en défenseur de la théorie officielle du 911

  • Dr Oscar ABUDARA BINI, ARGENTINA

    AMIGOS de REOPEN911. No es la primera vez que se hace la ecuación atentado local en los EEUU para justificar una guerra. Esto ya fue siniestro cuando asesinaron al presidente Kennedy para poder invadir Vietman. Los cómplices involuntarios como Collon, Bricmont y Chomsky trabajan para que se logre similar impunidad. No es seguro que esto ocurra otra vez porque los 911truther americanos han reaccionado con mil veces mas potencia que ante el magnicidio de Kennedy. Es importante que sepan ustedes y el mundo entero, que también los atentados de falsa bandera de Lockerbie, Buenos Aires (1992 y 1994) y los de Londres y Madrid tampoco cosechan total impunidad. Personas de bien del mundo entero han tomado conciencia de que se han realizado una serie de atentados de falsa bandera para justificar una guerra global no solo contra los musulmanes.
    Saludos desde Buenos Aires,. Dr Oscar ABUDARA BINI

  • René M

    De ces trois personnages on ne sait qui est le plus pathétique dans ses explications pour éviter de se griller à toucher ce truc qui brûle les doigts.
    Commençons par le premier :
    Vous voulez dire Monsieur Collon que Bush et Cie ainsi que son successeur ont exploité et exploitent le 11 septembre pour diaboliser les résistances partout ou cela les arrange, fort bien.
    Mais ne voyez vous pas que si vous croyez (ou plutôt sans doute faites semblant de croire ) la version officielle vous démontrez ainsi ipso facto « qu’ils ont bien eu raison » d’exploiter le 11 Septembre ! Car quand même selon cette version….. ils ont été lâchement attaqués…. comment les en blâmer alors ! C’est normal de partir en guerre dans ces conditions, non ?.
    Alors ne vous étonner pas que votre combat, patine, englué qu’il est dans ce mensonge que vous ne voulez pas dénoncer.

    Et vous ajouter que le mouvement anti-guerre devrait employer ses forces je vous cite « à dénoncer et éclairer des complots et des stratégies incontestables » , et plus loin vous appelez à développer la contre-information
    Si je comprends bien cela voudrait dire qu’il y a des « petits complots et des petites manipulations et des petits médiamensonges à dénoncer car ils servent à déclencher des guerres et même étendons un peu la taille des manipulations, un peu plus que petites, disons moyennes, mais grosses manipulations comme celle du 11 septembre, que nenni « trop grosse la manip », ne perdons pas de temps à discuter de cela dites vous , trop gros le mensonge pour être débattu (too big to fail ) il suffit en fait de vous croire sur parole quand vous dites, et là j’interprète votre démonstration, « ces gens qui nous gouvernent sont pourris » ne discutons pas.
    Ne voyez vous pas la contradiction dans laquelle vous nagez, ne vous étonnez pas alors de ne pas parvenir au résultat que vous recherchez .
    En fait « triste votre réaction, lamentable même » .

    Et les deux autres Chomsky et Bricmont, ce dernier surtout qui quand je l’entend parfois sur des radios ou TV dit pourtant des choses intéressantes sur l’économie et la destruction de nos sociétés etc.., et là avec ces longues réflexions très sinueuses et embarrassées finalement après avoir eu le culot de servir à contre emploi la comparaison avec la croyance aux miracles…. Mais c’est vous monsieur Bricmont qui croyez aux miracles et accumulation de coïncidences de la version officielle ! Et après avoir eu ce culot vous appelez à s’adonner à la tâche ingrate de faire cesser ces guerres ! Mais si vous n’aviez pas eu une certaine paresse d’esprit (ou blocage inconscient ) pour comprendre les choses plus ou moins techniques du dossier ces guerres ne serait plus « à finir » mais DÉJA FINIES.
    Pour Chomsky lui, abrégeons, il me rappelle tout simplement vous savez qui ? (à moi qui ai eu autrefois une éducation religieuse catholique), l’apôtre Pierre qui devait être connu plus tard comme Saint Pierre 1er pape. Celui ci, la nuit précédent la crucifixion, après la flagellation et rôdant dans le coin, on l’interpela, « mais dis donc tu en est toi t’étais de la bande » ! Non non j’en suis pas…. Trois fois avant le chant du coq il nia et renia. Au matin il le regretta.
    Donc notons Chomsky n’a jamais pris position « pour » le questionnement et le truth movement

    Que voilà donc un remarquable trio d’intellectuels ! Pas étonnant qu’on en soit là après 10 ans ! Manque vraiment un Émile Zola et un journal comme l’Aurore à l’époque de l’affaire Dreyfus. Prendre position quand on est en vue demande c’est évident du courage, un point c’est tout.
    Bravo @ Grégory plus haut, et @ Ikar aussi, concis mais percutant.

  • GBDC

    Décevant , lamentable…
    Merci à Grégory pour sa pertinence et son intelligence; et d’avoir pris le temps de leur répondre.

  • IKAR

    Je n’arrive pas à imaginer que nos trois intellectuels puissent pêcher par manque d’information ou de lucidité. Reste une seule solution : la mauvaise foi.
    Voici mon hypothèse: il leur est impossible de reconnaitre le complot du 11/9 pour les raisons historiques évoquées plus haut par gregory, mais aussi parce que la probabilité de l’inside job prive certaines personnes de gauche un peu radicale de la sorte de « vengeance méritée » contre les Etats Unis qu’incarnait l’hypothèse des attentats organisés par Al Qaida. D’autre part, les hypothèses sceptiques étant parfois relayées par l’extrème droite (ce qui ne signifie bien sûr en rien qu’elle en est à l’origine), nos trois intellectuels préféreraient sans doute mourir que partager leur point de vue, même uniquement sur ce thème.

  • Du très grand Grégory !

    Bravo !

    Cela me fait penser au clivage que l’on observe, par exemple, au sein de militants que Collon connaît bien, je veux parler DES mouvements pro-palestiniens (et je dis bien : « des »). Pour une partie d’entre eux, l’argumentation consiste à dénoncer les ravages de la guerre, avec en toile de fond « LE » plan de paix, celui à deux états selon les frontières de 1967. Ces opinions « bien pensantes » sont admises (tolérées…) dans les médias. La seconde partie, s’appuyant sur l’égalité entre les hommes et l’efficacité pratique, remet en cause le principe même d’un état /Juif/. Ce second courant, diabolisé, est privé de médias. Il y a donc les « radicaux » (ex. La Pierre et l’Olivier…) et les « modérés » (ex. CAPJPO-Palestine…), les deux ne se parlant pas et s’évitant soigneusement. Fréquenter des gens diabolisés amène à être soi-même diabolisé… Et cela vaut pour Collon et nous !

    En matière de pacifisme, on retrouve les mêmes. ReOpen911 et le Réseau Voltaire sont les « radicaux » tandis que les associations « référencées » (Mouvement de la Paix, Monde sans Guerre, ACG…) passent plus facilement dans les médias puisqu’elles ne remettent pas en compte les fondamentaux. Si Collon semble cependant se situer un peu au-delà du discours « faible », il a évité jusque-là le plus gros morceau ! Le 11/9 !

Trackbacks

  •  





*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Click to hear an audio file of the anti-spam word

``